Différences entre les versions de « Hoc'h »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « |- |||||||||||colspan="10" |'' » par « |- |||||||||||colspan="10" | '' »)
(12 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)|| Dre-mañ, || a pa lazher un '''hoc’h''', || e lamer || ar c’hig druz ||a-zoc’htoñ.
|(1)|| Dre-mañ, || a pa || lazher || un '''hoc’h''', || e lamer || ar c’hig || druz || a-zoc’htoñ.
|-
|-
| || [[dre|par]]-[[ads|ci]] || [[ha pa|quand]] [[lazhañ|tue]].[[IMP]] [[art|un]] cochon ||[[R]]<sup>[[4]]</sup> [[lemel|enlève]].[[IMP]] ||[[art|le]] <sup>[[5]]</sup>[[kig|chair]] [[druz|gras]] || [[a-ziouzh|de]].[[pronom incorporé|lui]]
||| [[dre|par]]-[[ads|ci]] || [[ha pa|quand]] || [[lazhañ|tue]].[[IMP|on]] || [[art|un]] cochon || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[lemel|enlève]].[[IMP|on]] || [[art|le]] <sup>[[5]]</sup>[[kig|chair]] || [[druz|gras]] || [[a-ziouzh|de]].[[pronom incorporé|lui]]
|-
|-
|||colspan="4" | 'Ici, quand on tue un cochon, on en enlève la chair grasse.'|||| ||''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:41)
|||colspan="10" | 'Ici, quand on tue un cochon, on en enlève la chair grasse.'
|-
|||||||||||colspan="10" | ''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:41)
|}
|}


Ligne 18 : Ligne 20 :


La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-470.jpg 470] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''porc, des porcs''. En Sud vannetais et dans le baie de Douarnenez, la forme ''oc'h'' dénote des porcs en général. Le 'verrat' y est alors dénommé ''oc'h-tarv''.
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-470.jpg 470] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''porc, des porcs''. En Sud vannetais et dans le baie de Douarnenez, la forme ''oc'h'' dénote des porcs en général. Le 'verrat' y est alors dénommé ''oc'h-tarv''.


=== dérivation ===
=== dérivation ===


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (1) || Izidor || a veze || atao || '''mastoc'het''' || e labour |||||| ''Standard'', [[Riou (1941)|Riou (1941]]:7)
|(2)|| Izidor || a veze || atao || '''mastoc'het''' || e || labour.
|-  
|-  
| || Isidore || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[vez|était]] || [[atav|toujours]] || [[mas-|mé]].[[hoc'h|cochon]].|| [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> [[labour|travail]]
||| Isidore || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[vez|était]] || [[atav|toujours]] || [[mas-|mé]].cochon.n.é || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> || [[labour|travail]]
|-
||| colspan="10" | 'Isidore faisait toujours un travail de cochon.' 
|-
|-
||| colspan="8" | 'Isidore faisait toujours un travail de cochon.'
|||||||||||colspan="10" | ''Standard'', [[Riou (1941)|Riou (1941]]:7)
|}
|}


== Diachronie ==
== Diachronie ==
Le proto-celtique ''[[*]] sukko-'' 'truie' a donné le breton ''hoc'h'', et dans les autres langues celtiques le vieil irlandais ''socc-'', le gallois ''hwch'', le cornique ''hoch'', le vieux breton ''hoch'' (Hamp 1987).


   [[Jacques (2013)|Jacques (2013]]:291):
   [[Jacques (2013)|Jacques (2013]]:291):
   [[*]]''sukko-'' est rapproché du latin ''sūs'' < [[*]]''suH-'' 'cochon' et à ses cognats dans diverses langues (voir par exemple [[Zair (2012)|Zair 2012]]:158), nom formé à partir de la racine verbale [[*]]''sewH-'' 'gebären' (LIV p.538). La [[dérivation]] de l'étymon [[*]]''suH-'' de cette racine [[*]]''sewH-'' suppose l'évolution 'rejeton' > petit cochon > 'cochon'. En breton, [[*]]''sukko-'' > ''hoc'h'' signifie le verrat comme ''tourc'h'' : la répartition des deux étymons est dialectale. Il peut s'employer pour désigner aussi le sanglier mâle, comme l'illustre l'exemple suivant:  
   [[*]]''sukko-'' est rapproché du latin ''sūs'' < [[*]]''suH-'' 'cochon' et à ses cognats dans diverses langues (voir par exemple [[Zair (2012)|Zair 2012]]:158), nom formé à partir de la racine verbale [[*]]''sewH-'' 'donner naissance, [all. ''gebären'']' ([[LIV]] p.538). La [[dérivation]] de l'étymon [[*]]''suH-'' de cette racine [[*]]''sewH-'' suppose l'évolution 'rejeton' > petit cochon > 'cochon'. En breton, [[*]]''sukko-'' > ''hoc'h'' signifie le verrat comme ''tourc'h'' : la répartition des deux étymons est dialectale. Il peut s'employer pour désigner aussi le sanglier mâle, comme l'illustre l'exemple suivant:  
   (1) ''Ur wech, koulskoude, goude bezañ redet war-lerc'h ur pezh '''hoc'h-tourc'h''' kozh, e oa en em gawet an aotroù war hed tenn.''  
   (1) ''Ur wech, koulskoude, goude bezañ redet war-lerc'h ur pezh '''hoc'h-tourc'h''' kozh'',  
       'Une fois, malgré tout, après avoir couru un vieux [sanglier] mâle énorme, le maître s'était trouvé à portée de fusil.'  
      ''e oa en em gawet an aotroù war hed tenn.''  
       'Une fois, malgré tout, après avoir couru un vieux [sanglier] mâle énorme,
      le maître s'était trouvé à portée de fusil.'  
       ([[Plourin (2002)|Plourin 2002]]:96)  
       ([[Plourin (2002)|Plourin 2002]]:96)  
    
    
   En gallois, ''hwch'' est féminin et dénote une 'truie'.
   En gallois, ''hwch'' est féminin et dénote une 'truie'.
Hyllested (2016) développe l'hypothèse que la racine protoceltique ''[[*]] sukko-'' est un [[emprunt]] au proto-fennique.




== Bibliographie ==
== Bibliographie ==
* Hamp, Eric P. 1987. 'The pig in ancient Northern Europe', S. N. Skomal & E. C. Polomé (éds.), ''Proto-Indo-European: The archaeology of a linguistic problem'', Washington, DC: Institute for the Study of Man, 185–190.
* Hamp, Eric P. 1989. 'North European pigs and phonology', ''Zeitschrift für Celtische Philologie'' 43, 192–193.
* Hyllested, Adam. 2016. 'Again on pigs in Ancient Europe: The Fennic connection', Bjarne Simmelkjær Sandgaard Hansen, Benedicte Nielsen Whitehead, Thomas Olander & Birgit Anette Olsen (éds.), ''Etymology and the European Lexicon, Proceedings of the 14th Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft'', Wiesbaden, Reichert Verlag.


* [[Jacques (2013)|Jacques, Guillaume. 2013]]. 'Les noms du cochon domestique en celtique', ''Historische Sprachforschung / Historical Linguistics'' 126, Vandenhoeck & Ruprecht, 287-295.
* [[Jacques (2013)|Jacques, Guillaume. 2013]]. 'Les noms du cochon domestique en celtique', ''Historische Sprachforschung / Historical Linguistics'' 126, Vandenhoeck & Ruprecht, 287-295.

Version du 26 avril 2022 à 19:11

Le nom hoc'h est un nom comptable qui dénote 'un cochon, un verrat'.


(1) Dre-mañ, a pa lazher un hoc’h, e lamer ar c’hig druz a-zoc’htoñ.
par-ci quand tue.on un cochon R4 enlève.on le 5chair gras de.lui
'Ici, quand on tue un cochon, on en enlève la chair grasse.'
Vannetais, Herrieu (1994:41)


Morphologie

répartition dialectale

La carte 471 est la traduction de verrat.

La carte 470 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de porc, des porcs. En Sud vannetais et dans le baie de Douarnenez, la forme oc'h dénote des porcs en général. Le 'verrat' y est alors dénommé oc'h-tarv.


dérivation

(2) Izidor a veze atao mastoc'het e labour.
Isidore R1 était toujours .cochon.n.é son1 travail
'Isidore faisait toujours un travail de cochon.'
Standard, Riou (1941:7)


Diachronie

Le proto-celtique * sukko- 'truie' a donné le breton hoc'h, et dans les autres langues celtiques le vieil irlandais socc-, le gallois hwch, le cornique hoch, le vieux breton hoch (Hamp 1987).


 Jacques (2013:291):
 *sukko- est rapproché du latin sūs < *suH- 'cochon' et à ses cognats dans diverses langues (voir par exemple Zair 2012:158), nom formé à partir de la racine verbale *sewH- 'donner naissance, [all. gebären]' (LIV p.538). La dérivation de l'étymon *suH- de cette racine *sewH- suppose l'évolution 'rejeton' > petit cochon > 'cochon'. En breton, *sukko- > hoc'h signifie le verrat comme tourc'h : la répartition des deux étymons est dialectale. Il peut s'employer pour désigner aussi le sanglier mâle, comme l'illustre l'exemple suivant: 
 (1) Ur wech, koulskoude, goude bezañ redet war-lerc'h ur pezh hoc'h-tourc'h kozh, 
     e oa en em gawet an aotroù war hed tenn. 
     'Une fois, malgré tout, après avoir couru un vieux [sanglier] mâle énorme,
      le maître s'était trouvé à portée de fusil.' 
     (Plourin 2002:96) 
 
 En gallois, hwch est féminin et dénote une 'truie'.


Hyllested (2016) développe l'hypothèse que la racine protoceltique * sukko- est un emprunt au proto-fennique.


Bibliographie

  • Hamp, Eric P. 1987. 'The pig in ancient Northern Europe', S. N. Skomal & E. C. Polomé (éds.), Proto-Indo-European: The archaeology of a linguistic problem, Washington, DC: Institute for the Study of Man, 185–190.
  • Hamp, Eric P. 1989. 'North European pigs and phonology', Zeitschrift für Celtische Philologie 43, 192–193.
  • Hyllested, Adam. 2016. 'Again on pigs in Ancient Europe: The Fennic connection', Bjarne Simmelkjær Sandgaard Hansen, Benedicte Nielsen Whitehead, Thomas Olander & Birgit Anette Olsen (éds.), Etymology and the European Lexicon, Proceedings of the 14th Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft, Wiesbaden, Reichert Verlag.
  • Jacques, Guillaume. 2013. 'Les noms du cochon domestique en celtique', Historische Sprachforschung / Historical Linguistics 126, Vandenhoeck & Ruprecht, 287-295.