Henn

De Arbres
Révision datée du 3 mars 2020 à 11:17 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Syntaxe)
Aller à : navigation, rechercher

Le pronom démonstratif neutre henn 'ça' est le pendant du masculin hennezh et du féminin hounnezh. Ce pronom henn existe dans des états anciens de la langue mais n'est plus usité en breton moderne que sous une variante enclitique sur les prépositions, -henn dans evel-henn 'comme cela' ou betek-henn 'jusque là'.


Syntaxe

distribution

objet d'un impératif

(1) Autrou, dalet, ha sellet henn., Moyen breton (1530) J.:116-b.

(2) Credet henn, Moyen breton (1530) J.:32-b.


Selon Kervella (lettre à G. Pennaod citée dans Pennaod 1969:41), la forme henn n'est plus licite en breton moderne comme objet d'un impératif, où elle est remplacée par l'autre pronom neutre se (Kredit-se).


après le verbe 'être'

En (3), henn est un pronom indépendant de fonction sujet (henneth, qui a donné le pronom sujet hennezh, est pourtant indépendamment attesté en vieux breton, voir GRVB.:267, DGVB.:164, 209).

(3) pebez tro vezo henn pan duy a-nn neff, Moyen breton (1557), B. n.350.


En (4), c'est le sujet d'un passif (her = rak, 'car').


(4) Gant spont na confontent, her lavaret voae heñ., Moyen breton du XVI°, G.:528


rimes internes

Selon Pennaod (1969:41), le démonstratif non-clitique peut apparaître devant le verbe tensé s'il s'agit de favoriser une rime interne.


(5) ha huy henn na lennas?, Moyen breton du XVI°, G.:530.

Diachronie

Pennaod (1969:41) cite la forme reconstruite d'indo-européen *sind-od, donnant le vieux breton hinn, et le pronom neutre démonstratif du moyen gallois hynn.


traces en breton moderne

Quelques mots de breton moderne semblent formés sur une racine en hen(n). Ces mots tendent à être réinterprétés comme de base en hini.

  • heniennoù, [hɛ̃ni'ɛno], 'certains (individus)', Vannetais, Favereau (1993)
heniennelour, [hɛ̃jɛ'nelur], 'individualiste', Favereau (1993)


hini?

La tête nominale hini se trouve aussi orthographiée en moyen breton sous la forme heny. Favereau (1993) reporte la prononciation [eni] en haut-vannetais moderne.


Bibliographie

  • Pennaod, G. 1969. 'Diwar-benn ar raganvioù-gour 3e un. gourel ha nepreizh ha raganvioù-diskouezhañ zo.', Preder Kaier 123-124. (surtout 40-42).