He- : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Le [[morphème]] ''he-'' dénote la facilité, la possibilité, l’aisance. Il est comparable sémantiquement au [[suffixe]] ''-able'' du français.
 
Le [[morphème]] ''he-'' dénote la facilité, la possibilité, l’aisance. Il est comparable sémantiquement au [[suffixe]] ''-able'' du français.
 +
 +
 +
[[Vallée (1980)|Vallée (1980]]:XXII) donne: '''''he'''werz'', 'facile à vendre, vendable', '''''he'''wel'', 'facile à voir, visible' et '''''he'''verz'', 'facile à percevoir, perceptible.
  
  
Ligne 6 : Ligne 9 :
  
 
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§883) donne :
 
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§883) donne :
: ''hedro'', ''hevag'', ''helavar'', ''hegarat'', ''hedorr'', ''hewel'', ''heverz'', ''hewerzh'', ''hegredik'', ''heson'', ''hevoud'', ''habask'', ''heglev''.
+
: '''''he'''dro'', '''''he'''vag'', '''''he'''lavar'', '''''he'''garat'', '''''he'''dorr'', '''''he'''wel'', '''''he'''verz'', '''''he'''werzh'', '''''he'''gredik'', '''''he'''son'', '''''he'''voud'', '''''ha'''bask'', '''''he'''glev''.
  
  
[[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:§121) ajoute ''hewerz'', 'de bonne vente', et ''hesonenn'', 'harmonie'.  
+
[[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:§121) ajoute '''''he'''sonenn'', 'harmonie'.  
  
  
Ligne 29 : Ligne 32 :
  
 
L’[[accentuation]] en [[KLT]] tombe sur l’avant-dernière syllabe ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§887) et montre avec les bisyllabiques que le préfixe ''he-'' peut prendre l’accentuation de mot (''HEdro'').  
 
L’[[accentuation]] en [[KLT]] tombe sur l’avant-dernière syllabe ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§887) et montre avec les bisyllabiques que le préfixe ''he-'' peut prendre l’accentuation de mot (''HEdro'').  
 +
 +
 +
== Syntaxe ==
 +
 +
Sur la [[grille thématique]] d'une racine verbale [[transitive]], le préfixe ''he-'' opère une suppression de l'[[agent]]. L'[[argument]] qui reste est le [[patient]] (comme dans le [[passif]]). 
 +
 +
 +
== Sémantique ==
 +
 +
Le préfixe ''he-'' a sur une racine verbale l'effet d'un [[impersonnel]] de forme ''se'' des langues romanes (''vendable''/''qui '''se''' vend'').
 +
 +
En cela, le préfixe ''he-'' est comparable au préfixe ''[[em-]]'' (''emsav'', ''emwerzh'', ‘facile à enlever/vendre’, [[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§882)
 +
  
 
== Diachronie ==
 
== Diachronie ==

Version du 22 mars 2014 à 10:17

Le morphème he- dénote la facilité, la possibilité, l’aisance. Il est comparable sémantiquement au suffixe -able du français.


Vallée (1980:XXII) donne: hewerz, 'facile à vendre, vendable', hewel, 'facile à voir, visible' et heverz, 'facile à percevoir, perceptible.


Chalm (2008:w-217) donne: hebleg, 'flexible'; helavar, 'éloquent'; helenn, 'facile à lire'; heverk, 'remarquable'


Kervella (1947:§883) donne :

hedro, hevag, helavar, hegarat, hedorr, hewel, heverz, hewerzh, hegredik, heson, hevoud, habask, heglev.


Trépos (2001:§121) ajoute hesonenn, 'harmonie'.


Morphologie

mutation

Ce préfixe provoque une lénition sur sa racine.

Kervella (1947:§883) propose de dériver la forme non-mutée heklev d’une influence du français écho.

catégorisation

Le morphème he- préfixe des noms et les transforme en adjectifs.

Ce changement de catégorie explique l’effet noté par Kervella (1947:§883) que les adjectifs préfixés par he- perdent leur suffixe adjectival : he- les a déjà recatégorisés en adjectifs.

accentuation

L’accentuation en KLT tombe sur l’avant-dernière syllabe (Kervella 1947:§887) et montre avec les bisyllabiques que le préfixe he- peut prendre l’accentuation de mot (HEdro).


Syntaxe

Sur la grille thématique d'une racine verbale transitive, le préfixe he- opère une suppression de l'agent. L'argument qui reste est le patient (comme dans le passif).


Sémantique

Le préfixe he- a sur une racine verbale l'effet d'un impersonnel de forme se des langues romanes (vendable/qui se vend).

En cela, le préfixe he- est comparable au préfixe em- (emsav, emwerzh, ‘facile à enlever/vendre’, Kervella 1947:§882)


Diachronie

Selon Deshayes (2003:37), he- est issu du vieux breton ho-, he-, 'bon, bien', venant du brittonique su-, apparenté au gaulois su- et à l’irlandais so-. Il correspond au gallois hy-.