Gwall-

De Arbres
Révision datée du 1 août 2016 à 15:30 par Mjouitteau (discussion | contributions) (adverbe indépendant, clitique et préfixe)
Aller à : navigation, rechercher

Gwall réalise différentes catégories: le nom, gwall, 'malheur', l'adverbe intensifieur, gwall, ou l'adjectif parfois péjoratif gwall.


(1) Pa'z eo arruet ar gwall eo gwell beza born eget beza dall.
quand' est arrivé le malheur est mieux être borgne que être aveugle
'Quand le malheur est là, il vaut mieux qu'il soit petit que grand.'
Trégorrois, proverbe, Gros (1989:'gwall')


L'adverbe comme l'adjectif se placent avant l'élément qu'ils modifient, et grammaticalisent souvent en préfixe intensifieur gwall-, 'très, beaucoup', qui intensifie le sens de n'importe quel adjectif, verbe infinitif ou participe passé. En (2), on voit d'abord l'usage adverbial de gwall qui intensifie le prédicat par, 'semblable, pareil', puis le préfixe adjectival gwall-, manifestement intégré au nom gwallhunvre puisqu'il subit la lénition après l'article, qui a un sens nettement péjoratif.


(2) Ar bombezadegoù a oa gwall bar d'ur wallhunvre
le bombes.coll.PL était très1 semblable à'un mauvais.rêve
'Les bombardements ressemblaient beaucoup à un cauchemar.' Standard, Menard & Kadored (2001:'gwallhunvre')


Kervella (1947:§883) donne : gwallamzer, gwallvrud, gwalldaol, gwallzen, gwallblandenn, gwalleur, gwallfroudenn, gwallfinvezhiñ, gwallgas, gwallober, gwallnamm, gwallverzh, gwallzarvoud, gwallziskred.


Morphologie

variation dialectale

Gwall existe en vannetais sous la forme /gol/. C'est aussi la forme rapportée par Favereau (1997:§304) pour le haut-cornouaillais, le bas-vannetais, en Pélem et Poher.


(1) [je zə golvras / je wɛ golvɛw ]
'zo gwall-vras 'oa gwall-vezv
lui est intensifieur1-grand lui était intensifieur1-saoul
'Il est très grand / il est complètement saoul.'
Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:14)


(2) /niče gol brop pex əred əzaj /
ne'est.pas très-1 propre ce.que R faites ici
'Ce n'est pas bien décent ce que vous faites là.' Groix, Ternes (1970:228)


La voyelle est aussi plus haute en Trégor (ur gwell dra, Favereau 1997:§304, e gwêll vicher, 'un mauvais métier', Tréguier (Plougrescant), Le Dû 2012a:38).


accentuation

Gwall- forme un groupe accentuel avec le mot qui le suit. C'est visible en KLT où l'accent, régulier sur la pénultième, tombe sur gwall- lorsque celui-ci est suivi d'un monosyllabique (gwallbaotr, Gros 1989:'gwall').


(2) ['ɡwal vad ]
gwall vad
'très bon' Plozévet, Goyat (2012:127)


mutations

Gwall- provoque une lénition sur la base sur laquelle il s'affixe (Helias 1986:15). Gwall indépendant, adjectif ou adverbe, provoque la même lénition.


(1) Gwall drist e oa gwelet an traoù-se holl é kouezhel tamm àr-lec'h tamm
intensifieur1 triste R était voir le choses- tout à tomber morceau après morceau
'C'était triste de voir tout cela tomber peu à peu en ruines.'
Vannetais, ar Meliner (2009:16)


(2) Bréma pa oud pinvidik, té a zo gwall c'hloriuz.
maintenant que es riche toi R est bien1 fier
'Maintenant que tu es riche, tu es bien fier.' Trégorrois, Hingant (1868:§117)


Lorsqu'il est préfixe sur un nom ou sur un verbe, gwall- peut aussi lui-même subir la mutation. En (3), la base nominale est tro, mutée en dro sous l'effet du préfixe gwall-. Ce nom féminin dérivé subit lui-même la mutation déclenchée par l'article ur.


(3) Pa c'hoarvez ganeoc'h ur walldro bennak.
quand arrive avec.vous un mauvais.tour quelconque
'quand il vous arrive quelque malheur' Menard & Kadored (2001:§'gwalldro')


La répartition dialectale de ce préfixe peut ne pas être homogène. Favereau (1997:§304) note que gwall ne mute jamais. Selon lui, ar wallamzer ou ur wall vuhez sont "non-attestés dans l'usage".


gwall est une barrière pour la mutation

La mutation s'opère à partir de l'initiale du nom en isolation, et non pas à partir de l'initiale de ce nom si gwall n'était pas présent. En (4), si la lénition était déclenchée par l'article, celle-ci obtiendrait ur grennardenn, et une lénition sur ce résultat donnerait ur gwall * c'hrennardenn.


(4) Honnez a oa eur gwall grenardenn.
celle.ci R était un sapré adolescente
'C'était une fille rétive, indolente, "dure".'
Trégorrois, Gros (1989:'gwall')


On fait le même constat pour la mutation provoquée par le nom sur son adjectif: gwall fait barrière.


(4) Un dra gwall drist eo e gwirionez.
un1 chose très triste est en vérité
'C'est en vérité une chose très triste.'
Standard, Arros (2004:'mot de l'éditeur')


un préfixe ou pas?

L'adjectif gwall est un adjectif pré-nominal, il se place toujours devant le nom qu'il modifie et il n'en existe pas de version postnominale indépendante (dans tan-gwall, 'incendie', c'est plus plausiblement un nom). En regardant uniquement l'ordre des mots, l'adjectif gwall pourrait être uniformément un préfixe.

Les mutations induites par gwall ne fournissent pas non plus de critère discriminant: préfixe comme adjectif antéposé provoquent aussi une lénition sur le nom qui suit (pas de différence de mutation entre ur gwall zarvoud, 'un mauvais évènement' et ur gwallzarvoud, 'un accident').


l'hypothèse de deux noms en composé

Trépos (2001:229) considère en substance que lorsque le nom est muté dans ur gwall vec'h, 'un lourd fardeau', il s'agit en fait d'un nom composé: gwall étant un nom, et bec'h aussi.

Le nom composé a alors la structure dérivationnelle [N-N]N, avec un nom tête gwall qui provoque une lénition sur son complément.

Selon Trépos (2001:229), c'est la même structure qui est représentée dans eun hanter-lur, 'une demi-livre' ou eur hast amzer, 'un sale temps'. Dans cette hypothèse, la lénition pourrait venir de, ou être soutenue par une préposition a1 faisant médiation entre les deux noms.

Cette hypothèse fait cependant des prédictions qui ne sont pas vérifiées. Tout d'abord, on devrait trouver des formes plurielles de gwall, comme dans les cas de mell ou pikol, or on n'en trouve pas (* gwalloù). Ensuite, cette hypothèse implique que gwall est le nom tête du composé, et donc celui qui transmet son genre à ce composé. Le genre ne devrait donc pas varier suivant le nom de la partie droite du composé, or il le fait (ar wallamzer, 'la tempête').


(1) Chomet eo ar vugale dindan ar wallamzer.
resté est le enfants sous le tempête
'Les enfants sont restés sous la tempête, l'orage.' Menard & Kadored (2001:§'gwallamzer')


préfixe muté > nom composé

Les noms féminins fournissent un diagnostic de composition, car l’initiale du nom composé gwall-N est sujette à mutation (ar gwall amzer car l'adjectif ne mute pas, mais ar wallamzer car un préfixe devient l'initiale du nom).

Le nom composé a la structure dérivationnelle [Adj-N]N, avec un préfixe adjectival endocentrique qui ne modifie par la catégorie de sa base, qui reste nominale. La tête du composé est à droite, et c'est elle qui transmet son genre à l'ensemble. La mutation est ensuite visible si ce nom est féminin (ou masculin pluriel).


(2) ur wallblanedenn
un mauvais.1destin
'un coup du destin' Menard & Kadored (2001:§'gwallblanedenn')


Selon cette hypothèse, un pluriel devrait apparaître à droite du composé, ce qui se vérifie.


(3) gwalldaolioù an I.R.A.
mauvais.coup.s le I.R.A.
'Les attentats de l'I.R.A.' Menard & Kadored (2001:§'gwalldaol')


(4) Kontet em eus ma gwalldroioù dezhañ.
conté R.1SG a mon malheur.s à.lui
'Je lui ai raconté mes malheurs' Menard & Kadored (2001:§'gwalldro')


adjectif indépendant

L'existence du préfixe n'implique pas que l'adjectif antéposé n'est jamais indépendant.

Gros fournit un exemple où gwall apparaît devant un groupe verbal infinitif nominalisé. L'interprétation pointe vers un adjectif indépendant, modifiant tout le groupe nominal, et non seulement le verbe nominalisé: dans le contexte donné par Gros, "il y avait une côte à monter, ou [...] la source était éloignée".


(1) Eno e oa eur gwall gerc'had dour.
R était un sapré chercher eau
'Là, il était fatiguant d'aller chercher de l'eau.'
Trégorrois, Gros (1989:'gwall')


Ce test sémantique est disponible uniquement avec les verbes nominalisés, et le test de la mutation du préfixe n'y est pas disponible puisque ces nominalisations sont masculines par défaut.


adverbe indépendant, clitique et préfixe

L'adverbe gwall existe aussi de façon inépendante. On trouve à Plougerneau un usage indépendant de gwall, adverbe équivalent à kalz et signifiant 'beaucoup'.


(1) Ne vez ket implijet gwall.
ne est pas employé beaucoup
'Il n'est pas beaucoup utilisé.' Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


Il est aussi possible que la phrase donnée par Favereau (1997) montre un adverbe négatif indépendant (si il ne s'agit pas d'un emprunt de guère en français qu'il modifierait).


(2) N'ouzon ket gwall gaer.
ne'sais pas
'Je ne sais guère.' Favereau (1997:§304)


L'adverbe gwall existe aussi dans une version proclitique, c'est l'intensifieur de sens 'très', qui apparaît devant les adverbes et les adjectifs. Cet adverbe clitique, contrairement à un préfixe, n'est pas intégré dans la structure de l'item qu'il précède. En particulier, il ne subit porte pas une mutation consonnatique pour l'ensemble.

On voit en (3) que gwall après le nom tra n'a pas subi de lénition. On sait par ailleurs que l'adjectif subit une lénition après le nom tra, 'chose' (Setu aze un dra gaer, 'Voila une belle chose.', Standard, Menard & Kadored (2001:'tra'). L'intensifieur adverbial de l'adjectif n'est donc pas ici un préfixe de cet adjectif, mais un adverbe cliticisé sur lui.


(3) un dra gwall-iskis
un1 chose très-étrange
'une chose très étrange' Standard, Dictionnaire Le Gléau, 'très'


L'adverbe gwall existe finalement aussi sous forme de préfixe. En (4), le proclitique objet ne tolère aucun intervenant entre lui et son verbe, signe que gwall est intégré à la tête verbale. Il subit la mutation comme initiale du verbe.


(4) Doue ho kwalldapo e doare pe zoare.
Dieu vous3 mauvais.attrapera en manière ou1 manière
'Dieu vous punira d'une manière ou d'une autre' Menard & Kadored (2001:§'gwalldapout')

Syntaxe

variation dialectale

restriction dans les phrases positives

Selon Goyat (2012:127), à Plozévet, gwall- est restreint aux phrases négatives, mais selon Goyat (2012:204), "l’adverbe gwall s’emploie à la forme affirmative avec des adjectifs de sens généralement dépréciatif et à la forme négative avec tout adjectif".


Sémantique

Gwall- peut intensifier toutes sortes de catégories dans un sens mélioratif:


(4) Gwall-vat 'ma ho kafe.
intensifieur1 bon est votre café
'Votre café est très bon.' Haut-cornouaillais (Rieg), Bouzeg (1986:38)


(5) Skuizh on. Ur gwall eostiñ zo bet.
fatigué suis un INT moisson R y.a été
'Je suis fatigué. On a eu de sacrés foins.' FHAB. (1908:285), cité dans Le Gléau (1973:44)


(6) Brene ket gwall alies onenn anezhañ.
(ne) achetait pas très souvent frêne P.lui
'Il n'achetait pas de frêne très souvent.' Cornouaille, (Douarnenez), Hor Yezh (1983:17)


contextes péjoratifs

Le nom gwall est chargé négativement de façon intrinsèque.


(1) an tan gwall a oa en e wasan.
le feu N R était dans son1 pire
'L'incendie était dans toute sa force', Tréguier, Leclerc (1986:132)


C'est plausiblement ce nom qui apparaît en préfixe de verbes chargés négativement comme gwallober. Ce comportement nominal du préfixe rappelle le préfixe mal-/mé- du français (gwallziforzc'h, 'discrimination', gwallgas, 'maltraiter', gwallgomz, 'médire', gwallhunvre, 'cauchemar'... standard, Menard & Kadored 2001).


(2) Tud yaouank en em daolo da wallober.
gens jeune se1 jettera à1 mauvais.faire
'Les jeunes tomberont dans la déliquance.' Standard, Menard & Kadored (2001:'gwallober')


Il semble y avoir des contextes où le sens de l'adjectif ou de l'adverbe soit aussi obligatoirement péjoratif.

  • e gwêll vicher, 'un mauvais métier', Tréguier (Plougrescant), Le Dû (2012a:38)
  • [ɡwal 'ãmzɛr], gwall amzer, 'du mauvais temps', Plozévet, Goyat (2012:194).


Diachronie

Selon Deshayes (2003:'gwall'), gwall est issu du radical celtique * uel, que l'on retrouve dans différents noms des langues celtiques modernes.

goall, breton (1530)
nom 'mal, dommage, préjudice, sinistre'
gwall cornique
nom 'malchance, accident, manque, défaut'
gwall, gallois
nom 'faute, erreur, mal, défaut, négligence'
fell, vieil irlandais > feall, irlandais
nom 'fourberie'
feall, gaélique
nom 'fourberie'


Deshayes (2003) note aussi que goall (breton 1530) réalisait aussi l'adverbe 'méchant, mauvais'. La particularité bretonne semble donc résider dans la création de l'adjectif et de l'adverbe homophone. Deshayes (2003:'gwal') donne une étymologie différente pour l'adverbe 'très, remarquablement, grandement', qui viendrait du préfixe celtique * ual- qui a donné le gallois gwâl, 'guide, chef, dirigeant, souverain' et le vieux breton uual.


Hemon (2000:§47, fn2) note qu'en moyen-breton, l'adjectif goall, gwall, 'mauvais' peut être considéré comme un préfixe car il n'est jamais indépendant ou placé après le nom.