Guillevic & Le Goff Observations

De Arbres
Révision datée du 20 mai 2011 à 15:09 par M. Jouitteau (discussion | contributions) (Page créée avec « Guillevic, A. & P. Le Goff. 19XX. 'Observations sur la traduction du breton en français, extraites du corrigé des exercices bretons'. ... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Guillevic, A. & P. Le Goff. 19XX. 'Observations sur la traduction du breton en français, extraites du corrigé des exercices bretons'.


review, par G. Dottin. 1909. Annales de Bretagnes 25-4, 723.
 Les auteurs de l'excellente Grammaire bretonne du dialecte de Vannes ont publié 
 à part ces observations aussi intéressantes pour les linguistes que pour les 
 pédagogues. Elles sont réparties entre trois divisions : syntaxe, stylistique, 
 vocabulaire. Dans la syntaxe, figurent les phrases françaises fautives comme : 
 j'ai mal à ma tête, l'homme que je parle de lui, si je dirais, je doute qu'il 
 viendra, j'avais peur qu'il n'eût parlé; les emplois de 'avec' traduits du breton 
 gant comme : il a été mordu avec le chien, mon livre est avec moi, jeter des 
 pierres avec le chien, j'ai eu dix sous avec mon père. 
 Dans la stylistique, on recommande en français l'emploi des mots abstraits, des 
 adjectifs dérivés et des adverbes en -ment, l'addition des pronoms neutres en, y, le, la suppression 
 de monet auxiliaire, l'emploi de la subordination de préférence à la 
 coordination. 
 Le vocabulaire, fort intéressant, révèle comme incorrectes quelques expressions 
 que je crois usitées en français. Ainsi on peut dire, il me semble : 
 j'étais à dormir, c'est celui-là qui marche, mettez-le à travailler, mettez des 
 choux à cuire, l'autre est mieux. 
 Il serait fort utile que les maîtres, déférant à l'invitation que leur adressent 
 MM. Guillevic et Le Goff, publiassent des listes des bretonismes qu'ils ont 
 rencontrés dans les devoirs français de leurs élèves. 
 C'est un travail de ce genre que M. [[Kervarec donne dans le présent numéro des 
 Annales. 
 G. Dottin.