Gounit : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le [[verbe]] ''gounit'' sugnifie 'gagner'.
+
Le [[verbe]] ''gounit'' signifie 'gagner'.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)|| Gellet ||en doa || espern ||rak '''gounit'''|| mat a rea.
+
|(1)|| Gellet ||en doa || espern ||rak '''gounit'''|| mat a rea.
 
|-  
 
|-  
 
||| [[gallout|pu]]|| [[R]].3SG  [[kaout|avait]]||épargner || [[rak|car]] gagner || [[mat|bien]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[ober|faisait]]  
 
||| [[gallout|pu]]|| [[R]].3SG  [[kaout|avait]]||épargner || [[rak|car]] gagner || [[mat|bien]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[ober|faisait]]  
Ligne 21 : Ligne 21 :
 
|(2)|| Red e vez || d'an den ||ober e zispign ||diouz e ||'''hounedigez'''.  
 
|(2)|| Red e vez || d'an den ||ober e zispign ||diouz e ||'''hounedigez'''.  
 
|-
 
|-
||| [[ret|obligé]] [[R]] [[vez|est]]|| [[da|à]] [[IMP]] || [[ober|faire]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> dépense ||[[diouzh|selon]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> || gain
+
||| [[ret|obligé]] [[R]] [[vez|est]]|| [[da|à]] [[IMP]] || [[ober|faire]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> [[dispign|dépense]] ||[[diouzh|selon]] [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> || gain
 
|-
 
|-
 
|||colspan="10" | 'Il faut régler sa dépense sur son gain'.'
 
|||colspan="10" | 'Il faut régler sa dépense sur son gain'.'
Ligne 27 : Ligne 27 :
 
|||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:528)
 
|||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:528)
 
|}
 
|}
 
 
=== diachronie et composition ===
 
 
En breton moderne, le verbe ''gounit'' est maintenant opaque, mais il est un ancien composé. [[Bernier (1953)]] note le préfixe ''[[gou-]]'' 'sous' et une racine ''gnit'' 'faire', "qu'on trouve dans le gallois ''gnif'' 'travail harassant' et l'irlandais ''gniom'' 'action, division du sol égale à la douxième partie du terroir labourable en un an".
 
  
  
Ligne 44 : Ligne 39 :
 
|(3)||  Gall enefe ||espern ||pugur ||e '''c'houneze''' mat.
 
|(3)||  Gall enefe ||espern ||pugur ||e '''c'houneze''' mat.
 
|-  
 
|-  
||| [[gallout|pu]] [[kaout|aurait]]||épargner || [[peogwir|puisque]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> gagnait [[mat|bien]]
+
||| [[gallout|pu]] [[kaout|aurait]]|| épargner || [[peogwir|puisque]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> gagnait [[mat|bien]]
 
|-  
 
|-  
 
||| colspan="10" | 'Il aurait pu économiser car il gagnait bien.' ||||''Scaër/Bannalec'', [[H. Gaudart (04/2016b)]]
 
||| colspan="10" | 'Il aurait pu économiser car il gagnait bien.' ||||''Scaër/Bannalec'', [[H. Gaudart (04/2016b)]]
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
== Diachronie ==
 +
 +
=== 'cultiver' > 'gagner' ===
 +
 +
[[Fleuriot (1970b)|Fleuriot (1970b]]:715) relève dans [[Gros (1966)|Gros (1966]]:107) "d’intéressants exemples de ''gounid'' au sens de 'travailler, cultiver'... Loin d’être un développement récent dû à l’emploi de l’effet (gagner de l’argent) pour la cause (travailler) c’est tout bonnement le sens ancien du mot. On sait que ''[[labourat]]'' (emprunt assez ancien au français) l’a remplacé dans ce sens presque partout et presque toujours. Ce sens ancien 'cultiver' est aussi donné par [[Ernault (1927)|Ernault (1927]]:187); il persiste dans ''gounidek'' 'cultivateur'. Cf. les correspondants gallois ''gweini, gweinidog'', irlandais ''fogni'' ([[Fleuriot (1964b)|Fleuriot 1964b]]:163, 'erguinit')".
 +
 +
 +
=== composition ===
 +
 +
En breton moderne, le verbe ''gounit'' est maintenant opaque, mais il est un ancien composé. [[Bernier (1953)]] note le préfixe ''[[gou-]]'' 'sous' et une racine ''gnit'' 'faire', "qu'on trouve dans le gallois ''gnif'' 'travail harassant' et l'irlandais ''gniom'' 'action, division du sol égale à la douxième partie du terroir labourable en un an".
  
  

Version actuelle datée du 6 mai 2021 à 14:05

Le verbe gounit signifie 'gagner'.


(1) Gellet en doa espern rak gounit mat a rea.
pu R.3SG avait épargner car gagner bien R1 faisait
'Il avait pu économiser car il gagnait bien.' Léon, A. M. (02/2016)


Morphologie

dérivation

Hingant (1868:§20) donne, avec les suffixes -ek et le diminutif -ig, gonidek 'qui gagne', gonidégik 'qui gagne peu', gonidéien 'qui gagnent', gonidéienigou 'qui gagnent peu'.


(2) Red e vez d'an den ober e zispign diouz e hounedigez.
obligé R est à IMP faire son1 dépense selon son1 gain
'Il faut régler sa dépense sur son gain'.'
Trégorrois, Gros (1984:528)


Syntaxe

structure argumentale

C'est un verbe transitif. Il a aussi un usage intransitif, avec une ellipse conventionnalisée (gounit mat 'gagner bien (sa vie)').


(3) Gall enefe espern pugur e c'houneze mat.
pu aurait épargner puisque R4 gagnait bien
'Il aurait pu économiser car il gagnait bien.' Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016b)


Diachronie

'cultiver' > 'gagner'

Fleuriot (1970b:715) relève dans Gros (1966:107) "d’intéressants exemples de gounid au sens de 'travailler, cultiver'... Loin d’être un développement récent dû à l’emploi de l’effet (gagner de l’argent) pour la cause (travailler) c’est tout bonnement le sens ancien du mot. On sait que labourat (emprunt assez ancien au français) l’a remplacé dans ce sens presque partout et presque toujours. Ce sens ancien 'cultiver' est aussi donné par Ernault (1927:187); il persiste dans gounidek 'cultivateur'. Cf. les correspondants gallois gweini, gweinidog, irlandais fogni (Fleuriot 1964b:163, 'erguinit')".


composition

En breton moderne, le verbe gounit est maintenant opaque, mais il est un ancien composé. Bernier (1953) note le préfixe gou- 'sous' et une racine gnit 'faire', "qu'on trouve dans le gallois gnif 'travail harassant' et l'irlandais gniom 'action, division du sol égale à la douxième partie du terroir labourable en un an".


Bibliographie