Gouelañ : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
|(1)|| Kriz|| e vije || ar galon|| na '''ouelje'''.
 
|(1)|| Kriz|| e vije || ar galon|| na '''ouelje'''.
 
|-
 
|-
| ||[[kriz|cruel]]|| [[R]] [[COP|serait]] ||[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[kalon|coeur]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> pleurerait
+
|||[[kriz|cruel]]|| [[R]] [[COP|serait]] ||[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[kalon|coeur]] || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> pleurerait
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" |'Il aurait été dur le coeur qui n'eût pleuré.' ||||[[Falc'hun & Fleuriot (1978-79)|Falc'hun & Fleuriot (1978-79]]:7B)
+
|||colspan="10" |'Il aurait été dur le coeur qui n'eût pleuré.'  
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |[[Falc'hun & Fleuriot (1978-79)|Falc'hun & Fleuriot (1978-79]]:7B)
 
|}
 
|}
  
Ligne 24 : Ligne 26 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| ... neuche || dihan't ||ma hiñ' bi'n|| da '''oueli'''.  
+
|(2) ... || neuche || dihan't ||ma || hiñ' || bi'n|| da '''oueli'''.  
 
|-
 
|-
| || [[ne]]<sup>[[1]]</sup>'3SGM [[kaout|a]].[[ket|pas]] || [[dihan|arrêté]] || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> [[hini|N]] [[bihan|petit]]|| [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> pleurer
+
| || [[ne]]<sup>[[1]]</sup>'3SGM [[kaout|a]].[[ket|pas]] || [[dihan|arrêté]] || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> || [[hini|celui]] || [[bihan|petit]]|| [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> pleurer
 
|-
 
|-
|||colspan="8" | 'Mon petit n'a pas arrêté de pleuré.'
+
|||colspan="10" | 'Mon petit n'a pas arrêté de pleuré.'
 
|-
 
|-
|||||colspan="8" |  ''Cornouaillais de l'Est (Moëlan)'', [[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. (2017]]:126)
+
|||||colspan="10" |  ''Cornouaillais de l'Est (Moëlan)'', [[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. (2017]]:126)
 
|}
 
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(3)|| gant aon ||mah ouiahe Annaig || en en ||deus '''ouelet'''.
+
|(3)|| gant || aon ||mah || ouiahe || Annaig || en en ||deus '''ouelet'''.
 
|-
 
|-
| || [[gant|avec]] [[aon|peur]] || [[ma|que]] [[gouzout|saurait]] Anna.[[-ig|DIM]] || que [[R]]3SGM ||[[kaout|a]] pleuré
+
||| [[gant|avec]] || [[aon|peur]] || [[ma|que]] || [[gouzout|saurait]] || Anna.[[-ig|DIM]] || que [[R]]3SGM ||[[kaout|a]] pleuré
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="8" |'de peur que la petite Anna ne sache qu'il a pleuré.'||||||''Vannetais'',|| [[Ar Meliner (2009)|Ar Meliner (2009]]:40)
+
|||colspan="10" |'de peur que la petite Anna ne sache qu'il a pleuré.'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Vannetais'',|| [[Ar Meliner (2009)|Ar Meliner (2009]]:40)
 
|}
 
|}
 +
  
 
== Syntaxe ==
 
== Syntaxe ==

Version du 19 juillet 2021 à 10:09

Le verbe gouelañ signifie 'pleurer'.


(1) Kriz e vije ar galon na ouelje.
cruel R serait le 1coeur ne1 pleurerait
'Il aurait été dur le coeur qui n'eût pleuré.'
Falc'hun & Fleuriot (1978-79:7B)


Morphologie

répartition et variation dialectale

La carte 275 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de 'pleurer'. Le verbe gouelañ est du centre et de l'Est du domaine parlant, alors que leñvañ, verbe concurrent, est globalement une forme de l'Ouest.

La variation est aussi microlectale. A Cléguérec en vannetais pré-moderne, au moment de la collecte de l'ALBB, Thibault (1914:434) remarque que "garm remplace presque toujours gwelein 'pleurer'". Les formes garmat, krial et gwial sont autrement globalement plutôt associées à des pleurs d'enfants (avec des cris), mais à Cléguérec, ce sens est spécialisé sur gr(w)ifal 'pousser des cris (enfants)'. A Plouhinec fin XX°, le verbe leñvañ est associé aux capistes, le verbe krial aux habitants de Plouhinec, et yudal aux bigoudens (NALBB, carte 005).

Le Bayon (1878:65) donne ouilein da 'pleurer sur'.


(2) ... neuche dihan't ma hiñ' bi'n da oueli.
ne1'3SGM a.pas arrêté mon2 celui petit de1 pleurer
'Mon petit n'a pas arrêté de pleuré.'
Cornouaillais de l'Est (Moëlan), Bouzec & al. (2017:126)


(3) gant aon mah ouiahe Annaig en en deus ouelet.
avec peur que saurait Anna.DIM que R3SGM a pleuré
'de peur que la petite Anna ne sache qu'il a pleuré.'
Vannetais, Ar Meliner (2009:40)


Syntaxe

structure argumentale

Les verbes inergatifs comme gouelañ 'pleurer' n'ont qu'un seul argument qui réfère à l'expérienceur.


Horizons comparatifs

Châtelier (2012) relève en gallo du pays nantais à Guémené-Penfao l'emprunt au breton ouale 'pleurer en gémissant'.