Gleb : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Sémantique)
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)||Pa ||sauter || er || pissine,|| e veher ||'''glep'''et.
+
|(1)|| Pa ||sauter || er || pissine,|| e || veher ||'''glep'''et.
 
|-
 
|-
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> ||saute.[[IMP]] || [[P.e|den]].[[art|le]] || piscine || [[R]] [[COP|est]].[[IMP]]|| mouillé
+
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> ||saute.[[IMP]] || [[P.e|den]].[[art|le]] || piscine || [[R]]<sup>[[4]]</sup> || [[COP|est]].[[IMP]]|| mouillé
 
|-
 
|-
 
|||colspan="10" | 'Si on saute dans une piscine, on est mouillé.'
 
|||colspan="10" | 'Si on saute dans une piscine, on est mouillé.'
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
=== variation dialectale ===
 
=== variation dialectale ===
  
Pour le haut-vannetais du XXI°, [[Delanoy (2010)]] donne ''glib''.
+
Pour le haut-vannetais du XXI°, [[Delanoy (2010)]] donne ''glib''. En Basse-cornouaille, [[Ofis (2003)]] donne la même voyelle avec <font color=green>[gli:b]</font color=green> (avant voisée).
  
  
Ligne 30 : Ligne 30 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Drouk-hirnez || ez eus || ennon || hiziv ||d'am bro || '''c'hleborek''' || ha || glas.
+
|(2)|| Drouk-hirnez || ez eus || ennon || hiziv ||d'am || bro || '''c'hleborek''' || ha || glas.
 
|-
 
|-
||| [[drouk-|mal-]].[[hir|longu]].[[-nezh|eur]] ||[[R]] [[ez eus|est]] || [[P.e|en]].[[pronom incorporé|moi]] || [[hiziv|aujourd'hui]] || [[da|à]] [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> [[bro|pays]] || <sup>[[1]]</sup>humid.[[-or, -our|ess]].[[-ek|é]] || [[&|et]] || [[glas|vert]]
+
||| [[drouk-|mal-]].[[hir|longu]].[[-nezh|eur]] || [[R]] [[ez eus|est]] || [[P.e|en]].[[pronom incorporé|moi]] || [[hiziv|aujourd'hui]] || [[da|à]] [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> || [[bro|pays]] || <sup>[[1]]</sup>humid.[[-or, -our|ess]].[[-ek|é]]|| [[&|et]] || [[glas|vert]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="10" |'Je me languis aujourd'hui de mon pays humide et vert.'  
 
|||colspan="10" |'Je me languis aujourd'hui de mon pays humide et vert.'  
 
|-
 
|-
|||||||||colspan="10" |''Standard'', [[Drezen (1932)|Drezen (1932]]:11)
+
|||||||colspan="10" |''Standard'', [[Drezen (1932)|Drezen (1932]]:11)
 
|}
 
|}
 +
  
  
Ligne 108 : Ligne 109 :
 
|||||||colspan="10" |''Léon'', [[Seite & Stéphan (1957)|Seite & Stéphan (1957]]:145), citant Drezen
 
|||||||colspan="10" |''Léon'', [[Seite & Stéphan (1957)|Seite & Stéphan (1957]]:145), citant Drezen
 
|}
 
|}
 
  
 
== Sémantique ==
 
== Sémantique ==
Ligne 119 : Ligne 119 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)|| (Ne) || gallon ||tchet || mont || er-maez || be || zo || daou ||'''gi glep''' || dirak || ma || nor.
+
|(1)|| (Ne) || gallon ||tchet || mont || er-maez || be || zo || daou ||'''gi''' || '''glep''' || dirak || ma || nor.
 
|-
 
|-
||| [[ne]] || [[gallout|peux]] ||[[ket|pas]] ||[[mont|aller]] || [[er-maez|dehors]]||[[bez|expl]] || [[E|y.a]] || [[numéraux cardinaux|deux]]<sup>[[1]]</sup> ||[[ki|chien]] mauvais || [[dirak|devant]] || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> || [[dor|porte]]  
+
||| [[ne]] || [[gallout|peux]] ||[[ket|pas]] ||[[mont|aller]] || [[er-maez|dehors]]||[[bez|expl]] || [[E|y.a]] || [[numéraux cardinaux|deux]]<sup>[[1]]</sup> ||[[ki|chien]] || mauvais || [[dirak|devant]] || [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> || [[dor|porte]]  
 
|-
 
|-
 
|||colspan="10" | 'Je ne peux pas sortir, j'ai deux chiens inconnus devant ma porte.'
 
|||colspan="10" | 'Je ne peux pas sortir, j'ai deux chiens inconnus devant ma porte.'

Version actuelle datée du 2 octobre 2021 à 17:28

L'adjectif gleb signifie 'mouillé'.


(1) Pa sauter er pissine, e veher glepet.
quand1 saute.IMP den.le piscine R4 est.IMP mouillé
'Si on saute dans une piscine, on est mouillé.'
Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


Morphologie

variation dialectale

Pour le haut-vannetais du XXI°, Delanoy (2010) donne glib. En Basse-cornouaille, Ofis (2003) donne la même voyelle avec [gli:b] (avant voisée).


dérivation

atténuateurs

Gros (1984:369) donne, avec le préfixe ar-, arhleb 'humide'.

Favereau (1993) donne, avec le préfixe dam-, damc'hleb 'humecter'.


(2) Drouk-hirnez ez eus ennon hiziv d'am bro c'hleborek ha glas.
mal-.longu.eur R est en.moi aujourd'hui à mon2 pays 1humid.ess.é et vert
'Je me languis aujourd'hui de mon pays humide et vert.'
Standard, Drezen (1932:11)


participe

On trouve les formes glebiet et glepet.


(3) Pa vez glebiet ar biz e ya al lesk kuit.
Pa1 est mouillé le doigt R va le brûle parti
'Quand on mouille le doigt, la sensation de brûlure disparaît.'
Trégorrois, Gros (1984:392)


(4) ha ne veze ket c'hoant e vije glepet ar bara gant an dour-mor.
et ne1 était pas envie R serait mouillé le pain avec le eau-mer
'Et on ne voulait pas que le pain soit mouillé d'eau de mer.'
Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:10)


(5) Pa lammomp en un toull dour ez omp glepet.
quand1 sautons en un trou| | eau R sommes mouillé
'Si on saute dans une piscine, on est mouillé.'
Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


infinitif

(6) Ar vrumenn-ze na glebiañ na sehañ ne ra.
le 1brume- ni mouiller ni séch.er ne1 fait
'Cette brume-là ni ne mouille ni ne sèche (elle ne sert à rien).'
Trégorrois, Gros (1984:79)


modification

Le préfixe approximant ar-1 obtient ar-zec'h 'assez sec' comme ar-c'hleb 'assez humide' (Trégorrois, Ernault 1879-1880:147).

Il exite de nombreuses modifications exprimant la source de l'humidité. Bouzeg (1986:38) donne, à Riec, glep tour teil, 'tout mouillé' (/mouillé eau fumier/).


(7) Gléb-gliz eo ar geot.
mouillé-rosée est le herbe
'L'herbe est trempée de rosée.'
Léon, Seite & Stéphan (1957:145), citant Drezen

Sémantique

Le sens de 'mouillé' peut aussi être obtenu par le préfixe dour- 'eau, liquide' (dourlêz 'lait mouillé (d'eau)', Gros 1984:384).


En (1), Huguette Gaudart utilise gleb dans une expression figée ki gleb qui n'implique pas forcément d'humidité.


(1) (Ne) gallon tchet mont er-maez be zo daou gi glep dirak ma nor.
ne peux pas aller dehors expl y.a deux1 chien mauvais devant mon2 porte
'Je ne peux pas sortir, j'ai deux chiens inconnus devant ma porte.'
Scaër/Bannalec, H. Gaudart (03/2017)

Bibliographie