Différences entre les versions de « Gavr »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « colspan="10" » par « colspan="15" »)
m (Remplacement de texte — « taol, an taol| » par « taol (M.)| »)
 
Ligne 23 : Ligne 23 :
|(2)|| '''Kaor''' || Morwena || dioustu || nun || taol || piouff || a zo || kollet.
|(2)|| '''Kaor''' || Morwena || dioustu || nun || taol || piouff || a zo || kollet.
|-  
|-  
||| chèvre || [[nom propre|Morwena]] || [[diouzhtu|soudain]] || [[P.e|en]].[[art|un]] || [[taol, an taol|coup]] || [[onomatopée|piouff]] || [[R]] [[zo|est]] || [[koll|perd]].[[-et (Adj.)|u]]  
||| chèvre || [[nom propre|Morwena]] || [[diouzhtu|soudain]] || [[P.e|en]].[[art|un]] || [[taol (M.)|coup]] || [[onomatopée|piouff]] || [[R]] [[zo|est]] || [[koll|perd]].[[-et (Adj.)|u]]  
|-  
|-  
|||colspan="15" | 'La chèvre de Morwenna, d'un coup, piouff, a disparu.'  
|||colspan="15" | 'La chèvre de Morwenna, d'un coup, piouff, a disparu.'  

Version actuelle datée du 4 août 2022 à 12:44

Le nom gavr, ar c'havr dénote une 'chèvre'.


(1) Bezo du, bezo gwenn, pep gavr a gar he menn.
sera noir sera blanc chaque chèvre R1 aime son2 chevreau
'Qu'il soit noir, qu'il soit blanc, toute chèvre aime son chevreau.'
Trégorrois, Gros (1966:29)


Morphologie

variation et répartition dialectale

La variation dialectale de la traduction du nom chèvre est documentée dans les cartes 218 et 219 de l'ALBB. La carte 219 traduit tes chèvres. Sommerfelt (1921:142) donnait en léonard à Saint-Pol-de-Léon les prononciations de gravig, avec une métathèse par rapport à gavrig 'petite chèvre'. Pour le haut-vannetais du XXI°, Delanoy (2010) donne gor 'chèvre'. À Locronan, on trouve une forme en initiale /k/.


(2) Kaor Morwena dioustu nun taol piouff a zo kollet.
chèvre Morwena soudain en.un coup piouff R est perd.u
'La chèvre de Morwenna, d'un coup, piouff, a disparu.'
Cornouaillais (Locronan), A-M. Louboutin (02/2022)


En pays bigouden, on trouve aussi le nom bida, bidiez.


nombre

Stump (1989:262) note le double pluriel gevred sur le pluriel interne gevr.

Sommerfelt (1921:142) donne en léonard à Saint-Pol-de-Léon les prononciations du pluriel de gravig, graviged. Il mentionne aussi le pluriel girvi, sur gavr.


Expression

'(faire le geste de) traire une chèvre'

Ernault (1879-1880) donne goro 'r c'haour '(faire le geste de) traire une chèvre' sur un roseau mouillé pour faire de la musique.


Horizons comparatifs

Le nom breton gavr est un emprunt dans le français de Douarnenez.


(1) C'est une gao(u)or finie. Toujours il faut qu'elle lambe partout comme son frère !

'C'est une chèvre (un garçon manqué). Il faut TOUJOURS (sans cesse) qu'elle saute partout comme son frère !'
Pichavant (1996:105)