Généricité : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Quantifieurs et généricité)
 
(30 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Une interprétation générique est une interprétation qui a valeur générale.
+
Une interprétation '''générique''' est une interprétation qui a valeur générale. En (1), ''ul loen'' ne [[réfère]] pas à un animal particulier mais à 'n'importe quel animal', 'un animal en général'.
  
En (1), la '''lecture générique''' est la plus facile: c'est l'interprétation de la phrase qui ne concerne pas des enfants donnés dans un contexte donné, mais bien les enfants en général.  
+
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(1)|| '''Eul''' || '''loen''' || n'eo || ket ||da veza || boufonet.
 +
|-
 +
||| [[art|un]] || [[loen|animal]] || [[ne]] [[COP|est]] || [[ket|pas]] || [[da|à]] [[bezañ|être]] || maltraité
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'Une bête ne doit pas être maltraitée.'
 +
|-
 +
|||||||||colspan="10" | [[Gros (1970b)|Gros (1970b:]]§'loen')
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
== Morphologie ==
 +
 
 +
Plusieurs temps morphologiques ont une lecture générique possible.
 +
 
 +
 
 +
=== présent ===
 +
 
 +
Un syntagme nominal peut avoir une interprétation générique, mais aussi un [[morphème]] temporel.
 +
Dans la phrase ''Glav a ra'', 'Il pleut', le temps présent peut être interprété comme ponctuel ('Il pleut maintenant'). Il peut aussi recevoir une interprétation générique ('Il pleut ici souvent').
 +
On parle ainsi de ''présent générique''.
 +
 
 +
Le temps présent à lecture générique, qui a valeur de vérité générale, apparaît souvent dans les [[expressions idiomatiques]].
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1)|| Ar vugale || n'o-devez ket a skiant ||da gompren e vezont ||oh ober droug.
+
|(2)|| Honnez || n' '''eo''' || ket || roet || he || zeod || dezi || da || lipad || mogeriou.
 
|-
 
|-
| || [[art|le]] enfants ||[[ne]] 3PL-[[kaout|a]] [[ket|pas]] [[a|de]] science || [[da|à]] comprendre [[R]] [[vez|sont]] ||[[particule o|à]] faire mal
+
||| [[DEM|celle.là]] || [[ne]] [[COP|est]] || [[ket|pas]] || [[reiñ|donné]] || [[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> || [[teod|langue]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|elle]] || [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> || [[lipat|lécher]] || [[moger|murs]]
 
|-  
 
|-  
| || colspan="4" | 'Les enfants n'ont pas assez de raison pour comprendre qu'ils sont en train de faire le mal.'  
+
||| colspan="10" | 'Sa langue ne lui a pas été donnée pour lécher les murs (mais bien pour bavarder).'  
 
|-  
 
|-  
| |||||| colspan="4" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:333).   
+
|||||||||||colspan="10" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:152).   
 
|}
 
|}
  
  
== Lecture générique ==
+
=== formes d'habitude ===
 +
 
 +
Les temps à lecture générique n'ont pas de paradigme particulier attaché à la généricité. Les [[formes d'habitude]] qui apparaissent sur certains verbes peuvent ne pas être génériques. Inversement, le verbe ''[[bezañ]]'' 'être', peut avoir une lecture générique sans apparaître sous la forme ''[[vez]]''.
 +
 
  
  [[Radford (1997)]]:
+
* ''Divourrus '''eo''' d’ur mestr cheñch mevel ; met divourrusoc’h '''eo''' c’hoazh d’ur mevel cheñch mestr.''
  "Dire qu'une expression telle que ''les œufs'' dans ''Les œufs font grossir''
+
: 'Un maître n'aime pas changer de serviteur, mais un serviteur aime encore moins changer de maître.'
  a une interprétation générique, c'est dire que cette expression est
+
:::::: ''Vannetais'',  [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:242)
  interprétée comme ''les œufs en général."
 
  
  
En (1), ''ul loen'' ne réfère pas à un animal particulier mais à n'importe quel animal.
+
=== futur ===
 +
 
 +
On trouve aussi le temps morphologique du [[futur]] avec une lecture générique (futur ou présent, donc, puisque générale: les conditions de vérité de la phrase sont dites semblables aujourd'hui comme demain).
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) || '''Eul loen''' || n'eo ket ||da veza boufonet.
+
|(3)|| Pa || '''vo''' ||daoulammet ||ar zoubenn ||ne '''vo''' || ket || mad.
 +
|-
 +
||| [[Pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> || [[COP|sera]]|| [[daou-]].[[lammat|saut]].[[-et (Adj.)|é]] || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>soupe ||[[ne]] [[COP|sera]] || [[ket|pas]] || [[mat|bon]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'Quand on fait bouillir le pot-au-feu au galot (à gros bouillons) il n’est pas bon.'
 
|-  
 
|-  
| || [[art|un]] animal || [[ne]]'est [[ket|pas]] || [[da|à]] [[bezañ|être]] maltraité
+
|||||||||colspan="10" |''Trégorrois'',  [[Gros (1984)|Gros (1984]]:373)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
=== temps composé ? ===
 +
 
 +
En français, la lecture générique est possible sur un passé composé (''Un malheur est vite arrivé''). Cette possibilité reste à documenter en breton.
 +
 
 +
 
 +
== Syntaxe ==
 +
 
 +
=== défini/indéfini ===
 +
 
 +
En (1), ''un den skuizh'' ne réfère pas à un humain particulier mais à n'importe quel humain fatigué. La phrase est vraie si cette vérité s'applique effectivement à tous les hommes fatigués, et non seulement à un d'entre eux.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(1)|| Peder || eur || kousked, ||d' '''un den skuizh''', || a zo || berrik-mat.
 +
|-
 +
| || [[les numéraux cardinaux|quatre]] || [[eur|heure]] || [[kousk|sommeil]] || [[da|à]]'[[art|un]] humain [[skuizh|fatigué]] ||[[R]] [[zo|est]] || [[berr|court]].[[DIM]]-[[mat|bien]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'Quatre heures de sommeil sont bien courtes pour un homme fatigué.'
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" | 'Une bête ne doit pas être maltraitée.'|||||| [[Gros (1970b)|Gros (1970b:]]§'loen')  
+
|||||||colspan="10" |''Vannetais'', [[Herrieu (1994)|Herrieu (1994]]:215)
 
|}
 
|}
  
== Temps générique ==
 
  
Un syntagme nominal peut avoir une interprétation générique, mais aussi un [[morphème]] temporel.  
+
En (2), la lecture générique sur le sujet n'est pas 'des enfants donnés dans un contexte donné', mais bien 'les enfants en général'.
Dans la phrase ''Glav a ra'', 'Il pleut', le temps présent peut être interprété comme ponctuel ('Il pleut maintenant'). Il peut aussi recevoir une interprétation générique ('Il pleut ici souvent').
+
 
On parle ainsi de ''présent générique''.
+
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(2)|| Ar vugale || n'o-devez || ket || a || skiant || da || gompren || e vezont || oh || ober || droug.
 +
|-
 +
||| [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[bugel|enfant]].[[pluriel interne|s]] ||[[ne]] 3PL-[[kaout|a]] || [[ket|pas]] || [[a|de]] || [[skiant|science]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> || [[kompren|comprendre]] || [[R]] [[vez|sont]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]], [[+C]]</sup> || [[ober|faire]] || [[droug|mal]]
 +
|-
 +
||| colspan="10" | 'Les enfants n'ont pas assez de raison pour comprendre qu'ils sont en train de faire le mal.'
 +
|-
 +
||||||| colspan="10" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:333).
 +
|}
 +
 
  
Ce temps générique qui a valeur de vérité générale apparaît souvent dans les [[expressions idiomatiques]].
+
=== lecture générique et ''tu'' impersonnel ===
  
 +
la lecture générique permet de changer la lecture d'autres éléments dans la phrase, comme une seconde personne qui prend une lecture d'[[impersonnel]] sous lecture générique.
 +
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2)|| Honnez n' '''eo''' ket roet || he zeod dezi || da lipad mogeriou.
+
|(3)|| Pa || vez || kalm, ||e rank'''ez''' || bezañ ||o sachañ  || war || '''da''' || roeñv.
 
|-
 
|-
| || [[DEM|celle.là]] [[ne]] [[COP|est]] [[ket|pas]] donné||[[POSS|son]] langue [[da|à]].[[pronom incorporé|elle]] ||[[da|pour]] lécher murs
+
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> || [[vez|est]] || calme|| [[R]] [[rankout|dois]] || [[bezañ|être]] || [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> [[sachañ|tirer]] ||[[war|sur]] || [[POSS|ton]]<sup>[[1]]</sup> || [[roeñv|rame]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" |'Quand le temps est calme, on doit jouer de la rame.'
 
|-  
 
|-  
| || colspan="4" | 'Sa langue ne lui a pas été donnée pour lécher les murs (mais bien pour bavarder).'  
+
|||||||colspan="10" |''Léon (Plougerneau)'', [[Elégoët (1982)|Elégoët (1982]]:8)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
== Adverbes et généricité ==
 +
 
 +
=== adverbes de généricité ===
 +
 +
Certains éléments comme des [[adverbes]] peuvent forcer une lecture générique. C'est le cas de ''hiziv an deiz'' 'de nos jours'.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(4)|| Red || eo || '''hiriv''' || '''an deiz''' || espern || an dour.
 +
|-
 +
||| [[ret|obligé]] || [[COP|est]] || [[hiziv|aujourd'hui]] || [[art|le]] [[deiz|jour]] || économiser || [[art|le]] [[dour|eau]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'Il faut aujourd'hui économiser l'eau.'
 
|-  
 
|-  
| || ||||colspan="4" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:152)
+
|||||||colspan="10" |''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:39)
 
|}
 
|}
  
  
Les temps à lecture générique n'ont pas de paradigme particulier attaché à la généricité. Les [[formes d'habitude]] qui apparaissent sur certains verbes peuvent ne pas être génériques.
+
== Quantifieurs et généricité ==
  
== Adverbes et généricité ==
+
=== interaction avec les quantifieurs ===
  
Certains éléments comme des adverbes peuvent forcer une lecture générique. C'est le cas de ''hiziv an deiz''.
+
Le quantifieur ''[[dibaot]]'' 'rare' quantifie à priori sur le nombre d'occurrences dans un ensemble par rapport aux autres occurrences de cet ensemble (cf. ''dibaot a wech'' 'peu de fois'). Cependant, avec un [[présent]] générique, il peut aussi servir à réaliser un marqueur [[épistémique]] comme 'peut-être'.  
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (3)|| Red eo || '''hiriv an deiz''' || espern an dour.
+
|(5)|| '''Dibaot''' || e || ve || kavout || eunn || den || mad || enn || ho || zouez.
 +
|-
 +
||| [[dibaot|rare]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> || [[vez|est]] || [[kavout|trouver]] || [[art|un]] || [[den|homme]] || [[mat|bon]] || [[P.e|en]] || [[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> || [[touez|parmi]]
 
|-
 
|-
| || [[ret|obligé]] [[COP|est]] || [[hiziv|aujourd'hui]] [[art|le]] jour || économiser [[art|le]] eau
+
|||colspan="10" | 'Peut-être ne trouverait-on pas un brave homme parmi eux.'
 
|-
 
|-
| ||colspan="4" | 'Il faut aujourd'hui économiser l'eau.'|||| ''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:39)
+
|||||||||||colspan="10" |''Traduction de conte'', [[Troude (1886)|Troude (1886]]:'peut-être')
 
|}
 
|}
  
Ligne 76 : Ligne 159 :
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
  
* Mari, Alda (dir.) 2012. ''New Perspectives on Genericity'', ''Recherches Linguistiques de Vincennes'' 41, ISBN 978-2-84292-350-1. [http://rlv.revues.org/2031 résumés en ligne]
+
* Mari, Alda (dir.) 2012. ''New Perspectives on Genericity'', ''Recherches Linguistiques de Vincennes'' 41, ISBN 978-2-84292-350-1. [http://rlv.revues.org.gate3.inist.fr/2031 texte intégral]
 
   
 
   
  
 
[[Category:fiches|Categories]]
 
[[Category:fiches|Categories]]

Version actuelle datée du 18 octobre 2021 à 10:13

Une interprétation générique est une interprétation qui a valeur générale. En (1), ul loen ne réfère pas à un animal particulier mais à 'n'importe quel animal', 'un animal en général'.


(1) Eul loen n'eo ket da veza boufonet.
un animal ne est pas à être maltraité
'Une bête ne doit pas être maltraitée.'
Gros (1970b:§'loen')


Morphologie

Plusieurs temps morphologiques ont une lecture générique possible.


présent

Un syntagme nominal peut avoir une interprétation générique, mais aussi un morphème temporel. Dans la phrase Glav a ra, 'Il pleut', le temps présent peut être interprété comme ponctuel ('Il pleut maintenant'). Il peut aussi recevoir une interprétation générique ('Il pleut ici souvent'). On parle ainsi de présent générique.

Le temps présent à lecture générique, qui a valeur de vérité générale, apparaît souvent dans les expressions idiomatiques.


(2) Honnez n' eo ket roet he zeod dezi da lipad mogeriou.
celle.là ne est pas donné son2 langue à.elle pour1 lécher murs
'Sa langue ne lui a pas été donnée pour lécher les murs (mais bien pour bavarder).'
Trégorrois, Gros (1984:152).


formes d'habitude

Les temps à lecture générique n'ont pas de paradigme particulier attaché à la généricité. Les formes d'habitude qui apparaissent sur certains verbes peuvent ne pas être génériques. Inversement, le verbe bezañ 'être', peut avoir une lecture générique sans apparaître sous la forme vez.


  • Divourrus eo d’ur mestr cheñch mevel ; met divourrusoc’h eo c’hoazh d’ur mevel cheñch mestr.
'Un maître n'aime pas changer de serviteur, mais un serviteur aime encore moins changer de maître.'
Vannetais, Herrieu (1994:242)


futur

On trouve aussi le temps morphologique du futur avec une lecture générique (futur ou présent, donc, puisque générale: les conditions de vérité de la phrase sont dites semblables aujourd'hui comme demain).


(3) Pa vo daoulammet ar zoubenn ne vo ket mad.
quand1 sera daou-.saut.é le 1soupe ne sera pas bon
'Quand on fait bouillir le pot-au-feu au galot (à gros bouillons) il n’est pas bon.'
Trégorrois, Gros (1984:373)


temps composé ?

En français, la lecture générique est possible sur un passé composé (Un malheur est vite arrivé). Cette possibilité reste à documenter en breton.


Syntaxe

défini/indéfini

En (1), un den skuizh ne réfère pas à un humain particulier mais à n'importe quel humain fatigué. La phrase est vraie si cette vérité s'applique effectivement à tous les hommes fatigués, et non seulement à un d'entre eux.


(1) Peder eur kousked, d' un den skuizh, a zo berrik-mat.
quatre heure sommeil à'un humain fatigué R est court.DIM-bien
'Quatre heures de sommeil sont bien courtes pour un homme fatigué.'
Vannetais, Herrieu (1994:215)


En (2), la lecture générique sur le sujet n'est pas 'des enfants donnés dans un contexte donné', mais bien 'les enfants en général'.


(2) Ar vugale n'o-devez ket a skiant da gompren e vezont oh ober droug.
le 1enfant.s ne 3PL-a pas de science à1 comprendre R sont à4, +C faire mal
'Les enfants n'ont pas assez de raison pour comprendre qu'ils sont en train de faire le mal.'
Trégorrois, Gros (1984:333).


lecture générique et tu impersonnel

la lecture générique permet de changer la lecture d'autres éléments dans la phrase, comme une seconde personne qui prend une lecture d'impersonnel sous lecture générique.


(3) Pa vez kalm, e rankez bezañ o sachañ war da roeñv.
quand1 est calme R dois être à4 tirer sur ton1 rame
'Quand le temps est calme, on doit jouer de la rame.'
Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:8)


Adverbes et généricité

adverbes de généricité

Certains éléments comme des adverbes peuvent forcer une lecture générique. C'est le cas de hiziv an deiz 'de nos jours'.


(4) Red eo hiriv an deiz espern an dour.
obligé est aujourd'hui le jour économiser le eau
'Il faut aujourd'hui économiser l'eau.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:39)


Quantifieurs et généricité

interaction avec les quantifieurs

Le quantifieur dibaot 'rare' quantifie à priori sur le nombre d'occurrences dans un ensemble par rapport aux autres occurrences de cet ensemble (cf. dibaot a wech 'peu de fois'). Cependant, avec un présent générique, il peut aussi servir à réaliser un marqueur épistémique comme 'peut-être'.


(5) Dibaot e ve kavout eunn den mad enn ho zouez.
rare R4 est trouver un homme bon en leur2 parmi
'Peut-être ne trouverait-on pas un brave homme parmi eux.'
Traduction de conte, Troude (1886:'peut-être')

Terminologie

Les termes équivalents en anglais sont genericity, generic.


Bibliographie

  • Mari, Alda (dir.) 2012. New Perspectives on Genericity, Recherches Linguistiques de Vincennes 41, ISBN 978-2-84292-350-1. texte intégral