Fitzgerald (2020)

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
  • Fitzgerald, Colleen M. 2020. 'Second and first position in Tohono O'odham auxiliaries', Rebecca Woods & Sam Wolfe (éds.), Rethinking Verb Second, Oxford Linguistics, 745-769.


à propos

L'auteur présente d'abord un résumé des généralisations sur l'ordre des mots à temps second en Tohono O'odham. L'élément tensé est toujours un auxiliaire. C'est un cas de T2 linéaire puisque des particules et complémenteurs peuvent être l'élément initial. Dans une seconde partie, l'auteur ajoute une généralisation. Elle montre une corrélation entre : (i) la présence après l'auxiliaire de particules qui seraient prosodiquement agrammaticales à l'initiale absolue (ces particules commencent par une voyelle, ce qui est banni par la langue). (ii) des ordres exceptionnels à auxiliaire initial.

L'auteur propose une règle d'évitement de type prosodique qui opère à l'échelle de la phrase. Sont bannies les phrases, comme les mots et groupes nominaux, qui commencent par une voyelle ou la consonne /g/. Sont bannies les phrases, comme les mots, commençant par un élément inaccentué directement suivi d'un élément accentué. Pour expliquer que se contredisent la règles d'évitement syntaxique du temps à l'initiale et les règles phonologiques et prosodiques, l'auteur postule que ces règles sont ordonnées dans un cadre OT (Optimality Theory).

Cependant, comme dans l'hypothèse développée par Jouitteau (2020b) pour le breton, la représentation en T des modules de la grammaire dessine un ordre dérivationnel dans sa branche réalisant la forme phonologique. La phonologie opère sur l'output délivré par la syntaxe (structure syntaxique > dérivation > linéarisation > module de réarrangement morphologique ultra-local > module phonologique). Cet ordre des opérations, avec l'hypothèse que le mouvement ultra-local est permis en dehors de la syntaxe, permet de prédire que des opérations de dernier ressort d'ordre phonologique peuvent inverser ultra-localement des ordres de mots réalisés en syntaxe ou en morphologie post-syntaxique.