Favereau (2018)

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher


 Résumé:
 "La transition du gaulois au breton a été fort discutée. Les récentes publications montrent que britonnique et gaulois ne différaient guère, « similes sunt » dixit Tacite, après César. Breton, cornique, gallois issus du celtique insulaire se comparent aux langues romanes par rapport au latin. Ce que nous savons du gaulois (mille mots plus les composés) se retrouve intégralement en néo-celtique, breton et ses langues sœurs ou sinon en gaélique. On connaissait l'exemple du breton brug / 'bruyère' (celtique continental) à côté du gallois grug, évolution d'un même *uroica (en irlandais fraoch). Quasiment partout on utilise en breton aussi bien le celtique en S (se), an dra-se ('ça, cela') qu'en H (he-, henn), an dra-he ('ci' & 'cela'), la variante britonnique ou insulaire de la même racine."


Les exemples du résumé n'apparaissent pas dans l'article.


Lecture critique

L'auteur présente en choix assumé une approche intuitive de lexicographe entrainé, en dehors d'une approche théorique particulière ou de choix méthodologiques. Il s'agit donc de la présentation d'une intuition.

L'hypothèse générale de l'article, ou son intuition, est difficile à cerner car elle n'est pas présentée en introduction ni reprise en conclusion, mais l'article défend, à partir de quelques dérivations étymologiques proposées de mots du lexique, d'illustrer un lien entre le gaulois tardif et le vieux-breton.

 "la frontière est ténue, voire quasi inexistante, entre gaulois tardif, tel que nous pouvons le deviner et le vieux-breton le plus ancien, tel qu'on ne le connaît que très peu également, puisque la plupart des gloses publiées datent davantage des IXe et Xe siècles… En filigrane, se confirme donc cette notion de continuité ou de continuum, [...] qui fait du celtique la langue des premiers habitants sédentarisés sur la façade atlantique."


La bibliographie est principalement francophone, sans les ressources disponibles sur le vieux brittonique, ou sur les reconstructions du protoceltique ou de l'indo-européen.

  • travaux de l'auteur +
  • Lambert, Pierre-Yves. 1994. La Langue gauloise, Paris, Errance.
  • Xavier Delamarre, Xaxier. 2001. Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux celtique continental, Paris, Errance.
  • Dottin, Georges. 1918. La langue gauloise, Paris, C. Klincksieck, texte, (consulté le 18 juin 2018).
  • Freeman, Philippe. 2001. The Galatian language. A comprehensive survey of the language of the ancient Celts in Greco-Roman Asia Minor, Lewiston (N.Y.), Edwin Mellen press.


discussions d'items lexicaux

  • L'auteur semble vouloir illustrer un incessant va-et-vient lexical entre langues romanes et celtiques à partir d'une proposition d'étymologie pour camion, le liant à l'étymologie du breton kamm 'recourbé', mais la proposition ne prend pas en compte la provenance indo-européenne commune des langues celtiques et romanes.
  • L'auteur considère que l'usage en espagnol d'Amérique du Sud de carro vient du celtique gaulois. Si c'est le cas, c'est probablement dans cette langue romane par le latin carrum, qui pourrait effectivement venir du gaulois *karros (proto-celtique *karros).