Favereau (1997:§548)

De Arbres
Révision datée du 26 mai 2014 à 22:00 par Mjouitteau (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Les adverbes de temps sont agrammaticaux entre l'auxiliaire et le participe.


 Favereau (1997:§548)
 "[...] par opposition au français où la place normale des adverbes de temps comme jamais, quelquefois, toujours, etc. est entre l'auxiliaire et le participe passé (ex. j'ai toujours travaillé, je ne l'ai jamais vu), les adverbes comme biken, biskoazh, gwech ebet, morse & alies, atav, bepred, c'hoazh, dalc'hmat, dija (& diminutifs, doublets, synonymes, etc.) ne sauraient séparer l'auxiliaire de l'adjectif verbal (ex. chez JG):   
 
 N'eo ket graet ma gweleoù c'hoazh.
 'Je n'ai pas encore fait mes lits.'
 
 Me am oa soñjet se c'hoazh.
 'J'y ai déjà pensé.'
 
 Biskoaz ne'm eus gwelet ken teo all.
 'Je n'ai jamais vu (quelque chose d') aussi gros.'
 
 N'eus bet biskoaz ger etrezomp.
 'Il n'y a jamais eu le moindre mot entre nous.'
 
 Lavaret en deus an dra-se din dija.
 'Il m'a déjà dit cela.'