Falc'hun (1981) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 33 : Ligne 33 :
 
* chapitre XXVI. 'Collusion homonymique entre les pluriels 'chiens', 'chats', et 'coqs'', p. 461.
 
* chapitre XXVI. 'Collusion homonymique entre les pluriels 'chiens', 'chats', et 'coqs'', p. 461.
 
* chapitre XXVII. 'Les noms de repas et leur évolution sémantique', p. 467.  
 
* chapitre XXVII. 'Les noms de repas et leur évolution sémantique', p. 467.  
* chapitre XXVIII. 'La disparition du tutoiement autour de Carhaix', 483-499.  
+
* chapitre XXVIII. 'La disparition du [[tutoiement]] autour de Carhaix', 483-499.  
 
* chapitre XXIX. 'Varia', p. 501.
 
* chapitre XXIX. 'Varia', p. 501.
 
* chapitre XXX. 'Commentaire global des figures', p. 515.
 
* chapitre XXX. 'Commentaire global des figures', p. 515.

Version du 13 avril 2021 à 12:30

  • Falc'hun, F. 1981. Perspectives nouvelles sur l'histoire de la langue bretonne, Riwanon Jaffrès et Alain Le Guyader (dir.), série La Nation en Question, Paris, Union Générale d'Éditions.


Index

Attention, la visualisation de l'index n'est pas très intuitive.

  • chapitre I. 'Le peuplement de la Bretagne', p. 35.
  • chapitre II. 'Les routes de Basse-Bretagne', p. 69.
  • chapitre III. 'La vie économique', p. 91.
  • chapitre IV. 'L'interprétation des cartes de l'Atlas', p. 111.
  • chapitre V. 'Cartes schématiques', p. 135.
  • chapitre VI. 'L'aire d'influence de Carhaix et le traitement des anciennes spirantes interdentales', p. 213.
  • chapitre VII. 'L'aire d'influence de Morlaix', p. 233.
  • chapitre VIII. 'La grande route d'invasion des mots français par le pays de Vannes', p. 243.
  • chapitre IX. 'Aspects divers de l'influence de Carhaix', p. 251.
  • chapitre X. 'La place de l'accent : l'accentuation cornouaillaise au Pays de Vannes, l'accentuation vanetaise en Cornouaille et en Tréguier', p. 269.
  • chapitre XI. 'L'accentuation de la diphtongue -oa-; les groupes accentuels', p. 279.
  • chapitre XII. 'La chute de la voyelle post-tonique en Cornouaille. Ancienneté des deux types d'accentuation bretonne', p. 287.
  • chapitre XIII. 'Amuïssement et épenthèse d'un r dans la zone d'influence de Carhaix', p. 317.
  • chapitre XIV. 'Les palatalisations de consonnes, k, z, l, n, g', p. 325.
  • chapitre XV. 'Les palatalisations de consonnes (suite)', p. 335.
  • chapitre XVI. 'Palatalisation de h intérieur et faits géographiquement co-exitensifs. Fluctuation des aires Carhaisiennes', p. 343.
  • chapitre XVII. 'Traitements phonétiques divers', p. 657.
  • chapitre XVIII. 'Les adjectifs numéraux ordinaux', p. 369.
  • chapitre XIX. 'Les désinences d'infinitif. Réfections cornouaillaises', p. 375.
  • chapitre XX. 'La conjugaison du verbe 'savoir, p. 385.
  • chapitre XXI. 'Les infinitifs en -o', p. 391.
  • chapitre XXII. 'Le pluriel des noms. Analyse de faits isolés', p.405.
  • chapitre XXIII. 'Le pluriel des noms. Vues d'ensemble', p. 417.
  • chapitre XXIV. 'Les pronoms personnels suffixés aux prépositions', p. 429.
  • chapitre XXV. 'Examen de quelques faits de vocabulaire', p. 441.
  • chapitre XXVI. 'Collusion homonymique entre les pluriels 'chiens', 'chats', et 'coqs, p. 461.
  • chapitre XXVII. 'Les noms de repas et leur évolution sémantique', p. 467.
  • chapitre XXVIII. 'La disparition du tutoiement autour de Carhaix', 483-499.
  • chapitre XXIX. 'Varia', p. 501.
  • chapitre XXX. 'Commentaire global des figures', p. 515.
  • chapitre XXXI. 'Conclusions graduelles, première étape : 1951', p. 530.
chapitre XXXI. 'Conclusions graduelles, deuxième étape : 1963', p. 530.
chapitre XXXI. 'Conclusions graduelles, troisième étape : 1980', p. 536.
  • chapitre XXXII. 'Nouvelle méthode de recherche en toponymie celtique', p. 555.
  • chapitre XXXIII. 'Contribution de la nouvelle méthode à l'étude du défrichement des forêts', p. 588.
  • chapitre XXXIV. 'Contribution de la nouvelle méthode à l'étude des origines de la langue bretonne', p. 599.
  • index toponymique, p. 621.


à propos


 "Cet ouvrage est la réédition, peu modifiée, de L'Histoire de la langue bretonne d'après la géographie linguistique. La principale addition, la 8e partie, «Travaux récents de toponymie », avec le fameux «article gaulois », et les innombrables formes du nom du 'bois', n’appelle aucun commentaire ici. Sur le reste, il y aurait beaucoup d’éloges à formuler si le titre du livre était : L’apport d’un atlas linguistique à l’histoire récente du breton. L’étude du voyage de formes et de mots est bien menée à partir de l’Atlas du Doyen Le Roux, document capital et irremplaçable, car, depuis sa rédaction, beaucoup de formes ont disparu ou ont changé, dans l'impersonnel, le parfait, les pronoms, etc. ; on y saisit sur le vif une évolution qui, rapide depuis trois siècles, est devenue accélérée dans un milieu bilingue. 
 Voilà le cœur du problème : comment les parlers modernes peuvent-ils nous renseigner sur l’immensité de ce qui a changé ou disparu ? Cet ouvrage n’utilise aucun document du vieux-breton - (le seul Cartulaire de Redon fournit trois mille entrées du IXe siècle, anthroponymes, toponymes, noms d’hommes, termes juridiques)... — aucun document du moyen-breton, sauf un dictionnaire. Pourrait-on écrire l’histoire du français à partir d’un atlas moderne et d’un dictionnaire des alentours de 1500 ? en écartant comme sans valeur toute la production écrite depuis le serment de Strasbourg ?"