Expérienceur : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Horizons comparatifs)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Le rôle d'''expérienceur'' est le [[rôle thématique]] d'un [[argument]] qui réfère à l'entité qui fait l'expérience d'un état.
 
Le rôle d'''expérienceur'' est le [[rôle thématique]] d'un [[argument]] qui réfère à l'entité qui fait l'expérience d'un état.
 +
 +
Les verbes comme ''leñvañ'', 'pleurer' ou ''koshaat'', 'vieillir', n'ont qu'un seul [[argument]]: l'[[expérienceur]]. Ce sont des verbes [[inergatifs]].
  
  

Version du 8 novembre 2012 à 11:44

Le rôle d'expérienceur est le rôle thématique d'un argument qui réfère à l'entité qui fait l'expérience d'un état.

Les verbes comme leñvañ, 'pleurer' ou koshaat, 'vieillir', n'ont qu'un seul argument: l'expérienceur. Ce sont des verbes inergatifs.


introduit par 'da'

Lorsqu'il ne s'agit pas d'un argument direct, l'expérienceur est souvent introduit en breton par la préposition da.


(1) Pa zegouezo deoh mond ahannig.
quand arrivera à.vous aller de.là.DIM
'Quand vous devrez partir d'ici.' Trégorrois, Gros (1984:176)


(2) Ar haz-mañ 'vad a vez greet picherou dez!
le chat-ci ! R est fait caresses à.lui
'Eh bien! On en fait des caresses à ce chat-ci!' Trégorrois, Gros (1984:482)


Dans les constructions modales, l'expérienceur est la personne sur laquelle pèse l'obligation:


(3) Red eo din selled ha hi a zo sall a-walh.
obligé est à.moi regarder si elle R est salé assez
'Il faut que je regarde si elle est assez salée.' Trégorrois, Gros (1984:277)


introduit par 'gant'

L'expérienceur est aussi occasionnellement introduit par la préposition gant.


(4) Petra hoari gant an trabaser-mañ?
quoi joue avec le tracassier-ci
'Qu'est-ce qui lui prend à ce tracassier-ci?' Trégorrois, Gros (1984:483)


introduit par 'e'

(5) Me a vez droug ennon pa welan ar paotr koz o tond amañ da filostad.
moi R est méchanceté dans.moi quand vois le gars vieux à venir ici pour fouiner
'Je suis en colère quand je vois le vieux venir ici fureter (fouiller, fourrer son nez partout).' Trégorrois, Gros (1984:484)