Expérienceur : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Prépositions introduisant l'expérienceur)
 
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
 
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(1)|| Netra ebet || '''din'''-me !!
+
|(1)|| Netra || ebet || '''din'''-me !!
 
|-
 
|-
| || [[netra|rien]] [[ebet|aucun]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]]-[[écho|moi]]  
+
||| [[netra|rien]] || [[ebet|aucun]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]]-[[écho|moi]]  
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'J'en ai rien à cirer !!'|||| ||||||||''Léon'', [[Madeg (2013)|Madeg (2013]]:9)
+
|||colspan="10" | 'J'en ai rien à cirer !!'
 +
|-
 +
||||||||||||| colspan="10" |''Léon'', [[Madeg (2013)|Madeg (2013]]:9)
 
|}
 
|}
  
Ligne 68 : Ligne 70 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(5)|| Petra || hoari || gant || '''an trabaser-mañ'''?
+
|(5)|| Petra || hoari || '''gant''' || an trabaser-mañ?
 
|-
 
|-
 
||| [[petra|quoi]] || [[c'hoari|joue]] || [[gant|avec]] || [[art|le]] tracassier-[[DEM|ci]]  
 
||| [[petra|quoi]] || [[c'hoari|joue]] || [[gant|avec]] || [[art|le]] tracassier-[[DEM|ci]]  
Ligne 79 : Ligne 81 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(6)|| Pa || c'hoarvez ||ganeoc'h || ur '''w'''all'''d'''ro || bennak.
+
|(6)|| Pa || c'hoarvez || '''ganeoc'h''' || ur walldro || bennak.
 
|-
 
|-
 
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> || [[c'hoarvezout|arrive]] || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|vous]] || [[art|un]] <sup>[[1]]</sup>[[gwall-|mauvais]].<sup>[[1]]</sup>[[tro|tour]] || [[bennak|quelconque]]
 
||| [[pa|quand]]<sup>[[1]]</sup> || [[c'hoarvezout|arrive]] || [[gant|avec]].[[pronom incorporé|vous]] || [[art|un]] <sup>[[1]]</sup>[[gwall-|mauvais]].<sup>[[1]]</sup>[[tro|tour]] || [[bennak|quelconque]]
Ligne 87 : Ligne 89 :
 
|||||||||||colspan="10" |[[Menard & Kadored (2001)|Menard & Kadored (2001]]:§'gwalldro')
 
|||||||||||colspan="10" |[[Menard & Kadored (2001)|Menard & Kadored (2001]]:§'gwalldro')
 
|}
 
|}
 
  
 
=== introduit par ''e'' ===
 
=== introduit par ''e'' ===
Ligne 104 : Ligne 105 :
 
== Préposition vs. sujet du verbe ''kaout'' 'avoir' ==
 
== Préposition vs. sujet du verbe ''kaout'' 'avoir' ==
  
La carte 427 du [[NALBB]] montre la répartition dialectale des traductions du français ''J'ai trop chaud''. On trouve beaucoup de réponses où l'expérienceur est exprimé dans la préposition ''da'' (type ''Re domm eo din''), surtout en Léon, mais aussi un nombre consistant de réponses utilisant le verbe ''[[kaout]]'' 'avoir' comme en Trégor et Cornouaille (type ''''me meus re domm'') et partout en vannetais (type ''meus re domm'').
+
La carte 427 du [[NALBB]] montre la répartition dialectale des traductions du français ''J'ai trop chaud''. On trouve beaucoup de réponses où l'expérienceur est exprimé dans la préposition ''da'' (de type ''Re domm eo din''), surtout en Léon, mais aussi un nombre consistant de réponses utilisant le verbe ''[[kaout]]'' 'avoir' comme en Trégor et Cornouaille (de type ''Me meus re domm'') et partout en vannetais (de type ''Meus re domm'').
  
En français aussi, l'expérienceur peut être le sujet de ''avoir'' ('''''J''''ai trop chaud''). Cependant, l'hypothèse que l'usage du verbe 'avoir' avec un expérienceur en breton est uniquement le résultat de l'influence du français et est donc "fautive" est réfutée par la carte 427 du [[NALBB]] car l'influence du français n'est pas plausiblement plus forte en pays bigouden qu'elle ne l'est en Léon.  
+
En français aussi, l'expérienceur peut être le sujet de ''avoir'' ('''''J''''ai trop chaud''). Cependant, l'hypothèse que l'usage du verbe 'avoir' avec un expérienceur en breton est uniquement le résultat de l'influence du français et est donc "fautive" est n'est pas soutenue par cette carte 427 du [[NALBB]] car l'influence du français n'est pas plausiblement plus forte en pays bigouden qu'elle ne l'est en Léon.  
  
 
En breton, l'expérienceur et le sujet du verbe 'avoir' peuvent même co-référer dans la même phrase, ce qui est [[agrammatical]] en français ([[*]] ''Il a cru à lui...'', même si le clitique est possible '''''Il lui''' a cru entendre quelque bruit'').
 
En breton, l'expérienceur et le sujet du verbe 'avoir' peuvent même co-référer dans la même phrase, ce qui est [[agrammatical]] en français ([[*]] ''Il a cru à lui...'', même si le clitique est possible '''''Il lui''' a cru entendre quelque bruit'').

Version actuelle datée du 29 septembre 2021 à 11:40

Le rôle d'expérienceur est le rôle thématique d'un argument qui réfère à l'entité qui fait l'expérience d'un état. En (1), l'expérienceur réfère au locuteur, par le biais de la préposition da.


(1) Netra ebet din-me !!
rien aucun à.moi-moi
'J'en ai rien à cirer !!'
Léon, Madeg (2013:9)


Les verbes inergatifs comme leñvañ 'pleurer' ou koshaat 'vieillir' ont qu'un seul argument. Cet argument réfère à l'expérienceur.

En breton, contrairement au français ou à l'anglais, un verbe transitif avec un sujet expérienceur peut être passivisé.


Prépositions introduisant l'expérienceur

introduit par da

Lorsque l'expérienceur n'est pas un argument direct, il est souvent introduit par la préposition da.


(2) Pa zegouezo deoh mond ahannig.
quand1 arrivera à.vous aller de.là.DIM
'Quand vous devrez partir d'ici.'
Trégorrois, Gros (1984:176)


On trouve cette préposition da introduisant l'expérienceur hors du domaine verbal.


(3) ar mevel ar gwella deut d'e vestr
le valet le mieux venu à1 son1 maître
'le valet le mieux vu par son maître'
Cornouaillais / Léon, Croq (1908:13)


Dans les constructions modales, l'expérienceur est la personne sur laquelle pèse l'obligation.


(4) Red eo din selled ha hi a zo sall a-walh.
obligé est à.moi regarder si elle R est salé assez
'Il faut que je regarde si elle est assez salée.'
Trégorrois, Gros (1984:277)


introduit par gant

L'expérienceur est aussi occasionnellement introduit par la préposition gant.


(5) Petra hoari gant an trabaser-mañ?
quoi joue avec le tracassier-ci
'Qu'est-ce qui lui prend à ce tracassier-ci?'
Trégorrois, Gros (1984:483)


(6) Pa c'hoarvez ganeoc'h ur walldro bennak.
quand1 arrive avec.vous un 1mauvais.1tour quelconque
'quand il vous arrive quelque malheur'
Menard & Kadored (2001:§'gwalldro')

introduit par e

(7) Me a vez droug ennon pa welan ar paotr koz o tond amañ da filostad.
moi R est mal en.moi quand1 vois le gars vieux à4 venir ici pour1 fouiner
'Je suis en colère quand je vois le vieux venir ici fureter (fouiller, fourrer son nez partout).'
Trégorrois, Gros (1984:484)

Préposition vs. sujet du verbe kaout 'avoir'

La carte 427 du NALBB montre la répartition dialectale des traductions du français J'ai trop chaud. On trouve beaucoup de réponses où l'expérienceur est exprimé dans la préposition da (de type Re domm eo din), surtout en Léon, mais aussi un nombre consistant de réponses utilisant le verbe kaout 'avoir' comme en Trégor et Cornouaille (de type Me meus re domm) et partout en vannetais (de type Meus re domm).

En français aussi, l'expérienceur peut être le sujet de avoir (J'ai trop chaud). Cependant, l'hypothèse que l'usage du verbe 'avoir' avec un expérienceur en breton est uniquement le résultat de l'influence du français et est donc "fautive" est n'est pas soutenue par cette carte 427 du NALBB car l'influence du français n'est pas plausiblement plus forte en pays bigouden qu'elle ne l'est en Léon.

En breton, l'expérienceur et le sujet du verbe 'avoir' peuvent même co-référer dans la même phrase, ce qui est agrammatical en français (* Il a cru à lui..., même si le clitique est possible Il lui a cru entendre quelque bruit).


(1) ... kredet en doa d'ez klevout un trouz bennak.
cru avait à.lui entendre un bruit quelconque
'... il (lui) avait cru entendre quelque bruit.'
Riou (1941:7)