Excorporation : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Une opération de composition morphologique peut [[incorporer]] des [[morphèmes]] dans un complexe plus grand.  
+
Une opération de composition morphologique peut [[incorporer]] des [[morphèmes]] dans un complexe plus grand. Le phénomène d''''excorporation''' est le phénomène inverse: un composé complexe qui a été formé est séparé d'une de ses sous-parties, qui poursuit ensuite sa [[dérivation]] seule dans la phrase.
  
Le phénomène d''''excorporation''' est le phénomène inverse: un composé complexe est séparé d'une de ses sous-parties, qui poursuit ensuite sa [[dérivation]] dans la phrase.
+
Dans la plupart des cas, une fois un composé morphologique réalisé, celui-ci devient un domaine opaque pour les computations suivantes de la syntaxe: l''''excorporation''' hors de ce composé n'est pas supposée possible.
  
Jouitteau (2011), (2012) et (2013) propose que les cas de [[conjugaison analytique]] en ''ober'' sont des cas d'excorporation.  
+
== De l'excorporation en breton ? ==
 +
 
 +
Jouitteau [[Jouitteau (2011)|(2011)]], [[Jouitteau (2012)|(2012)]] et [[Jouitteau (2013)|(2013)]] propose que les cas de [[conjugaison analytique]] en ''[[ober]]'' sont des cas d'excorporation.  
  
  
 
Dans un premier temps lors de la dérivation, la [[tête]] verbale [[lexicale]] monte dans la tête ''[[Fin]]'' qui contient les [[traits]] de [[temps]], et d'[[accord]].  
 
Dans un premier temps lors de la dérivation, la [[tête]] verbale [[lexicale]] monte dans la tête ''[[Fin]]'' qui contient les [[traits]] de [[temps]], et d'[[accord]].  
  
Dans les cas où la contrainte [[V2]] doit être satisfaite, pour ne pas laisser le [[V1|verbe tensé en première position]], et en stratégie de [[dernier recours]], le matériel lexical est antéposé en initiale de phrase. Le verbe ''[[ober]]'', 'faire' est inséré en tête tensée pour fournir le support morphologique à l'expression du temps et de l'accord.
+
Dans les cas où la contrainte [[V2]] doit être satisfaite, pour ne pas laisser le [[V1|verbe tensé en première position]], et en stratégie de [[dernier recours]], le matériel [[lexical]] est antéposé en initiale de phrase. Le verbe ''[[ober]]'', 'faire' est inséré en [[tête]] tensée pour fournir le support morphologique à l'expression du temps et de l'accord.
  
 
Dans de rares cas idiosyncratiques, le verbe lexical est prononcé deux fois: une fois en initiale de phrase où il satisfait à la contrainte V2, et une autre fois comme matériel support pour les morphèmes du temps et de l'accord. Il en résulte un phénomène de [[Verbes qui se prennent eux-mêmes comme auxiliaires|doublement verbal]].   
 
Dans de rares cas idiosyncratiques, le verbe lexical est prononcé deux fois: une fois en initiale de phrase où il satisfait à la contrainte V2, et une autre fois comme matériel support pour les morphèmes du temps et de l'accord. Il en résulte un phénomène de [[Verbes qui se prennent eux-mêmes comme auxiliaires|doublement verbal]].   

Version du 9 avril 2014 à 09:03

Une opération de composition morphologique peut incorporer des morphèmes dans un complexe plus grand. Le phénomène d'excorporation est le phénomène inverse: un composé complexe qui a été formé est séparé d'une de ses sous-parties, qui poursuit ensuite sa dérivation seule dans la phrase.

Dans la plupart des cas, une fois un composé morphologique réalisé, celui-ci devient un domaine opaque pour les computations suivantes de la syntaxe: l'excorporation hors de ce composé n'est pas supposée possible.

De l'excorporation en breton ?

Jouitteau (2011), (2012) et (2013) propose que les cas de conjugaison analytique en ober sont des cas d'excorporation.


Dans un premier temps lors de la dérivation, la tête verbale lexicale monte dans la tête Fin qui contient les traits de temps, et d'accord.

Dans les cas où la contrainte V2 doit être satisfaite, pour ne pas laisser le verbe tensé en première position, et en stratégie de dernier recours, le matériel lexical est antéposé en initiale de phrase. Le verbe ober, 'faire' est inséré en tête tensée pour fournir le support morphologique à l'expression du temps et de l'accord.

Dans de rares cas idiosyncratiques, le verbe lexical est prononcé deux fois: une fois en initiale de phrase où il satisfait à la contrainte V2, et une autre fois comme matériel support pour les morphèmes du temps et de l'accord. Il en résulte un phénomène de doublement verbal.


Bibliographie

  • Jouitteau, M. 2013, 'La conjugaison analytique de doublement du verbe en breton', Ali Tifrit (éd.), Phonologie, Morphologie, Syntaxe Mélanges offerts à Jean-Pierre Angoujard, PUR, 327-354.
  • Jouitteau, M. 2012. 'Verb doubling in Breton and Gungbe; obligatory exponence at the sentence level’, The Morphosyntax of Reiteration in Creole and Non-Creole Languages, Aboh, Enoch O., Norval Smith and Anne Zribi-Hertz (éds.) [CLL 43]
  • Jouitteau, M. 2011. 'Post-syntactic Excorporation in Realizational Morphology: Breton Analytic Tenses', Andrew Carnie (éd.), Formal Approaches to Celtic Linguistics, Cambridge Scholars Publishing, 115-142. pdf sur lingBuzz/001169.