Evelkent : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
|(1)|| '''Evelkent''',|| a-benn laza eun den|| e vez red beza kriz.
 
|(1)|| '''Evelkent''',|| a-benn laza eun den|| e vez red beza kriz.
 
|-
 
|-
| || |tout.de.même ||[[a-benn|pour]] tuer [[art|un]] homme ||[[R]] [[vez|est]] [[ret|obligé]] [[bezan|être]] cruel
+
| || |tout.de.même ||[[a-benn|pour]] [[lazhañ|tuer]] [[art|un]] homme ||[[R]] [[vez|est]] [[ret|obligé]] [[bezan|être]] cruel
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Tout de même, pour tuer un homme, il faut être cruel.'||||||||||''Trégorrois'', [[Gros (1970)|Gros (1970]]:133)   
 
|||colspan="4" | 'Tout de même, pour tuer un homme, il faut être cruel.'||||||||||''Trégorrois'', [[Gros (1970)|Gros (1970]]:133)   

Version du 2 avril 2017 à 13:54

Evelkent, alkent ou eken est un adverbe évidentiel correspondant assez bien au français 'tout de même'. C'est une particule argumentative de discours, en ce qu'elle révèle l'attitude du locuteur vis-à-vis du poids argumentatif de son énoncé.


(1) Evelkent, a-benn laza eun den e vez red beza kriz.
tout.de.même pour tuer un homme R est obligé être cruel
'Tout de même, pour tuer un homme, il faut être cruel.' Trégorrois, Gros (1970:133)


Syntaxe

distribution dans la phrase

(2) Ze, evelkent, a oa eur galonad dezi da gaoud.
ça tout.de.même R1 était un1 coeur.-ée à.elle à1 avoir
'C'était tout de même un crève-coeur pour elle.' Trégorrois, Gros (1989:'kalon')


(3) Ma vijes o c'hoari kanetennoù [...], oas ket gouest da jom eken pesogwir e rankes klask eun all.
si serais à jouer canettes étais pas capable de rester même car R dois chercher un autre
'Si on était en train de jouer, on ne pouvait même pas rester parce qu'on devait en chercher un autre.'
Léon (Plougerneau), Elegoet (1975:9)


(4) Sort-mañ zo dibordet alkent!
sorte-ci est sans.limite tout.de.même
'Ceux-ci n'ont pas de limites!' Le Scorff, Ar Borgn (2011:12)


Variation dialectale

L. Jade signale que evelkent n'est pas connu (à l'oral au moins) dans le Sud de la Cornouaille, où il est remplacé par kemeñ.