En ur : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
 
Ligne 45 : Ligne 45 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2) || Ha diskenn a ra, ||'''en ur pennad tizh''', ||gant an diri.
+
| (2) || Ha diskenn || a ra, ||'''en ur''' || '''pennad''' || '''tizh''', ||gant an diri.
 
|-  
 
|-  
| ||[[&|et]] [[diskenn|descend]] [[R]] [[ober|fait]]|| [[P.e|en]] [[art|un]] [[pennad|coup]] [[tizh|vitesse]] ||[[gant|avec]] [[art|le]] escalier
+
| ||[[&|et]] [[diskenn|descend]] || [[R]] [[ober|fait]]|| [[P.e|en]] [[art|un]] || [[pennad|coup]] || [[tizh|vitesse]] ||[[gant|avec]] [[art|le]] escalier
 
|-
 
|-
||| colspan="4" | 'Et il descend, en coup de vent, les escaliers.' ||||| ''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:29)  
+
||| colspan="10" | 'Et il descend, en coup de vent, les escaliers.'
 +
|-
 +
||||||| colspan="10" |''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:29)  
 
|}
 
|}
  
Ligne 74 : Ligne 76 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2) ||<font color=green> /xagãza || <font color=green>'''nur'''|| <font color=green>ze:biɲ / </font color=green>
+
|(2)||<font color=green> /xagãza || <font color=green>'''nur'''|| <font color=green>ze:biɲ / </font color=green>
 
|-
 
|-
| || [[pfi|eux]].<sup>[[1]]</sup>[[komz|parle]] || en<sup>[[1]]</sup> ||[[debriñ|manger]]
+
||| [[pfi|eux]].<sup>[[1]]</sup>[[komz|parle]] || en<sup>[[1]]</sup> ||[[debriñ|manger]]
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Ils parlent tout en mangeant.' ||||''Groix'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:252)
+
|||colspan="10" | 'Ils parlent tout en mangeant.'  
 +
|-
 +
||||||| colspan="10" |''Groix'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970]]:252)
 
|}
 
|}
  
Ligne 95 : Ligne 99 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (4) || <font color=green>Lênn ré || <font color=green>'''nõnn''' || <font color=green> gèrzed''</font color=green>||||''Tréguier (Plougrescant)'', [[Le Dû (2012)|Le Dû (2012a]]:72)
+
|(4)|| <font color=green>Lênn ré || <font color=green>'''nõnn''' || <font color=green> gèrzed''</font color=green>||||''Tréguier (Plougrescant)'', [[Le Dû (2012)|Le Dû (2012a]]:72)
 
|-
 
|-
 
|||Lenn a rae ||'''en ur''' ||gerzhed.
 
|||Lenn a rae ||'''en ur''' ||gerzhed.
 
|-
 
|-
||| [[lenn|lire]] [[R]] [[ober|faisait]]||en<sup>[[1]]</sup> || [[kerzhout|marcher]]
+
||| [[lenn|lire]] [[R]] [[ober|faisait]]||en<sup>[[1]]</sup> || [[kerzhout|marcher]]
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" |'Il lisait en marchant.'  
+
| ||colspan="10" |'Il lisait en marchant.'  
 
|}
 
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (5) ||<font color=green> [me ’gɑ̃:nɛ ||<font color=green>war ’sɛ̃ntjər ||<font color=green>'''nɔ̃n''' la’bu:rət] </font color=green>
+
|(5)||<font color=green> [me ’gɑ̃:nɛ ||<font color=green>war ’sɛ̃ntjər ||<font color=green>'''nɔ̃n''' la’bu:rət] </font color=green>
 +
|-
 +
||| Me 'gane || war ar chantier || en ul[/nonn] labourat.
 
|-
 
|-
| || Me 'gane || war ar chantier || en ul[/nonn] labourat.
+
||| [[pfi|moi]] <sup>[[1]]</sup>chantait ||[[war|sur]] [[art|le]] chantier || en [[labourat|travailler]]
 
|-
 
|-
| ||[[pfi|moi]] <sup>[[1]]</sup>chantait ||[[war|sur]] [[art|le]] chantier || en [[labourat|travailler]]
+
|||colspan="10" | 'Je chantais sur le chantier tout en travaillant.'
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Je chantais sur le chantier tout en travaillant.' ||||''Bégard'', locuteur né en 1931, [[Yekel (2016)|Yekel (2016]]:'[http://www.brezhonegbrovear.bzh/temou.php?tem=213 ar chantier]')
+
||||||| colspan="10" |''Bégard'', locuteur né en 1931, [[Yekel (2016)|Yekel (2016]]:'[http://www.brezhonegbrovear.bzh/temou.php?tem=213 ar chantier]')
 
|}
 
|}
  
Ligne 124 : Ligne 130 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (7)|| '''En ur''' zonet || d'ar gêr, ||n'eus ket graet ||met taoler.
+
|(7)|| '''En ur''' zonet || d'ar gêr, ||n'eus || ket graet ||met taoler.
 +
|-
 +
||| en  [[dont|venir]] || [[da|à]]'[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[kêr|foyer]] || [[ne]]'[[kaout|a]] || [[ket|pas]] [[ober|fait]] || [[met|mais]] [[taoler|jeter]]
 
|-
 
|-
| || en  [[dont|venir]] || [[da]]'[[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[kêr|foyer]] || [[ne]]'[[kaout|a]] [[ket|pas]] [[ober|fait]] || [[met|mais]] [[taoler|jeter]]
+
|||colspan="10" | 'Venant à la maison, il n'a fait que vomir.'
 
|-
 
|-
| ||colspan="4" | 'Venant à la maison, il n'a fait que vomir.'|||| ''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:69)
+
||||||| colspan="10" |''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:69)
 
|}
 
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (8) || '''Cherr''' labourad || ra an nen ||traou-all.  
+
|(8)|| '''Cherr''' || labourad || ra || an nen ||traou-all.  
 
|-  
 
|-  
| || en [[labourat|travailler]] || [[ober|fait]] [[IMP]] ||[[traoù|choses]]-[[all|autre]]
+
||| en || [[labourat|travailler]] || [[ober|fait]] || [[IMP]] ||[[traoù|choses]]-[[all|autre]]
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" | 'Tout en travaillant on fait autre chose.',||||''Cornouaille du Nord (Berrien)'' [[Lozac'h (2012-)|Lozac'h (2012-]]:§'cherr/serr')
+
|||colspan="10" | 'Tout en travaillant on fait autre chose.'
 +
|-
 +
||||||| colspan="10" |''Cornouaille du Nord (Berrien)'' [[Lozac'h (2012-)|Lozac'h (2012-]]:§'cherr/serr')
 
|}
 
|}
  
Ligne 143 : Ligne 153 :
 
(9) ''Gwelet meus un dèn '''(e)n-ur''' vond''
 
(9) ''Gwelet meus un dèn '''(e)n-ur''' vond''
 
: 'J'ai vu un homme en allant', ''Cornouaille du Nord (Berrien)'', [[Lozac'h (2012-)|Lozac'h (2012-]]:'gwel(ed)')
 
: 'J'ai vu un homme en allant', ''Cornouaille du Nord (Berrien)'', [[Lozac'h (2012-)|Lozac'h (2012-]]:'gwel(ed)')
 +
  
 
== Syntaxe ==
 
== Syntaxe ==
Ligne 163 : Ligne 174 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| ... ||'''en ur''' '''va''' stardañ || war boull e galon ||||||''Léon (Bodilis)'', [[Ar Floc'h (1985)|Ar Floc'h (1985]]:30)
+
||||||| colspan="10" |''Léon (Bodilis)'', [[Ar Floc'h (1985)|Ar Floc'h (1985]]:30)
 
|-
 
|-
||| ||''en ur''<sup>[[1]]</sup> [[POSS|me]]<sup>[[2]]</sup> serrer || [[war|sur]]<sup>[[1]]</sup> boule [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> [[kalon|coeur]]
+
|(2)|| ... ||'''en ur''' '''va''' stardañ || war boull || e galon
 +
||| ||''en ur''<sup>[[1]]</sup> [[POSS|me]]<sup>[[2]]</sup> serrer || [[war|sur]]<sup>[[1]]</sup> boule || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> [[kalon|coeur]]
 
|-
 
|-
|||colspan="4" |'en me serrant sur son cœur'
+
|||colspan="10" |'en me serrant sur son cœur'
 
|}
 
|}
  
  
=== composition du constitant ===
+
=== composition du constituant ===
  
 
La particule ''en ur'' [[sélectionne]] un [[VP|syntagme verbal]] (VP) comme [[argument interne]]. Le [[sujet]] de ce [[VP]] est toujours [[co-référent]] avec celui de la [[proposition]] principale.  
 
La particule ''en ur'' [[sélectionne]] un [[VP|syntagme verbal]] (VP) comme [[argument interne]]. Le [[sujet]] de ce [[VP]] est toujours [[co-référent]] avec celui de la [[proposition]] principale.  
Ligne 204 : Ligne 216 :
 
|(2)|| <font color=green>[xa ||<font color=green>gãza ||<font color=green>nur||||<font color=green>ze:biɲ]
 
|(2)|| <font color=green>[xa ||<font color=green>gãza ||<font color=green>nur||||<font color=green>ze:biɲ]
 
|-
 
|-
|||Int || a gomza ||  '''en ur'''<sup>[[1]]</sup>|| <font color=green>[</font color=green><sub>[[VP]]</sub>|| zebriñ <font color=green>]</font color=green>.  
+
|||Int || a gomza ||  '''en ur'''<sup>[[1]]</sup>|| <font color=green>[</font color=green><sub>[[VP]]</sub>|| zebriñ <font color=green>]</font color=green>.  
 
|-
 
|-
| ||[[pfi|eux]] ||[[R]]<sup>[[1]]</sup> [[komz|parle]] ||en ||  || [[debriñ|manger]]  
+
|||[[pfi|eux]] ||[[R]]<sup>[[1]]</sup> [[komz|parle]] ||en ||  || [[debriñ|manger]]  
 
|-
 
|-
| || colspan="10" |'Ils parlent tout en mangeant.'  
+
||| colspan="10" |'Ils parlent tout en mangeant.'  
 
|-
 
|-
 
||||||| colspan="10" |''Groix'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970:252)]].  
 
||||||| colspan="10" |''Groix'', [[Ternes (1970)|Ternes (1970:252)]].  
Ligne 215 : Ligne 227 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (3) ||Gout' ouie|| '''en ur''' ||sevel, || da betra||e vefe ||kinniget ||an devezh.
+
|(3)||Gout' ouie|| '''en ur''' ||sevel, || da betra||e vefe ||kinniget ||an devezh.
 
|-
 
|-
 
|||  [[gouzout|savoir]] [[R]] [[gouzout|savait]] || en ||[[sevel|lever]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[petra|quoi]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[COP|serait]] || [[kinnig|proposé]] || [[art|le]] journ.[[-vezh|ée]]
 
|||  [[gouzout|savoir]] [[R]] [[gouzout|savait]] || en ||[[sevel|lever]] || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[petra|quoi]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[COP|serait]] || [[kinnig|proposé]] || [[art|le]] journ.[[-vezh|ée]]
Ligne 223 : Ligne 235 :
 
|||||||colspan="10" |  ''Standard'', [[Ar Barzhig (1976)|Ar Barzhig (1976]]:29)
 
|||||||colspan="10" |  ''Standard'', [[Ar Barzhig (1976)|Ar Barzhig (1976]]:29)
 
|}
 
|}
 +
  
 
=== moyen ===
 
=== moyen ===
Ligne 273 : Ligne 286 :
 
|||colspan="10" |'En dépit de tout, je trouvais quelqu'un qui voulait bien me donner du pain pour mon travail.'  
 
|||colspan="10" |'En dépit de tout, je trouvais quelqu'un qui voulait bien me donner du pain pour mon travail.'  
 
|}
 
|}
 +
  
 
== A ne pas confondre ==
 
== A ne pas confondre ==
Ligne 284 : Ligne 298 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (6) || <font color=green>Lênn ré || <font color=green>'''nõnn''' || <font color=green> gèrzed''</font color=green>||||''Tréguier (Plougrescant)'', [[Le Dû (2012)|Le Dû (2012a]]:72)
+
|(6)|| <font color=green>Lênn ré || <font color=green>'''nõnn''' || <font color=green> gèrzed''</font color=green>||||''Tréguier (Plougrescant)'', [[Le Dû (2012)|Le Dû (2012a]]:72)
 
|-
 
|-
 
|||Lenn a rae ||'''en ur''' ||gerzhed.
 
|||Lenn a rae ||'''en ur''' ||gerzhed.
Ligne 290 : Ligne 304 :
 
|||  [[lenn (V.)|lire]] [[R]] [[ober|faisait]]|| || <sup>[[1]]</sup>[[kerzhout|marcher]]
 
|||  [[lenn (V.)|lire]] [[R]] [[ober|faisait]]|| || <sup>[[1]]</sup>[[kerzhout|marcher]]
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" |'Il lisait en marchant.'  
+
|||colspan="10" |'Il lisait en marchant.'  
 
|}
 
|}
 +
  
 
=== ''en ur'' vs. ''o'' ===
 
=== ''en ur'' vs. ''o'' ===
Ligne 305 : Ligne 320 :
 
|||  [[POSS|votre]]<sup>[[3]]</sup> [[mamm|mère]] || [[R]].1SG-[[kaout|a]] [[gwelout|vu]] || ptc<sup>[[1]]</sup>/ptc<sup>[[4]]</sup> ||[[mont|aller]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> Quimper
 
|||  [[POSS|votre]]<sup>[[3]]</sup> [[mamm|mère]] || [[R]].1SG-[[kaout|a]] [[gwelout|vu]] || ptc<sup>[[1]]</sup>/ptc<sup>[[4]]</sup> ||[[mont|aller]] [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> Quimper
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" |'J'ai vu votre mère en allant à Quimper.', |||||| [[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:§350)
+
|||colspan="10" |'J'ai vu votre mère en allant à Quimper.'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |[[Trépos (2001)|Trépos (2001]]:§350)
 
|}
 
|}
 +
  
 
=== ''en ur'' vs. ''gant'' ===
 
=== ''en ur'' vs. ''gant'' ===
Ligne 318 : Ligne 336 :
 
| || [[gant|avec]] || [[PRO]]<sub>''x''</sub> ||[[dont|venir]] [[DEM|chez.moi]] ||[[R]].[[POP|me]] [[gwelout|verrez]]<sub>''x''</sub>
 
| || [[gant|avec]] || [[PRO]]<sub>''x''</sub> ||[[dont|venir]] [[DEM|chez.moi]] ||[[R]].[[POP|me]] [[gwelout|verrez]]<sub>''x''</sub>
 
|-
 
|-
| ||colspan="4" | 'Vous me verrez, pourvu que vous veniez chez moi.' || ''Tréguier'', [[Le Clerc (1986)|Le Clerc (1986]]:212)
+
|||colspan="10" | 'Vous me verrez, pourvu que vous veniez chez moi.'
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Tréguier'', [[Le Clerc (1986)|Le Clerc (1986]]:212)
 
|}
 
|}
  

Version actuelle datée du 11 juillet 2021 à 19:07

L'équivalent du gérondif français est réalisé en breton par un infinitif verbal introduit par la particule en ur ou ses autres formes nur, nir, nonn, etc.


(1) Gout' ouie en ur sevel, da betra e vefe kinniget an devezh.
savoir (R) savait en1 lever à1 quoi R1 serait employé le jour.n.ée
'Elle savait (bien), en se levant, à quoi serait employée la journée.'
Standard, Ar Barzhig (1976:29)


Il existe aussi en concurrence, dans les dialectes du Sud, des usages de e-serr et ses formes sar, ser, cherr, etc.


Morphologie

mutation

Le composé invariable en ur est une particule qui provoque une lénition sur le verbe infinitif qui le suit immédiatement. Ce déclencheur de lénition est représenté ici par le chiffre 1 en exposant:


  • en eur1 vond hag en eur1 zont, 'en allant et en venant'
  • en eur1 zenti, 'en obéissant'
Trépos (2001:§86)


diachronie et formes en ur, en ul, en un

L'alternance de la consonne finale est attestée en breton classique.

En 1808, BSI.:61 a la forme en ul (Ér mod-fè ean ë bedè en ul labourat, p.61), et la forme en ur devant le même verbe (en ur labourat, p.50), mais pas la forme en un.

En 1839, Buhé er Sænt montre une alternance de trois formes én un, én ur, én ul.

En 1851, on relève dans TNAS. les formes en eur et en eul (en eul lavaroud), mais pas en eun (ni en un).


en ur, non-décomposable

Le composé est parfois présenté comme un composé comprenant la préposition e(n), 'dans', suivie de l'article indéfini ur (Trépos 2001:§350). A l'appui de cette hypothèse, on pourrait citer des structures comme en (2), où au lieu d'un syntagme nominal comme pennad tizh, on aurait la possibilité de sélectionner un verbe.


(2) Ha diskenn a ra, en ur pennad tizh, gant an diri.
et descend R fait en un coup vitesse avec le escalier
'Et il descend, en coup de vent, les escaliers.'
Standard, Drezen (1990:29)


L'usage de la préposition spatiale en, marque de la coïncidence entre la figure et le fond, n'aurait non plus rien d'étonnant dans un usage de calcul temporel de coïncidence entre deux actions. On peut construire un parallèle parlant avec d'autres prépositions qui marquent la coïncidence entre la figure et le fond: war et ouzh, 'sur', qui sont utilisées pour former le mode progressif.

Cependant, plusieurs arguments montrent que le ur dans le composé n'est pas morphosyntaxiquement identique avec ur l'article indéfini.

- Ces structures n'existent tout d'abord pas avec la variante définie de l'article (*en ar lenn pour 'en lisant').
- La lénition que provoque le composé affecte moins de consonnes que la lénition opérée par un article indéfini le ferait sur un nom. Ceci suggère que l'article dans le composé n'est plus syntaxiquement un article, même de façon abstraite (voir le tableau des lénitions).
- L'article indéfini dans le syntagme nominal existe en breton moderne sous les différentes formes un, ul, ur, dépendant de la consonne initiale du nom qui le suit. Dans le composé en ur en langue moderne, il n'existe pas de telle variantes (*en un, en ul).

En synchronie tout du moins, il est donc évident que la particule en ur n'est pas, ou plus décomposable.


variation dialectale

nar, nir, neur, nonn

La forme /nur/ est rapportée à Groix. La forme /na:r/ est donnée à Saint Yvi (German 1984:87), la forme /nir/ est signalée en pays bigouden (Goyat 2012:274). A Tréguier (Plougrescant), Le Dû (2012a:72) relève la forme /nõnn/, Yekel (2016) la forme [nɔ̃n] à Bégard.


(1) / na:r ‘gwè-o /, en ur gouezhañ, 'en tombant', Saint-Yvi, German (1984:87)


(2) /xagãza nur ze:biɲ /
eux.1parle en1 manger
'Ils parlent tout en mangeant.'
Groix, Ternes (1970:252)


(3) [nir zõn 'ãmã]
en eur zond amañ
en1 venir ici
'en venant ici' Plozévet, Goyat (2012:136)


(4) Lênn ré nõnn gèrzed Tréguier (Plougrescant), Le Dû (2012a:72)
Lenn a rae en ur gerzhed.
lire R faisait en1 marcher
'Il lisait en marchant.'


(5) [me ’gɑ̃:nɛ war ’sɛ̃ntjər nɔ̃n la’bu:rət]
Me 'gane war ar chantier en ul[/nonn] labourat.
moi 1chantait sur le chantier en travailler
'Je chantais sur le chantier tout en travaillant.'
Bégard, locuteur né en 1931, Yekel (2016:'ar chantier')


répartition dialectale, en ur vs. e-serr

La particule aspectuelle en ur est en compétition avec e-serr, sar, qu'on trouve sous les formes sar, ser, cherr en vannetais, en Cornouaille du Nord et jusqu'à Locronan.

Les particules e-serr et en ur peuvent co-exister dans un même dialecte.


(7) En ur zonet d'ar gêr, n'eus ket graet met taoler.
en venir à'le 1foyer ne'a pas fait mais jeter
'Venant à la maison, il n'a fait que vomir.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:69)


(8) Cherr labourad ra an nen traou-all.
en travailler fait IMP choses-autre
'Tout en travaillant on fait autre chose.'
Cornouaille du Nord (Berrien) Lozac'h (2012-:§'cherr/serr')


(9) Gwelet meus un dèn (e)n-ur vond

'J'ai vu un homme en allant', Cornouaille du Nord (Berrien), Lozac'h (2012-:'gwel(ed)')


Syntaxe

site d'apparition

La particule en ur précède toujours directement un verbe infinitif, ou ses proclitiques potentiels.


Uhelgoat, Skragn (2002:96)
(1) Me, atao, a huñvree en eur en em lakaad e stad ar baotred faro ...
moi toujours R1 rêvait en ur1 se mettre dans état le 1gars fier
'Moi, toujours, je rêvais en me mettant à la place des gars fiers...'


Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:30)
(2) ... en ur va stardañ war boull e galon en ur1 me2 serrer sur1 boule son1 coeur
'en me serrant sur son cœur'


composition du constituant

La particule en ur sélectionne un syntagme verbal (VP) comme argument interne. Le sujet de ce VP est toujours co-référent avec celui de la proposition principale.

Trépos (2001:§350) considère que en eur forme un gérondif qui équivaut à une subordonnée circonstancielle (temps, cause, condition, moyen...).

Selon Fave, au contraire, (1998:133,br.), une propriété distinctive des structures dont la tête est en ur est qu'elles ne sont jamais subordonnées. Il ne justifie pas cette remarque.


Sémantique

Comme le gérondif en français, le composé en ur est utilisé pour la coïncidence temporelle ou, sans doute par extension, le moyen.


coïncidence temporelle

Selon Seite & Stéphan (1957:102), en ur dénote la simultanéité, c'est-à-dire la coïncidence temporelle entre deux évènements.


(1) Setu, en ur [VP zont d'ar gêr ] e choment a-sav eno neuze.
voici en1 venir à'le 1foyer R4 restaient P-debout y alors
'Donc, en rentrant à la maison, ils s'arrêtaient là.'
Léon, Mellouet & Pennec (2004:79).


(2) [xa gãza nur ze:biɲ]
Int a gomza en ur1 [VP zebriñ ].
eux R1 parle en manger
'Ils parlent tout en mangeant.'
Groix, Ternes (1970:252).


(3) Gout' ouie en ur sevel, da betra e vefe kinniget an devezh.
savoir R savait en lever à1 quoi R4 serait proposé le journ.ée
'Elle savait (bien), en se levant, à quoi serait employée la journée.'
Standard, Ar Barzhig (1976:29)


moyen

(4) Nemet unan bennak a en em gave da gaout en ur1 [VP chipal ].
seulement 1 quelconque R se trouvait à1 avoir chiper
'Mais quelques-uns arrivaient à en avoir en chipant.'
Léon, Mellouet & Pennec (2004:77)


Trépos (2001:§350) donne:

 En eur1 gemer a-gleiz e oen faziet.
   'C'est en tournant à gauche que je me trompai.'
 Pinvidig eo deuet en eur1 laerez ar re all.
   'Il est devenu riche en volant les autres.'
 Dond a ri a-benn, en eur1 lakaad da nerz.
   'Tu réussiras, si tu mets toute ta force, (en y mettant toute ta force).'


cause

(6) Diwall da baka eur horvad en eur jom dindan ar glô. L'Hôpital-Camfrout, Le Gall (1957:'horvad')
attention.ne.pas à1 attraper un 5corps.ée en1 rester sous le pluie
'Fais attention de ne pas attraper un gros rhume en restant sous la pluie.'


référence du sujet

Le sujet du verbe infinitif après en ur n'a pas les mêmes propriétés référentielles que le gérondif français. En français le sujet du gérondif doit être lié (cf. quelqu'un qui voulait bien me donner du pain en travaillant > en travaillant lui-même). Le sujet de travaillant coréfère obligatoirement avec la tête de la relative, le pronom vide français n'étant licite que s'il est lié. En breton, ce pronom vide sujet de l'infinitive peut co-référer avec le sujet de la phrase (il pourrait aussi co-référer avec la tête de la relative, mais ici en (7) le co-texte écarte cette interprétation).


Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:110)
(7) En desped da bep tra, e kaven unan hag a oa kontant da reiñ din bara en ur labourat.
en dépit de1 chaque chose R4 trouvais un que1 était OK de1 donner de.moi pain en travailler
'En dépit de tout, je trouvais quelqu'un qui voulait bien me donner du pain pour mon travail.'


A ne pas confondre

en ur vs. en em (noñn trégorrois)

En trégorrois de Tréguier, cette particule en ur du standard est prononcée de la même façon que le réfléchi en em.

(5) nõnn gɑ̃nnɑ̃, 'se battre', Tréguier (Plougrescant), Le Dû (2012a:38)


(6) Lênn ré nõnn gèrzed Tréguier (Plougrescant), Le Dû (2012a:72)
Lenn a rae en ur gerzhed.
lire R faisait 1marcher
'Il lisait en marchant.'


en ur vs. o

L'équivalent du gérondif français en ur, puisqu'il peut marquer le moyen, a une sémantique partiellement coïncidente avec celle de la particule o. Comme noté par de nombreux auteurs (et surtout ceux qui se soucient de corriger les fautes des apprenants francophones), les particules en ur et o ne sont pas équivalentes (par exemple, Fave 1998:133,br.).

Trépos (2001:§350) note justement qu'en (10), les deux particules sont grammaticales mais que l'usage de la particule o permet d'avoir la lecture J'ai vu votre mère qui allait à Quimper. La particule o sélectionne effectivement un domaine non-tensé plus large qui comprend un pronom vide (PRO) qui peut être lié par, dans l'exemple ci-dessous, l'objet de la principale.


(10) Ho mamm am-eus gwelet en eur/o vont da Gemper.
votre3 mère R.1SG-a vu ptc1/ptc4 aller à1 Quimper
'J'ai vu votre mère en allant à Quimper.'
Trépos (2001:§350)


en ur vs. gant

Une infinitive circonstancielle de moyen peut aussi s'exprimer par la préposition gant.


(11) gant [SC dont duman ] , am gwelfet.
avec PROx venir chez.moi R.me verrezx
'Vous me verrez, pourvu que vous veniez chez moi.'
Tréguier, Le Clerc (1986:212)


en ur vs. e-skeud, vs. dre ma

La coïncidence temporelle peut aussi être indiquée par e-skeud, ou dre ma.

Terminologie

KAG (2016) utilise pour 'gérondif' le terme stumm-ambroug.

Bibliographie

  • Yann Gerven. 2014. ' oc'h ober? en ur ober? traoù all? ', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 113-114.
  • Stephens, J. 1983b. 'Talvoudegezh “o” hag “en ur”', Hor Yezh, 152:23-31.

horizons comparatifs

  • Arnavielle, Teddy. 2010. 'Le gérondif français: nouvelle définition d’un objet étrange', Cahiers de l'Afls 16:1.