En-, em-

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le préfixe en-, ou em-, est un morphème grammaticalisé à partir de la préposition e, qui marque l'intériorité. Il a aussi un sens plus large.


(1) adenkorva
.in.corps.er
'réincarner', Merser (2009)


Kervella (1947:§882) donne:

engraviñ, engouestlañ, entanañ, embarzhañ, embroiñ, emellout
enlivañ, enrolliñ, enskrivañ, enskantañ
enklask, enkelc'h, endalc'h, enlouc'had, empenn, embann, enseller


Gros (1984:369) donne embann publier' et endramm 'engerber'.


Morphologie

La forme em- apparaît devant une consonne labiale : / p, b, m / (Kervella 1947:§882).

Ce préfixe ne provoque pas de mutation sur sa racine.


Sémantique

Le sens premier est celui d'intériorité (Kervella 1947:§882). C'est particulièrement clair lorsque le contenant est dénoté par la racine, comme dans enfornañ 'enfourner' sur forn 'four'. C'est aussi assez transparent dans enflistrañ 'injecter' sur flistrañ 'gicler, jaillir, asperger' qui implique forcément un liquide.

L'inclusion est plus abstraite dans les verbes et les noms abstraits. Cornillet (2020) traduit en- par "interne, in-", qu'il illustre par enskrivañ 'inscrire'. L'inclusion est de sens plus vague dans enraog, enraokaat 'avancement' (ar geriaouiñ, [09/12/2020]), ou enfredañ 'embaucher'.


Diachronie et horizons comparatifs

Gros (1984:369) considère que ce préfixe remonte au vieux breton et n'est plus productif en breton trégorrois.

Selon Deshayes (2003:36), le préfixe en- est issu du vieux breton in-.


à ne pas confondre

La forme en em- ne doit pas être confondue avec le préfixe réfléchi em-.

La forme en- ne doit pas être confondue avec le préfixe end, en, er, ez, e qui peut marquer morphologiquement les adjectifs prédicatifs (en-noazh, 'nu').