Egile, eben

De Arbres
Révision datée du 2 janvier 2012 à 13:27 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Page créée avec « Les pronoms indéfinis ''eil'', ''egile'', ''eben'' correspondent au couple de pronoms 'un(e)/autre' en français ('l'une et l'autre', 'les uns pour les autres', 'l'une p... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Les pronoms indéfinis eil, egile, eben correspondent au couple de pronoms 'un(e)/autre' en français ('l'une et l'autre', 'les uns pour les autres', 'l'une pour l'autre', etc.).


(1) Mé am euz gwéled ann eil hag ébén.
moi R ai vu le second et autre.F
'J'ai vu l'une et l'autre.' trégorrois, (Hingant 1868:§72).

Morphologie

L'alternance egile / eben est genrée:

au masculin an eil ... egile (litt. 'le second ... l'un') et
au féminin an eil ... eben (litt. 'le second ... l'une')

variation dialectale

Favereau (1997:137) note en vannetais une perte de la distinction genrée au profit de la forme du masculin egile.


Syntaxe

Les pronoms indéfinis eil, egile, eben sont utilisés dans les tournures réciproques.


Etymologie

Il s'agit au masculin d'une grammaticalisation de e gile, litt. 'son compagnon', et parallèlement, au féminin, d'une grammaticalisation de he ben, litt. 'sa compagne' (Favereau 1997:137).


La structure réciproque semble attestée assez tôt. Fleuriot (1997:39-41) discute de la traduction de l'expression mab i kiled, map eguile, "filius alterius", "fils de son compagnon, fils de l'autre", dans le Cartulaire de Quimperlé daté entre 1081 et 1114.