Dour : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(dérivation)
Ligne 34 : Ligne 34 :
  
 
Le suffixe adjectival ''[[-us]]'' obtient ''dourus'' '(terrain, fruit) qui peut produire' et la finale ''-ennus'' ''dourennus'' '(temps, etc.) qui peut faire produire de l'eau ou un liquide déterminé' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]:XXIII).
 
Le suffixe adjectival ''[[-us]]'' obtient ''dourus'' '(terrain, fruit) qui peut produire' et la finale ''-ennus'' ''dourennus'' '(temps, etc.) qui peut faire produire de l'eau ou un liquide déterminé' ([[Vallée (1980)|Vallée 1980]]:XXIII).
 +
 +
 +
Le préfixe augmentatif ''[[gour-]]'' obtient <font color=green>[ɡu'zu:rɛd] </font color=green>, '''''gou'''zouret'' 'imbibé d’eau'
 +
(''Plozévet'', [[Goyat (2012)|Goyat 2012]]:334).
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]

Version du 7 mars 2019 à 19:44

Le nom dour 'eau' est un nom massique.


(1) Tost deom e hournije didrouz goelini skañv a-uz d'an dour. Léon, Seite & Stéphan (1957:123)
près de.nous R4 sur.volait sans1.bruit goelands léger au-dessus de1'le eau
'De légers goélands survolaient l'eau silencieusement.'


Morphologie

variation dialectale

(2) [ wɛ cəd a zɔ:ʁ ]
oa ket a zour.
(ne) était pas de1 eau
'Il n'y avait pas d’eau.' Vannetais, Cheveau (2007:133)


dérivation

le nom dour, avec le suffixe -enn, obtient le nom concret dourenn 'liquide, sécrétion'. A Bannalec en cornouaillais de l'est maritime, dourenn dénote la 'poche des eaux' d'un accouchement (Bouzec & al. 2017:312).

Le suffixe adjectival -ek obtient dourek 'qui contient de l'eau' et la finale -ennek dourennek 'qui contient un liquide déterminé (fruit aqueux)' (Vallée 1980:XXIII).

Le suffixe adjectival -us obtient dourus '(terrain, fruit) qui peut produire' et la finale -ennus dourennus '(temps, etc.) qui peut faire produire de l'eau ou un liquide déterminé' (Vallée 1980:XXIII).


Le préfixe augmentatif gour- obtient [ɡu'zu:rɛd] , gouzouret 'imbibé d’eau' (Plozévet, Goyat 2012:334).