Dont : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(variation dialectale)
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
|(1)|| Me a vez ||droug ennon || pa welan ar paotr koz|| o '''tond''' amañ da filostad.
 
|(1)|| Me a vez ||droug ennon || pa welan ar paotr koz|| o '''tond''' amañ da filostad.
 
|-
 
|-
| || [[pfi|moi]] [[R]] [[vez|est]] ||méchanceté [[P.e|dans]].[[pronom incorporé|moi]] || [[pa|quand]] vois [[art|le]] gars vieux || [[particule o|à]] venir [[ads|ici]] [[da|pour]] fouiner  
+
| || [[pfi|moi]] [[R]] [[vez|est]] ||méchanceté [[P.e|dans]].[[pronom incorporé|moi]] || [[pa|quand]] [[gwelout|vois]] [[art|le]] gars vieux || [[particule o|à]] venir [[ads|ici]] [[da|pour]] fouiner  
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Je suis en colère quand je vois le vieux venir ici fureter (fouiller, fourrer son nez partout).'|||||| ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:484)
 
|||colspan="4" | 'Je suis en colère quand je vois le vieux venir ici fureter (fouiller, fourrer son nez partout).'|||||| ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:484)

Version du 31 octobre 2013 à 17:03

Le verbe dont, 'venir', est un verbe inaccusatif qui dénote un déplacement spatial vers le locuteur.


(1) Me a vez droug ennon pa welan ar paotr koz o tond amañ da filostad.
moi R est méchanceté dans.moi quand vois le gars vieux à venir ici pour fouiner
'Je suis en colère quand je vois le vieux venir ici fureter (fouiller, fourrer son nez partout).' Trégorrois, Gros (1984:484)


Morphologie

Le verbe dont, 'venir' est morphologiquement irrégulier.


(1) Deus amañ evel-hennig
viens ici comme-ça.DIM
'Viens ici (comme ceci).' Trégorrois, Gros (1984:176)


(2) En ur zonet d'ar gêr, n'eus ket graet met taoler.
en venir à'le maison ne'a pas fait mais jeter
'Venant à la maison, il n'a fait que vomir.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:69)


(3) Dre forzh labourat, e tay da benn.
par force travailler R viendra à tête
'A force de travailler, il réussira.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:65)


variation dialectale

A Plozévet, dont a invariablement, et indépendamment du système de mutations, une base en [tø] teu, (Goyat 2012:137).


Evenou (1987:582) note que [ta], dont, 'venir' et quelques autres verbes ne mutent pas dans le breton de Lanvenegen après un rannig.