Doc'h : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Morphologie)
(Morphologie)
Ligne 75 : Ligne 75 :
 
| (2) ||<font color=green>[ ən daʃɛn </font>||<font color=green>toʃtã ha raχ</font> ||<font color=green>'''doχɔm''' </font>||<font color=green>we ər gləɥɛr ]</font>
 
| (2) ||<font color=green>[ ən daʃɛn </font>||<font color=green>toʃtã ha raχ</font> ||<font color=green>'''doχɔm''' </font>||<font color=green>we ər gləɥɛr ]</font>
 
|-
 
|-
||| An dachenn ||tostañ-ha-rac'h ||doc'homp|| 'oa ar Glever.
+
||| An dachenn ||tostañ-ha-rac'h ||'''doc'homp'''|| 'oa ar Glever.
 
|-
 
|-
 
|||[[art|le]] parcelle||proche[[superlatif|.plus]] [[&|et]] [[rac'h|tout]] || de.[[pronom incorporé|nous]] || [[COP|était]] [[art|le]] Glever
 
|||[[art|le]] parcelle||proche[[superlatif|.plus]] [[&|et]] [[rac'h|tout]] || de.[[pronom incorporé|nous]] || [[COP|était]] [[art|le]] Glever
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" |'La parcelle la plus proche de nous, c'était Le Glever.' ||||||||||||''Vannetais (Kistinid)'', [[Nicolas (2005)|Nicolas (2005]]:14)
 
| ||colspan="4" |'La parcelle la plus proche de nous, c'était Le Glever.' ||||||||||||''Vannetais (Kistinid)'', [[Nicolas (2005)|Nicolas (2005]]:14)
 +
|}
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
|(4)|| Lareit ||e huès ||'''toheign''' ||er guellañ ||a mem buhé.
 +
|-
 +
| || volé ||avez ||à.[[pronom incorporé|moi]] ||[[art|le]] meilleur|| [[a|de]] [[POSS|mon]] vie
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'Vous m'avez dérobé le meilleur de ma vie.'|||| ||||||||''Vannetais'', [[Le Bayon (1878)|Le Bayon (1878]]:69)
 
|}
 
|}
  

Version du 10 janvier 2013 à 15:27

La préposition doc'h signifie 'de, à'.


(1) 'Maon ' tont doc'h netaat an ti.
suis à venir de nettoyer le maison
'Je viens de nettoyer la maison.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:36)


Son usage semble restreint au haut-cornouaillais/bord vannetais et vannetais. Gros (1970:162) ne semble pas la connaitre en trégorrois.



de même sens que eus

Comme eus, doc'h peut marquer la provenance.

de même sens que diouzh

Comme diouzh, doc'h peut marquer l'éloignement.


(1) Doc'h pep troad n'eo ket mat pep botez.
de chaque pied ne est pas bon chaque chaussure
'Toute chaussure n'est pas bonne à tout pied.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:II)

de même sens que ouzh

Comme ouzh, doc'h peut ne pas marquer la provenance ou l'éloignement.


(2) Lakait-hé skoaz-doc'h-skoaz, par-doc'h-par, àr lerc'h c'hwi 'choajo.
mettez-eux épaule-à-épaule égal-à-égal après vous choisirez
'Mets-les épaule contre épaule, égal contre égal, après tu choisiras, i.e. compare-les, après'.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:26)


(3) Met ne selle ket-eñ doc'h ar re-se.
mais ne regardait pas-3SGM à le ceux-
'Mais lui ne les regardait pas.' Vannetais, ar Meliner (2009:16)


Morphologie

Doc'h est alors la forme racine sur laquelle s'incorpore le pronom objet de la préposition.


(1) Ar c'hoef-mañ a goucha doc'hoc'h.
le coiffe-ci R convient à.vous
'Cette coiffe-ci te convient.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:27)


(2) [ ən daʃɛn toʃtã ha raχ doχɔm we ər gləɥɛr ]
An dachenn tostañ-ha-rac'h doc'homp 'oa ar Glever.
le parcelle proche.plus et tout de.nous était le Glever
'La parcelle la plus proche de nous, c'était Le Glever.' Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:14)


(4) Lareit e huès toheign er guellañ a mem buhé.
volé avez à.moi le meilleur de mon vie
'Vous m'avez dérobé le meilleur de ma vie.' Vannetais, Le Bayon (1878:69)