Discussion:Sujet prénégation : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
Ici, il me semble que le "noe ket c'hoant" donnerait en breton standard "n'o doa ket c'hoant" auquel cas on suit à Douarnenez comme ailleurs la règle qui est de laisser l'auxiliaire inchangé, s'il s'agit de l'auxiliaire "kaout" ou "bezañ" que l'on soit à la phase affirmative ou négative. Exemple : me am eus, me n'em eus ket","Emañ Yann o tont, n'emañ ket Yann o tont"
 
Ici, il me semble que le "noe ket c'hoant" donnerait en breton standard "n'o doa ket c'hoant" auquel cas on suit à Douarnenez comme ailleurs la règle qui est de laisser l'auxiliaire inchangé, s'il s'agit de l'auxiliaire "kaout" ou "bezañ" que l'on soit à la phase affirmative ou négative. Exemple : me am eus, me n'em eus ket","Emañ Yann o tont, n'emañ ket Yann o tont"
  
<font color=blue>--[[Utilisateur:M. Jouitteau|M. Jouitteau]] 23 janvier 2013 à 09:27 (CET): La forme que la locutrice, Melle Griffon, utilise pour le verbe 'avoir' au pluriel serait ''noent, nient''. Voir les relevés page [[Griffon_(verbe_'kaout')]]
+
<font color=blue>--[[Utilisateur:M. Jouitteau|M. Jouitteau]] 23 janvier 2013 à 09:27 (CET): La forme que la locutrice, Melle Griffon, utilise pour le verbe 'avoir' au pluriel serait ''noent, nient'' (voir les relevés page [[Griffon_(verbe_'kaout')]]). Il s'agit donc bien d'un exemple d'accord pauvre avec un sujet prénégation.
 
</font color=blue>
 
</font color=blue>
  
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
:::''Douarnenez'', G. Nouy, cité par Gwendal Denez dans pêcheurs de Douarnenez, cité dans mémoire de la ville n°3 p.23.
 
:::''Douarnenez'', G. Nouy, cité par Gwendal Denez dans pêcheurs de Douarnenez, cité dans mémoire de la ville n°3 p.23.
 
Dans cette phrase, ce n'est pas le premier verbe conjugué "nie diskarget" qui interroge mais le deuxième "a yeent" car il a une morphologie riche alors qu'il est à l'affirmative et précédé de son sujet "Ar re-se"
 
Dans cette phrase, ce n'est pas le premier verbe conjugué "nie diskarget" qui interroge mais le deuxième "a yeent" car il a une morphologie riche alors qu'il est à l'affirmative et précédé de son sujet "Ar re-se"
 +
 +
<font color=blue>--[[Utilisateur:M. Jouitteau|M. Jouitteau]] 23 janvier 2013 à 09:40 (CET): Merci! Cet exemple servait juste à montrer que le verbe ''kaout'', indépendamment, n'est pas bloqué à l'accord riche en Douarneniste. J'ai réécrit ce passage pour plus de clarté.
 +
</font color=blue>

Version du 23 janvier 2013 à 09:40

  • [LJ/01/2013] Bien que je puisse , évidemment, me tromper ou n'avoir pas bien compris la règle observée, je ne vois pas en quoi les phrases-exemples viennent abonder les "règles" ou observations qu'elles suivent .

(2) Ha merc'hed Treboull noe ket tre ar memes taol dorn da lakaat o c'hoef.

et femmes Tréboul avait pas tt.à.fait le même coup main pour mettre leur coiffe
'Et les filles de Tréboul n'avaient pas la même façon de mettre leur coiffe'.
Douarnenez, Melle Griffon, Denez (1984:73)

Ici, il me semble que le "noe ket c'hoant" donnerait en breton standard "n'o doa ket c'hoant" auquel cas on suit à Douarnenez comme ailleurs la règle qui est de laisser l'auxiliaire inchangé, s'il s'agit de l'auxiliaire "kaout" ou "bezañ" que l'on soit à la phase affirmative ou négative. Exemple : me am eus, me n'em eus ket","Emañ Yann o tont, n'emañ ket Yann o tont"

--M. Jouitteau 23 janvier 2013 à 09:27 (CET): La forme que la locutrice, Melle Griffon, utilise pour le verbe 'avoir' au pluriel serait noent, nient (voir les relevés page Griffon_(verbe_'kaout')). Il s'agit donc bien d'un exemple d'accord pauvre avec un sujet prénégation.

(3) Nann, ar re-se pa nie diskarget o sardin (en hañv) a yeent gant o bag da vouilhiñ (...)

non le ceux-ci quand avait.3SG déchargé leur sardine (en été) R allaient avec leur bateau pour mouiller
'Non ceux-là, quand ils avaient déchargé leurs sardines, en été, allaient au mouillage (...)'
Douarnenez, G. Nouy, cité par Gwendal Denez dans pêcheurs de Douarnenez, cité dans mémoire de la ville n°3 p.23.

Dans cette phrase, ce n'est pas le premier verbe conjugué "nie diskarget" qui interroge mais le deuxième "a yeent" car il a une morphologie riche alors qu'il est à l'affirmative et précédé de son sujet "Ar re-se"

--M. Jouitteau 23 janvier 2013 à 09:40 (CET): Merci! Cet exemple servait juste à montrer que le verbe kaout, indépendamment, n'est pas bloqué à l'accord riche en Douarneniste. J'ai réécrit ce passage pour plus de clarté.