Discussion:Les singulatifs : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(six noms masculins en -enn)
Ligne 1 : Ligne 1 :
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] ([[Discussion utilisateur:Jadé Loïc|discussion]]) 18 septembre 2014 à 17:43 (CEST) A propos de Morphologie-genre : Il y a à ma connaissance six noms communs en -enn qui sont mascculins. Il s'agit de penn (tête), goulenn (question), tevenn (dune), pallenn (tapis), plankenn (planche), tenn (tir, coup).
+
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] ([[Discussion utilisateur:Jadé Loïc|discussion]]) 18 septembre 2014 à 17:43 (CEST) A propos de Morphologie-genre : Il y a à ma connaissance six noms communs en ''-enn'' qui sont masculins. Il s'agit de ''penn'' ('tête'), ''goulenn'' ('question'), ''tevenn'' ('dune'), ''pallenn'' (tapis), ''plankenn'' ('planche'), ''tenn'' ('tir, coup').
 
+
: --[[Utilisateur:Mjouitteau|MJ.]] ([[Discussion utilisateur:Mjouitteau|discussion]]) 21 septembre 2014 à 13:34 (CEST): Leur genre masculin montre qu'il ne s'agit pas du suffixe ''-enn'' singulatif, puisque celui-ci est de genre féminin. Tu peux en chercher confirmation dans leurs étymologies, ou en cherchant à dégager la racine sur laquelle ce suffixe serait (''tevenn'' =/= ''tev'' + -''enn''; ''penn'' =/= ''p?-'' + ''-enn''...).
 +
 
  
 
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] 11 mai 2013 à 17:31 (CEST) Dans ce tableau, n'y a-t-il pas inversion racine/nom ?
 
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] 11 mai 2013 à 17:31 (CEST) Dans ce tableau, n'y a-t-il pas inversion racine/nom ?
Ligne 7 : Ligne 8 :
 
:(7) a. 'barre/levier' sparl sparl-enn
 
:(7) a. 'barre/levier' sparl sparl-enn
  
> --[[Utilisateur:Mjouitteau|MJ.]] 13 mai 2013 à 11:15 (CEST): Si, effectivement. C'est corrigé.
+
: --[[Utilisateur:Mjouitteau|MJ.]] 13 mai 2013 à 11:15 (CEST): Si, effectivement. C'est corrigé.
  
 
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] 11 mai 2013 à 17:41 (CEST) Serions-nous à un tournant langagier du site "Arbres" avec cet "ébouriffant" ? "'une originalité typologique ébouriffante"
 
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] 11 mai 2013 à 17:41 (CEST) Serions-nous à un tournant langagier du site "Arbres" avec cet "ébouriffant" ? "'une originalité typologique ébouriffante"
  
> --[[Utilisateur:Mjouitteau|MJ.]] 13 mai 2013 à 11:15 (CEST): Qui a jamais vu une originalité typologique ébouriffante me pardonnera cet écart de langage.
+
: --[[Utilisateur:Mjouitteau|MJ.]] 13 mai 2013 à 11:15 (CEST): Qui a jamais vu une originalité typologique ébouriffante me pardonnera cet écart de langage.
  
 
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] déc. 2012: Diwar an heuliad [vert  glaz  glazenn] ne gav ket din e ranker sell ouzh [glaz] evel un anv-gwan met kentoc'h evel un anv-kadarn ('du vert'). Un diforc'h a vez graet ivez etre glas (anv-gwan) ha glaz (anv-kadarn).
 
--[[Utilisateur:Jadé Loïc|Jadé Loïc]] déc. 2012: Diwar an heuliad [vert  glaz  glazenn] ne gav ket din e ranker sell ouzh [glaz] evel un anv-gwan met kentoc'h evel un anv-kadarn ('du vert'). Un diforc'h a vez graet ivez etre glas (anv-gwan) ha glaz (anv-kadarn).

Version du 21 septembre 2014 à 12:34

--Jadé Loïc (discussion) 18 septembre 2014 à 17:43 (CEST) A propos de Morphologie-genre : Il y a à ma connaissance six noms communs en -enn qui sont masculins. Il s'agit de penn ('tête'), goulenn ('question'), tevenn ('dune'), pallenn (tapis), plankenn ('planche'), tenn ('tir, coup').

--MJ. (discussion) 21 septembre 2014 à 13:34 (CEST): Leur genre masculin montre qu'il ne s'agit pas du suffixe -enn singulatif, puisque celui-ci est de genre féminin. Tu peux en chercher confirmation dans leurs étymologies, ou en cherchant à dégager la racine sur laquelle ce suffixe serait (tevenn =/= tev + -enn; penn =/= p?- + -enn...).


--Jadé Loïc 11 mai 2013 à 17:31 (CEST) Dans ce tableau, n'y a-t-il pas inversion racine/nom ?

sens nom racine sens obtenu
(7) a. 'barre/levier' sparl sparl-enn
--MJ. 13 mai 2013 à 11:15 (CEST): Si, effectivement. C'est corrigé.

--Jadé Loïc 11 mai 2013 à 17:41 (CEST) Serions-nous à un tournant langagier du site "Arbres" avec cet "ébouriffant" ? "'une originalité typologique ébouriffante"

--MJ. 13 mai 2013 à 11:15 (CEST): Qui a jamais vu une originalité typologique ébouriffante me pardonnera cet écart de langage.

--Jadé Loïc déc. 2012: Diwar an heuliad [vert glaz glazenn] ne gav ket din e ranker sell ouzh [glaz] evel un anv-gwan met kentoc'h evel un anv-kadarn ('du vert'). Un diforc'h a vez graet ivez etre glas (anv-gwan) ha glaz (anv-kadarn).