Di-, dis-

De Arbres
Révision datée du 8 janvier 2010 à 12:25 par Mjouitteau (discussion | contributions) (degré zéro sur un nom)
Aller à : navigation, rechercher

Le rôle sémantique du préfixe di- est l'application d'un degré zéro.

degré zéro sur un nom

di- est un préfixe qui force la lecture 'degré zéro' des noms.


(y) Dont d'ar gêr divragoù ha divotoù
aller à.DET maison pfx-pantalons et pfx-chaussures
'Rentrer chez soi sans pantalon et sans chaussures.' dico Favereau


Un nom préfixé par di- peut ensuite entrer d'autres opérations morphologiques régulières telles que la formation de verbes:


(x) Ar re-ze a vije dleet dihouzougañ anezo
DET ceux-là R serait du di.cou.V P.3PL
'Ceux-là, on devrait leur couper le cou (les décapiter!).' trégorrois, Gros (1984:29)


Le préfixe di- est productif sur les noms (par ex: didrouz, difazi, diboell, didud, dico An Here I).

degré zéro sur un prédicat

Le préfixe di- est aussi productif avec les prédicats, adjectifs ou verbes. Dans ces cas, on obtient sémantiquement un prédicat appliquant le degré zéro à la base.


(x) A - C'hoarzhiñ a ra ! B - Dic'hoarzhiñ a ray!
rire fait pfx-rire fera
'A - Il rit! .... B - Ca lui passera!!' dico Favereau


La phrase ci-dessous prouve que ce processus est si vivant dans la langue qu'il peut aisément créer de nouveaux items à volonté:


(x) Hañ! Te eo Kristof? Gortoz, me a ya da zigristofi ahanout!
EXCL 2SG est Christophe attends 1SG R va P di-Christopher P.2SG
'Ah! C'est toi, Christophe? Attends, je vais te déchristopher (t'en fiche, du Christophe).' trégorrois, Gros (1984:28)


contraires

Le préfixe di- peut donc s'utiliser pour exprimer des contraires. Il ne s'agit alors pas de reduplication.

Pa vêr klañv, gwas pe diwas, an dra-se 'zo heñvel! (Poullaouenn, dico Favereau)
glav pe dic'hlaw (Are, dico Favereau)


degré zéro dans les structures reduplicatives

la reduplication a-perfective X di-X est une opération morphologique de reduplication productive en breton. Elle a l'effet sémantique de supprimer la borne de fin d'un prédicat verbal (reduplication a-perfective), ou de supprimer le seuil qualitatif d'un état.