Di-, dis- : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Annulation des modifications 35485 de Mjouitteau (discussion))
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le rôle sémantique du [[préfixe]] ''di-'', ou ''dis-'', est l'application d'un degré zéro sur les noms ('''''di'''chañs'', 'malchance, manque de chance', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn 2011]]:80).  
+
Le rôle sémantique du [[préfixe]] ''di-'' est l'application d'un degré zéro sur les noms ('''''di'''chañs'', 'malchance, manque de chance', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn 2011]]:80).  
  
 
Il obtient pour un [[prédicat]] un prédicat de sens inverse, similaire au préfixe ''dé-'' du français.
 
Il obtient pour un [[prédicat]] un prédicat de sens inverse, similaire au préfixe ''dé-'' du français.

Version du 18 décembre 2013 à 16:52

Le rôle sémantique du préfixe di- est l'application d'un degré zéro sur les noms (dichañs, 'malchance, manque de chance', Ar Borgn 2011:80).

Il obtient pour un prédicat un prédicat de sens inverse, similaire au préfixe dé- du français.


(1) Ar re-ze a vije dleet dihouzougañ anezo.
le ceux- R serait dû pfx.cou.V P.eux
'Ceux-là, on devrait leur couper le cou (les capiter!).' Trégorrois, Gros (1984:29)


Degré zéro sur un nom

di- est un préfixe qui entraîne la lecture 'degré zéro' des noms.


(2) Dont d'ar gêr divragoù ha divotoù
aller à.le maison pfx-pantalons et pfx-chaussures
'Rentrer chez soi sans pantalon et sans chaussures.' Favereau (1993)


Le nom préfixé peut être pluriel comme singulier.


(3) Didud ha morgousket e oa ar gompezenn.
pfx-gens et endormi R était le plaine
'La plaine était endormie et déserte.' Standard, Drezen (1990:36)


(4) N'out ket diloer?
ne es pas pfx.bas
'Tu n'es pas sans bas?' Gros (1970b:§'loer')


Le préfixe di- est productif sur les noms.

  • an tachennoù rous dizour ha dic’heot
Standard, Drezen (1990:50)
  • didrouz, difazi, diboell, didud
Standard, An Here (1995)


contraires

Le préfixe di- peut donc s'utiliser pour exprimer des contraires (avec X ou sans X).

Pa vêr klañv, gwas pe diwas, an dra-se 'zo heñvel! (Poullaouenn, Favereau 1993)
glav pe dic'hlaw (Are, Favereau 1993)

Degré zéro sur un prédicat

Le préfixe di- est aussi productif avec les prédicats, adjectivaux ou verbaux. Dans ces cas, on obtient sémantiquement un prédicat de sens contraire (degré zéro appliqué à la base).


adjectifs

(1) Ne vez ket alies divew anezhañ.
ne est pas souvent pfx-saoul P.lui
'Il est ivre la plupart du temps.'(Il n'est pas souvent sobre) Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:I)


(2) He beg 'zo 'giz 'n toull karr distañk.
son bouche est comme un trou charrette pfx-fermé
'Elle est édentée.'
litt.'Sa bouche est comme une brèche de champ ouverte.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:III)


(3) Ne zeu ket sonjoù divodest da virout ouzhit da gousket, a-wechoù?

Standard, Drezen (1990:53)

verbes

Lorsqu'il apparaît sur les verbes, le préfixe di- correspond en gloses au préfixe dé- du français.


(2) A - C'hoarzhiñ a ra ! B - Dic'hoarzhiñ a ray!
rire fait -rire fera
'A - Il rit! .... B - Ça lui passera!!' Favereau (1993)


(3) Eman o tilasa e votou-lêr, o tiglochedi e vantel, hag o tinozelenna e chupenn...
est P -lacer son souliers-cuir P -agrafer son manteau et P -boutonner son veste
'Il délace ses souliers, dégrafe son manteau et déboutonne sa veste...' Le Bozec (1933:66)


(4) Ne zislavaran ket.
ne -dire pas
'Je ne me dédis pas (je le maintiens).' Trégorrois, Gros (1984:162)

Productivité

Ce préfixe, productif, est très vivant dans la langue et peut aisément créer de nouveaux items à volonté. En (4), di- est préfixé sur un verbe à base nominale.


(4) Hañ! Te eo Kristof? Gortoz, me a ya da zigristofi ahanout!
EXCL toi est Christophe attends moi R va pour -Christopher P.toi
'Ah! C'est toi, Christophe? Attends, je vais te déchristopher (t'en fiche, du Christophe).' Trégorrois, Gros (1984:28)


Degré zéro dans les structures reduplicatives

La reduplication a-perfective X di-X est une opération morphologique de reduplication productive en breton.

Elle a l'effet sémantique de supprimer la borne de fin d'un prédicat verbal (reduplication a-perfective).

  • Kaer en deus treiñ ha distreiñ, ne zeu ket ar c’housked dezhañ.
Standard, Drezen (1990:45)


Pour un état, c'est le seuil qualitatif qui est supprimé.


(1) Goude e vezont bloñset ha dibloñset tout evel-just.
après R sont tapé et -tapé tout bien.sur
'Après, ils sont meurtris bien sûr.' Léon, Mellouet & Pennec (2004:152).


A ne pas confondre

Ce morphème di-/dis- ne dois pas être confondu avec le morphème de-/di-, sémantiquement distinct.