Différences entre les versions de « Del »

De Arbres
(Remplacement de texte — « n|| » par « n || »)
Ligne 39 : Ligne 39 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(3)|| eur  || mell || gwezenn|| glas-kaol ||he || '''deliou'''  
|(3)|| eur  || mell || gwezenn || glas-kaol ||he || '''deliou'''  
|-
|-
||| [[art|un]] || [[mell|grand]] || [[gwez|arbres]].[[-enn|1]] ||[[glas|vert]]-[[kaol|choux]] ||[[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> || feuillages
||| [[art|un]] || [[mell|grand]] || [[gwez|arbres]].[[-enn|1]] ||[[glas|vert]]-[[kaol|choux]] ||[[POSS|son]]<sup>[[2]]</sup> || feuillages

Version du 8 mars 2022 à 04:49

Le nom del dénote un 'feuillage', des 'feuilles'.


(1) Kalz a zel n'en devoa ket skubet.
beaucoup de1 feuillage ne'3SGM avait pas balayé
'Il n'avait pas balayé beaucoup de feuilles.'
Vannetais, Ar Meliner (2009:35)


Morphologie

variation dialectale

Pour le haut-vannetais du XXI°, Delanoy (2010) donne le nom collectif dél 'feuilles', et le composé deliaù 'lierre' (cf. del iliav).

Le nom collectif del est surtout présent en KLT contemporain sous ses formes dérivées, et le double pluriel delioù a tendance à le supplanter.


nombre

Les formes dérivées sont le singulier delienn 'feuille' et le double pluriel delioù 'feuillages'.


(2) eur bern deliou
un tas feuillage.s
'un tas de feuilles'
Trégorrois, Gros (1984:343)


(3) eur mell gwezenn glas-kaol he deliou
un grand arbres.1 vert-choux son2 feuillages
'Un grand arbres aux feuillages vert-chou'
Léonard (Cléder), Seite (1998:44)


(4) Ar verklenn wenn a zo kouet war deliou an dero yaouank.
le 1rouille.1 1blanc R est tombé sur feuillage.s le chênes jeune
'Les feuillages des jeunes chênes ont attrapé l'oïdium.'
L'Hôpital-Camfrout, Le Gall (1958)


A-M. Louboutin (09/2015a) à Locronan a deil 'feuilles, feuillage', delienn 'feuille', mais pas le double pluriel * deliennoù.


Diachronie

Delanoy (2010) suggère une racine commune à del et au latin folium.


(4) Me am eus vn amoric iolivic indan an del me.
moi R.1SG a un amour.DIM joli.DIM sous le feuilles moi
'J'ai une amourette gentille, sous les feuilles, moi.'
Moyen breton (1350), glose d'Ivonet Omnès