Déontique : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 30 : Ligne 30 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (3) || '''Da''' êo déomp ||èném gonsoli, ||kar ranna â réïmp ||or c'halon.
+
| (3) ||<font color=green> '''Da''' êo déomp ||<font color=green>èném gonsoli, ||<font color=green>kar ranna â réïmp ||<font color=green>or c'halon.
 +
|-
 +
||| Dav eo deomp ||en em gonsoliñ || kar rannañ  a raimp || hor c'halon
 
|-
 
|-
 
||| [[dav|dû]] [[COP|est]] [[da|à]].[[pronom incorporé|nous]]|| [[en em|se]]<sup>[[1]]</sup> consoler || [[kar|car]] diviser [[R]] ferons ||[[POSS|notre]] cœur  
 
||| [[dav|dû]] [[COP|est]] [[da|à]].[[pronom incorporé|nous]]|| [[en em|se]]<sup>[[1]]</sup> consoler || [[kar|car]] diviser [[R]] ferons ||[[POSS|notre]] cœur  

Version du 5 novembre 2013 à 22:43

Un élément déontique est un élément qui induit une notion de devoir moral, ou de conformité aux convenances.

La modalité déontique est comprise dans les notions de juste, injuste, permis, interdit, équitable, obligatoire, nécessaire, facultatif...

Le verbe faotañ est typiquement déontique.


(1) Ur paotr èl ma faota, a-dres, a-feson.
un garçon comme que faut bien bien
'un gars comme il faut, un gars bien.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:25)


Les modaux peuvent induire une lecture déontique, comme le modal dleout. L'expérienceur de la construction, le sujet de dleout en (2), est la personne (humaine, car sensible à la notion de devoir), sur laquelle s'exerce la pression du devoir.


(2) Da 7 eur 30 e tleomp bout er-maez ag ar vourc’h…
à sept heure trente R devons être dehors le bourg
'Nous devons être sortis du bourg à sept heures trente...' Vannetais, Herrieu (1994:71)


(3) Da êo déomp èném gonsoli, kar ranna â réïmp or c'halon.
Dav eo deomp en em gonsoliñ kar rannañ a raimp hor c'halon
est à.nous se1 consoler car diviser R ferons notre cœur
'Nous devons nous consoler car nos cœurs finiront par se briser.' Léon (Lesneven), Burel (2012:38)


La préposition da peut aussi amener une lecture déontique.


(4) Neuze e soñjas he-doa da walc'hiñ warhoaz.
alors R pensa 3SGF avait à laver demain
'Elle pensa alors qu'il lui fallait laver le lendemain.' Léon, Fave (1998:140)