Cornouaillais : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Aire géographique)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
   "Le dialecte de Cornouailles, le plus étendu de tous, comprend les arrondisssements entiers de Châteaulin, de Quimper et de Quimperlé, la partie sud des arrondissements de Brest et de Morlaix; il est en outre parlé dans les Côtes-du-Nord par quelques cantons des arrondissements de Guingamp et de Loudéac; dans le Morbihan, le canton de Faouet et celui de Gour[in] parlent un dialecte teinté fortement de vannetais, mais qui se rapproche encore plus du dialecte de Cornouailles.
 
   "Le dialecte de Cornouailles, le plus étendu de tous, comprend les arrondisssements entiers de Châteaulin, de Quimper et de Quimperlé, la partie sud des arrondissements de Brest et de Morlaix; il est en outre parlé dans les Côtes-du-Nord par quelques cantons des arrondissements de Guingamp et de Loudéac; dans le Morbihan, le canton de Faouet et celui de Gour[in] parlent un dialecte teinté fortement de vannetais, mais qui se rapproche encore plus du dialecte de Cornouailles.
 
   Le dialecte de Cornouailles est limité à l'ouest par la mer, au sud par la mer et par une ligne qui suit à peu près la limite du Morbihan et du Finistère; à l'ouest, la séparation et la rivière de Quimperlé, et la limite des cantons d'Arzano, de Gourin et de Faouet, et, après une ligne sud déjà indiquée qui correspond à la limite du Morbihan et des Côtes-du-Nord, il est limité par la partie française ou gallot de l'arrondissement de Loudéac. Au nord la limite est la même que la limite au sud du [[léonard|Léon]] et du [[trégorrois|Tréguier]], c'est-à-dire une ligne correspondant aux massifs montagneux du Mené et des monts d'Arrée et venant aboutir à la rade de Brest entre Plougastel et Daoulas."
 
   Le dialecte de Cornouailles est limité à l'ouest par la mer, au sud par la mer et par une ligne qui suit à peu près la limite du Morbihan et du Finistère; à l'ouest, la séparation et la rivière de Quimperlé, et la limite des cantons d'Arzano, de Gourin et de Faouet, et, après une ligne sud déjà indiquée qui correspond à la limite du Morbihan et des Côtes-du-Nord, il est limité par la partie française ou gallot de l'arrondissement de Loudéac. Au nord la limite est la même que la limite au sud du [[léonard|Léon]] et du [[trégorrois|Tréguier]], c'est-à-dire une ligne correspondant aux massifs montagneux du Mené et des monts d'Arrée et venant aboutir à la rade de Brest entre Plougastel et Daoulas."
 
  [[Sébillot (1878)|Sébillot (1878]]:241):
 
  "Il existe en outre une colonie bretonnante à Trélazé (Maine-et-Loire), petite ville située à quelques kilomètres d'Angers. Elle se compose d'ouvriers ardoisiers originaires de la Bretagne et principalement de l'arrondissement de Châteaulin ; cette émigration remonte à quelques années seulement et tient à des causes économiques et industrielles."
 
  
 
   [[Troude (1886)|Troude (1886]]:29):
 
   [[Troude (1886)|Troude (1886]]:29):
 
   "A l'Ouest et au Sud : la côte depuis Daoulas jusqu'à Quimperlé. Au Sud-Est : depuis Quimperlé, en allant vers le Nord-Est, jusqu'auprès de Loudéac , en passant par Arzenaou et Heskoet. A l'Est : de Loudéac à Saint-Gueltas, en passant par Korlé. — Les lieux principaux sont : Daoulas, Le Faou, Châteaulin, Douarnenez, Quimper, Quimperlé, Carhaix, Korlé et Skaer."
 
   "A l'Ouest et au Sud : la côte depuis Daoulas jusqu'à Quimperlé. Au Sud-Est : depuis Quimperlé, en allant vers le Nord-Est, jusqu'auprès de Loudéac , en passant par Arzenaou et Heskoet. A l'Est : de Loudéac à Saint-Gueltas, en passant par Korlé. — Les lieux principaux sont : Daoulas, Le Faou, Châteaulin, Douarnenez, Quimper, Quimperlé, Carhaix, Korlé et Skaer."
  
 +
 +
=== îlot angevin ===
 +
 +
  [[Sébillot (1878)|Sébillot (1878]]:241):
 +
  "Il existe en outre une colonie bretonnante à Trélazé (Maine-et-Loire), petite ville située à quelques kilomètres d'Angers. Elle se compose d'ouvriers ardoisiers originaires de la Bretagne et principalement de l'arrondissement de Châteaulin ; cette émigration remonte à quelques années seulement et tient à des causes économiques et industrielles."
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==

Version du 18 octobre 2021 à 11:06

- fiche incomplète - en préparation.


Aire géographique

 Sébillot (1878:240):
 "Le dialecte de Cornouailles, le plus étendu de tous, comprend les arrondisssements entiers de Châteaulin, de Quimper et de Quimperlé, la partie sud des arrondissements de Brest et de Morlaix; il est en outre parlé dans les Côtes-du-Nord par quelques cantons des arrondissements de Guingamp et de Loudéac; dans le Morbihan, le canton de Faouet et celui de Gour[in] parlent un dialecte teinté fortement de vannetais, mais qui se rapproche encore plus du dialecte de Cornouailles.
 Le dialecte de Cornouailles est limité à l'ouest par la mer, au sud par la mer et par une ligne qui suit à peu près la limite du Morbihan et du Finistère; à l'ouest, la séparation et la rivière de Quimperlé, et la limite des cantons d'Arzano, de Gourin et de Faouet, et, après une ligne sud déjà indiquée qui correspond à la limite du Morbihan et des Côtes-du-Nord, il est limité par la partie française ou gallot de l'arrondissement de Loudéac. Au nord la limite est la même que la limite au sud du Léon et du Tréguier, c'est-à-dire une ligne correspondant aux massifs montagneux du Mené et des monts d'Arrée et venant aboutir à la rade de Brest entre Plougastel et Daoulas."
 Troude (1886:29):
 "A l'Ouest et au Sud : la côte depuis Daoulas jusqu'à Quimperlé. Au Sud-Est : depuis Quimperlé, en allant vers le Nord-Est, jusqu'auprès de Loudéac , en passant par Arzenaou et Heskoet. A l'Est : de Loudéac à Saint-Gueltas, en passant par Korlé. — Les lieux principaux sont : Daoulas, Le Faou, Châteaulin, Douarnenez, Quimper, Quimperlé, Carhaix, Korlé et Skaer."


îlot angevin

 Sébillot (1878:241):
 "Il existe en outre une colonie bretonnante à Trélazé (Maine-et-Loire), petite ville située à quelques kilomètres d'Angers. Elle se compose d'ouvriers ardoisiers originaires de la Bretagne et principalement de l'arrondissement de Châteaulin ; cette émigration remonte à quelques années seulement et tient à des causes économiques et industrielles."

Bibliographie