Contact : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
Il n'est cependant pas toujours évident de déceler si deux langues en contact se sont effectivement influencées. Si elles montrent le même phénomène, ce peut être le fruit d'une influence de l'une sur l'autre ou de l'autre sur l'une. Cela peut aussi découler d'une influence mutuelle qui fait émerger un fait nouveau, ou bien encore d'une évolution indépendante qui amène par un hasard complet à un même résultat.  
 
Il n'est cependant pas toujours évident de déceler si deux langues en contact se sont effectivement influencées. Si elles montrent le même phénomène, ce peut être le fruit d'une influence de l'une sur l'autre ou de l'autre sur l'une. Cela peut aussi découler d'une influence mutuelle qui fait émerger un fait nouveau, ou bien encore d'une évolution indépendante qui amène par un hasard complet à un même résultat.  
  
Par exemple, l'auxiliaire périphrastique ''[[ober]]'', 'faire' du breton est un phénomène [[typologiquement]] peu répandu. Il existe un tel auxiliaire dans les autres langues brittoniques; en cornouaillais et en gallois. Le parallèle est aussi important avec l'auxiliaire ''do'' en anglais ([[McWhorter (2009)|McWhorter 2009]]), et l'auxiliaire ''faire'' en ancien français ([[Le  Roux (1957)|Le Roux 1957]]:48, [[Fleuriot (1997)|Fleuriot 1997]]:99-103).  
+
Par exemple, l'auxiliaire périphrastique ''[[ober]]'', 'faire' du breton est un phénomène [[typologiquement]] peu répandu. Il existe un tel auxiliaire dans les autres langues brittoniques; en cornouaillais et en gallois. Le parallèle est aussi important avec l'auxiliaire ''do'' en anglais ([[McWhorter (2009)|McWhorter 2009]], Filppula & Klemola 2010), et l'auxiliaire ''faire'' en ancien français ([[Le  Roux (1957)|Le Roux 1957]]:48, [[Fleuriot (1997)|Fleuriot 1997]]:99-103).  
 
* Les langues celtiques auraient-elles exporté l'auxiliaire 'faire' en anglais et en français alors qu'elles leur ont donné aussi peu de matériel [[lexical]], comme proposé par [[McWhorter (2009)]]?  
 
* Les langues celtiques auraient-elles exporté l'auxiliaire 'faire' en anglais et en français alors qu'elles leur ont donné aussi peu de matériel [[lexical]], comme proposé par [[McWhorter (2009)]]?  
 
* Au contraire, l'anglais et l'ancien français auraient-ils conjointement influencé les langues celtiques brittoniques?  
 
* Au contraire, l'anglais et l'ancien français auraient-ils conjointement influencé les langues celtiques brittoniques?  

Version du 4 janvier 2014 à 14:06

Des phénomènes linguistiques particuliers s'opèrent quand deux langues sont en contact.

L'étude des phénomènes de contact langagier touche les domaines du bilinguisme, du code-switching, des emprunts et de la grammaticalisation.


Aujourd'hui, tous les locuteurs du breton sont au moins bilingues, le plus souvent avec le français. Toute évolution est questionable en termes de phénomène de contact.


Il n'est cependant pas toujours évident de déceler si deux langues en contact se sont effectivement influencées. Si elles montrent le même phénomène, ce peut être le fruit d'une influence de l'une sur l'autre ou de l'autre sur l'une. Cela peut aussi découler d'une influence mutuelle qui fait émerger un fait nouveau, ou bien encore d'une évolution indépendante qui amène par un hasard complet à un même résultat.

Par exemple, l'auxiliaire périphrastique ober, 'faire' du breton est un phénomène typologiquement peu répandu. Il existe un tel auxiliaire dans les autres langues brittoniques; en cornouaillais et en gallois. Le parallèle est aussi important avec l'auxiliaire do en anglais (McWhorter 2009, Filppula & Klemola 2010), et l'auxiliaire faire en ancien français (Le Roux 1957:48, Fleuriot 1997:99-103).

  • Les langues celtiques auraient-elles exporté l'auxiliaire 'faire' en anglais et en français alors qu'elles leur ont donné aussi peu de matériel lexical, comme proposé par McWhorter (2009)?
  • Au contraire, l'anglais et l'ancien français auraient-ils conjointement influencé les langues celtiques brittoniques?
  • Les influences mutuelles germaniques, latines et brittoniques ont-elles favorisé l'émergence de ce phénomène?
  • S'agit-il d'un développement interne à chacune de ces (familles de) langues, comme c'est le cas pour l'auxiliaire 'faire' en basque, en coréen ou en russe?


Bibliographie

  • Corrigan, K. 2010. 'Language contact and grammatical theory', R. Hickey (éd.), The Handbook of Language Contact, Wiley-Blackwell.
  • Etxepare, R. (à paraître) 'Contact and change in a restrictive theory of parameters', C. Picallo (éd.), Linguistic Variation in the Minimalist Framework, Oxford:Oxford University Press.
  • Duguine, M. & A. Irurtzun (à paraître), 'From obligatory Wh-movement to optional Wh in situ in Labourdin Basque', The Journal of Historical Syntax.
  • Heine, B. & T. Kuteva (éds.), 2007. Language contact and grammatical change, Cambridge:Cambridge University Press.
  • Filppula, Markku & Juhani Klemola. 2010. 'Celtic Influence on English: A Re-Evaluation', Robert A. Cloutier, Anne Marie Hamilton-Brehm & William A.Kretzschmar, Jr. (éds.), Studies in the History of the English Language, Variation and Change in English Grammar and Lexicon: Contemporary Approaches, 207-230.