Cheveau (2015)

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
  • Cheveau, L. 2015. 'Le r initial fort non issu de mutation en breton', Denis Costaouec & Tanguy Solliec (éds.), Actualité de la recherche sur le breton et les langues celtiques, jeunes chercheurs, Emgleo Breiz, 47-70.


 dans l'introduction:
 "...le gallois possède ces deux types de r- initial, un sourd [non-voisé] et un sonore [voisé], dans certains dialectes d’une autre langue celtique apparentée, le breton, le r initial présente également des variations rarement traitées en détail dans les grammaires bretonnes et absentes des dictionnaires actuels. Cela est sans doute dû au fait que ces variations semblent peu importantes ou inexistantes dans les dialectes qui sont à l’origine des standards littéraires traditionnels, c’est à dire le breton du Haut-Léon, celui de la région de Vannes (haut-vannetais), ainsi que celui du Trégor, et qu’elles sont donc rarement attestées par écrit."
 3.6. bilan 
 "...le r sourd initial absolu est non seulement attesté dans une large zone correspondant au bas-vannetais (ouest du Morbihan), à une partie du haut-vannetais intérieur proche du bas-vannetais, à la partieorientale de la Haute-Cornouaille, aux communes cornouaillaises en contact avec l’ouest du bas vannetais (vallée de l’Ellé et de la Laïta, grosso modo) et à au moins une commune du Bas-Léon, mais aussi dans des zones situées aux marges du domaine bretonnant : Roscanvel dans la presqu’île de Crozon et le sud-est de Vannes."
 conclusion
 "...Pour autant notre carte n’est pas définitive car nous n’avons pas de documents pour toute la Basse-Bretagne : la zone concernée par le r sourd est peut-être encore plus étendue."