Chakod : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Diachronie)
 
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
||| [[DEM|celui.ci]] || [[COP|est]] [[gwriat|cousu]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]] || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> poche  
 
||| [[DEM|celui.ci]] || [[COP|est]] [[gwriat|cousu]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]] || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> poche  
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Il est avare.' (litt. 'le fond de sa poche est cousu.') ||||||||''Cornouaillais de l'Est (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:II)
+
|||colspan="10" | 'Il est avare.' (litt. 'le fond de sa poche est cousu.') ||||||||''Cornouaillais de l'Est (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:II)
 
|}
 
|}
  
Ligne 21 : Ligne 21 :
  
 
Là où le français recourt à des modifications sur le nom, le breton use de suffixes. A Bannalec en cornouaillais de l'est maritime, ''dourenn'' dénote la 'poche des eaux' d'un accouchement ([[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. 2017]]:312). [[Vallée (2014)]] relève pour 'poche de tablier' les formes dérivées sur ''[[butun]]'' 'tabac' ''butun'''adenn''''' et, à Bégard, ''butun'''alenn'''''.
 
Là où le français recourt à des modifications sur le nom, le breton use de suffixes. A Bannalec en cornouaillais de l'est maritime, ''dourenn'' dénote la 'poche des eaux' d'un accouchement ([[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. 2017]]:312). [[Vallée (2014)]] relève pour 'poche de tablier' les formes dérivées sur ''[[butun]]'' 'tabac' ''butun'''adenn''''' et, à Bégard, ''butun'''alenn'''''.
 +
  
 
== Expression ==
 
== Expression ==
Ligne 27 : Ligne 28 :
  
 
* ''un hanter c'henoù'', 'une demi-[[genoù|bouche]] (& au figuré, qui a la langue dans sa poche)', [[Favereau (1997)|Favereau (1997:]]§331)
 
* ''un hanter c'henoù'', 'une demi-[[genoù|bouche]] (& au figuré, qui a la langue dans sa poche)', [[Favereau (1997)|Favereau (1997:]]§331)
 +
 +
 +
== Diachronie ==
 +
 +
[[Delanoy (2010)]] donne cite une décomposition qu'il attribue à F. Favereau de ''chakod'' 'poche' en ''[[sac'h]]'' 'sac' et ''god'' 'poche'. [[Menard (2016)]] documente effectivement ''god'' 'poche, pli, fronce, intérieur de vêtement' en [[breton pré-moderne]].
 +
 +
[[Delanoy (2010)]] ajoute une autre possibilité d'[[emprunt]], au français ''sacoche''.
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]

Version actuelle datée du 26 avril 2021 à 12:57

Le nom chakod dénote une 'poche (de vêtement)'.


(1) Hemañ 'ma gwriet deon e chakod.
celui.ci est cousu à.lui son1 poche
'Il est avare.' (litt. 'le fond de sa poche est cousu.') Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:II)


Morphologie

variation dialectale

La carte 229 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de poche. Le cornouaillais a plutôt chakod, quand les autres dialectes KLT de la partie Nord utilisent godell. Pour le vannetais, il faudrait vérifier que les locuteurs n'ont pas compris, en français local poche comme 'petit sac', car il y a moultes réponses en sac'h.


Sémantique

Là où le français recourt à des modifications sur le nom, le breton use de suffixes. A Bannalec en cornouaillais de l'est maritime, dourenn dénote la 'poche des eaux' d'un accouchement (Bouzec & al. 2017:312). Vallée (2014) relève pour 'poche de tablier' les formes dérivées sur butun 'tabac' butunadenn et, à Bégard, butunalenn.


Expression

'avoir la langue dans sa poche'

  • un hanter c'henoù, 'une demi-bouche (& au figuré, qui a la langue dans sa poche)', Favereau (1997:§331)


Diachronie

Delanoy (2010) donne cite une décomposition qu'il attribue à F. Favereau de chakod 'poche' en sac'h 'sac' et god 'poche'. Menard (2016) documente effectivement god 'poche, pli, fronce, intérieur de vêtement' en breton pré-moderne.

Delanoy (2010) ajoute une autre possibilité d'emprunt, au français sacoche.