C'hoazh

De Arbres
Révision datée du 4 janvier 2013 à 16:10 par Mjouitteau (discussion | contributions) (en contexte négatif)
Aller à : navigation, rechercher

C'hoazh a des sens différents suivant son contexte syntaxique. A l'affirmatif, il correspond souvent assez bien au français 'encore', 'de nouveau', 'davantage'. Sous la portée de la négation, c'hoazh correspond à ken, mui, 'déjà', 'pas encore'. Il a aussi un sens exclamatif et différents usages de discours.


(1) A pa oa predet, holl an dud o doa em stardet muioc'h c'hoazh trema an oaled...
et quand était dîné tout le gens avaient se rapproché plus encore vers le foyer
'Après le repas, tout le monde se rapprocha encore plus du foyer...' (*... s'a rapproché)
Vannetais, Ar Meliner (2009:135)


Distribution

Lorsqu'il est utilisé en tant qu'adverbe de phrase, c'hoazh ('encore') se place en périphérie droite.


 Kervella (1947:§545):
 "Evit al ledanaat e reer gant ivez ha c'hoazh. 
 An daou c'her-se a vez lakaet e penn diwezhañ al lavarenn."
 An Here (2001:§'c'hoazh')
 "peurliesañ e lakaer c'hoazh e dibenn al lavarennoù".


Sémantique

C'hoazh a le sens de 'de nouveau', 'encore une fois' en contexte positif. La présence de la négation peut changer son sens. En (2), l'adverbe c'hoazh ne signifie pas 'de nouveau'.


(2) [ m,əs kəd 'a:jə tǝ v'el hw'as ]
M-eus ket arruet da welet anezhañ c'hoazh.
R.1SG-a pas arrivé à voir P.lui encore
'Je n'ai pas encore réussi à le voir.'
Breton central, Humphreys (1995:353)


en contexte négatif

An Here (2001:§'choazh') propose que le changement de sens de c'hoazh dépend de si le verbe de la proposition est, ou non, à la forme négative. Ce n'est pas exactement le cas.

C'est précisément lorsque c'hoazh est sous la portée de la négation dans sa proposition que son sens est différent. En (1)a, il existe une négation de phrase mais c'hoazh n'est pas sous la portée de la négation. Il a le sens qu'il a en contexte positif. En (1)b., c'hoazh est sous la portée de la négation dans sa proposition. La phrase en (1)b. ne signifie pas 'Tu n'as pas dormi de nouveau.'


(1)a. C'hoazh peus ket kousket. / (1)b. Peus ket kousket c'hoazh.
_ (ne) as pas dormi (ne) as pas dormi _
'De nouveau, tu n'as pas dormi.' vs. 'Tu n'as pas encore dormi.' Standard, [MJ/01/2013]

horizons comparatifs

On observe le même contraste en français avec l'adverbe encore, précisément lorsqu'il est sous la portée de la négation dans sa proposition.


  • Encore, t'as pas dormi.
> 'De nouveau, tu n'as pas dormi.'
  • T'as [ encore ] [ pas dormi ].
> 'C'est le cas de nouveau que tu n'as pas dormi.'
  • T'as [ pas encore ] [ dormi ].
> 'C'est le cas que tu n'as pas initié l'action de dormir.'
  • T'as [ encore pas ] [ dormi ].
> 'C'est le cas que tu n'as pas initié l'action de dormir.'


La comparaison avec le français est troublée par le fait qu'en français, une intonation de focus sur encore peut le sortir de la portée sémantique de la négation.

  • T'as pas [ ENCORE dormi ]!
> 'Ce n'est pas le cas que tu as dormi de nouveau (rassure-moi! Tu dors depuis des heures!).'

particule de discours

Le sens de c'hoazh, comme celui de 'encore' en français, est parfois assez similaire à 'en plus (de ça)', 'qui plus est'.


(4) Ya, ya. Hag evit netra c'hoazh...
oui, oui et pour rien encore
'Oui, oui. Et qui plus est gratuitement.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:157)