Buoc'h : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(nombre)
Ligne 38 : Ligne 38 :
 
=== nombre ===
 
=== nombre ===
  
Le pluriel du nom ''buoc'h'' est ''buoc'hed''. La plupart du temps cependant, c'est le [[nom collectif]] ''[[saout]]'' qui est utilisé en supplétion de ce pluriel de ''buoc'h''.  
+
Le pluriel morphologique du nom ''buoc'h'' est parfois ''buoc'hed''. La plupart du temps cependant, et en breton standard, c'est le [[nom collectif]] ''[[saout]]'' qui est utilisé en supplétion de ce pluriel de ''buoc'h''.  
  
  
Ligne 50 : Ligne 50 :
  
  
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-046.jpg 46] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''un troupeau de vaches'', ce qui obtient la plupart du temps le [[nom collectif]] ''[[saout]]'''vaches', mais aussi quelques pluriels de ''buoc'h'' 'vache' en ''buoc'hed'', et deux occurrences du [[nom collectif]] ''[[chatal]]'' 'bétail'.
+
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-046.jpg 46] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''un troupeau de vaches'', ce qui obtient la plupart du temps le [[nom collectif]] ''[[saout]]'' 'vaches', mais aussi quelques pluriels de ''buoc'h'' 'vache' en ''buoc'hed'', et deux occurrences du [[nom collectif]] ''[[chatal]]'' 'bétail'.
 +
 
 +
Le pluriel ''biu'', ''biou'', attesté dès 1464 avec le ''[[Catholicon]]'', existait encore au début du XX° à Plévin, Belle-Isle et Roudouallec ([[http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-045.jpg carte 45] de l'[[ALBB]]). [[Trépos (1964)|Trépos (1964]]:538) remarque aussi le composé ''bioulart'', littéralement 'vaches grasses' qui dénote des 'limaces' à Plounévézel et Plérin (dans la [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-452.jpg carte 452]).
  
 
== Sémantique ==
 
== Sémantique ==

Version du 15 décembre 2020 à 19:19

Le nom buoc'h dénote une 'vache'.


Morphologie

variation dialectale

La carte 45 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de trois vaches, ce qui obtient donc le nom singulier après le cardinal.


A Ouessant, Gouedig (1982) donne eur veoh da werza 'une vache à vendre'.

En cornouaillais de l'est à Lanvenejen, Evenou (1987:576) donne [diw vjOx] div vuoc'h 'deux vaches'. En Cornouaillais de l'est maritime et en breton central, on trouve la forme beuc'h.


(2) 'Ma koéñt veuc'h. Cornouaillais de l'est maritime
Emañ koeñvet ar vuoc'h. Standard
est enflur.é (le)1 vache
'La vache est enflée, météorisée.' Bouzec & al. (2017:310)


(3) on daoulagad beuc'h marlouiet
un deux.oeil vache mort.veau
'une paire d'yeux de vache ayant eu un veau mort-né.'
(triste, incrédule, décontenancé) Breton central, Favereau (1984:300)


nombre

Le pluriel morphologique du nom buoc'h est parfois buoc'hed. La plupart du temps cependant, et en breton standard, c'est le nom collectif saout qui est utilisé en supplétion de ce pluriel de buoc'h.


(4) En givijeri an ejened a zo buoc'hed.
dans.le tannerie les bœufs R est vaches
'Dans les tanneries, les bœufs sont des vaches', Proverbe, Abalain (2001:43)


La carte 46 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de un troupeau de vaches, ce qui obtient la plupart du temps le nom collectif saout 'vaches', mais aussi quelques pluriels de buoc'h 'vache' en buoc'hed, et deux occurrences du nom collectif chatal 'bétail'.

Le pluriel biu, biou, attesté dès 1464 avec le Catholicon, existait encore au début du XX° à Plévin, Belle-Isle et Roudouallec ([carte 45 de l'ALBB). Trépos (1964:538) remarque aussi le composé bioulart, littéralement 'vaches grasses' qui dénote des 'limaces' à Plounévézel et Plérin (dans la carte 452).

Sémantique

lecture d'espèce

La plupart du temps, la lecture d'espèce est formée à partir du pluriel supplétif saout (laezh-saout 'lait de vache').


(1) Eur marmouz bennag e-nevoa libistret ar prenestr a goh-saout.
un singe quelconque 3SGM-avait barbouillé le fenêtre de1 merde-vaches
'Quelque galopin avait enduit la fenêtre de bouse de vache.' Gros (1970b:§'libistra')


La lecture d'espèce s'obtient aussi parfois avec le singulier buoc'h.


(2) Aliesoh a grohen leue a ya da zeha evid a grohen buoh.
souvent.plus de1 peau veau R va à1 sécher que de1 peau vache
'On fait sécher plus de peaux de veaux que de peaux de vaches.'
(Il meurt plus de jeunes que de vieux) Gros (1970b:§'leue')


Dans les vieux composés avec le modifieur à gauche, la lecture d'espèce est obtenue à partir de la racine bu-, comme dans bugen 'peau de vache', avec le suffixe -gen 'peau (de)', ou encore dans le vieux breton bues 'enclos pour les vaches' (avec le suffixe -ez, Fleuriot 1964:339f) ou dans l'étymologie de bugel 'enfant, gardien de vaches'.

Cette racine n'est pas plurielle - les pluriels sont bannis des mots composés modifiés sur leur gauche.