Bizaj : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « Le nom ''bizaj'' dénote un 'visage'. C'est un emprunt transparent au français. {| class="prettytable" |(1)|| He || '''bizaj''' ||a oa || el || liou || d'ar ||... »)
 
(Morphologie)
 
(9 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
=== répartition dialectale ===
 
=== répartition dialectale ===
  
L'[[emprunt]] ''bizaj'' est en concurrence avec l'autre emprunt ''[[fas]]'', mais c'est le nom ''[[dremm]]'' qui est favorisé en [[breton standard]]. Pour le haut-vannetais, [[Delanoy (2010)]] donne ''fas'' 'visage'.
+
{| class="prettytable"
 +
|(2)|| Biskoazh ||fri || bras || n'e-neus || difetet || '''bizaj'''.
 +
|-
 +
||| [[biskoazh|jamais]] || [[fri|nez]] || [[bras|grand]] ||[[ne]]'[[R]].3SGM-[[kaout|a]] || déparé || visage
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'Jamais un grand nez n'a déparé un visage.'  
 +
|-
 +
|||||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Gros (1984)|(Gros 1984]]:524)
 +
|}
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Skaret ||tout || 'oa|| e || '''fas'''.
+
|(3)|| 'Peus || ket || lakaet || tra || war || ho || '''pizaj'''.
 
|-
 
|-
||| ridé || [[tout]] || [[COP|était]] || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup>|| face
+
||| [[kaout|avez]] || [[ket|pas]] || [[lakaat|mis]] || [[tra|chose]] || [[war|sur]] || [[POSS|votre]]<sup>[[1]]</sup>|| visage
 
|-
 
|-
|||colspan="10" | 'Il avait le visage tout creusé, ridé.'
+
|||colspan="10" | 'Tu n'a pas mis de maquillage.' (à une femme)
 
|-
 
|-
|||||||colspan="10" |''Le Scorff'', [[Ar Borgn (2011)|Ar Borgn (2011]]:29)
+
|||||||colspan="10" |''Douarnenez (2002)'', Jouitteau c.p.
 
|}  
 
|}  
  
  
[[Ernault (1879-80:299)]] relève l'expression ''dremm dilavet'' 'visage détrempé' dans le léonard de [[Inisan (1878a)|Inisan (1878a]]:49), et commente:  "ce mot ''dremm'' vieillit, mais n'est pas inusité, comme le pense M. Troude. On le trouve encore [...], employé concurremment avec son trop heureux rival ''bisach'', ''bisaich''".
+
L'[[emprunt]] ''bizaj'' est en concurrence avec l'autre [[emprunt]] roman ''[[fas]]'' que [[Delanoy (2010)]] donne pour le haut-vannetais, mais c'est plutôt le nom ''[[dremm]]'' qui est favorisé en [[breton standard]].
 +
 
 +
[[Menard & Cornillet (2020)]] ont une entrée 'bizaj' mais renvoient à ''[[dremm]]''. Ils traduisent, entre autres, 'balafrer le visage de quelqu'un' par ''boulc’hañ fas unan bennak'', à côté de 'le bas de son visage' par ''an diadraoñv eus e zremm'' et 'un visage grave' ''dremm dic’hoarzh''. Ils donnent aussi, plus marginalement ou argotiquement, l'argot ''chez'' ou le nom ''cher'' qui donne tout de même ''dicheret'' 'défiguré'. Il y a aussi comme en français des usages de ''[[penn]]'' 'tête' pour 'visage'.
 +
 
 +
== Diachronie ==
 +
 
 +
[[Ernault (1879-80:299)]] considère que fin XIX°, le "mot ''[[dremm]]'' vieillit, mais n'est pas inusité, comme le pense M. Troude. On le trouve encore [...], employé concurremment avec son trop heureux rival ''bisach'', ''bisaich''".
 +
 
 +
== Sémantique ==
 +
 
 +
[[Menard & Cornillet (2020)]] donnent ''klozañ e vizaj da ub.'' 'fermer les yeux d’un mort'.
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]

Version actuelle datée du 21 octobre 2021 à 22:11

Le nom bizaj dénote un 'visage'. C'est un emprunt transparent au français.


(1) He bizaj a oa el liou d'ar pri.
son2 visage R était en.le couleur de le argile
'Son visage avait la couleur de l'argile.'
Trégorrois, Gros (1970b:§'liou')


Morphologie

répartition dialectale

(2) Biskoazh fri bras n'e-neus difetet bizaj.
jamais nez grand ne'R.3SGM-a déparé visage
'Jamais un grand nez n'a déparé un visage.'
Trégorrois, (Gros 1984:524)


(3) 'Peus ket lakaet tra war ho pizaj.
avez pas mis chose sur votre1 visage
'Tu n'a pas mis de maquillage.' (à une femme)
Douarnenez (2002), Jouitteau c.p.


L'emprunt bizaj est en concurrence avec l'autre emprunt roman fas que Delanoy (2010) donne pour le haut-vannetais, mais c'est plutôt le nom dremm qui est favorisé en breton standard.

Menard & Cornillet (2020) ont une entrée 'bizaj' mais renvoient à dremm. Ils traduisent, entre autres, 'balafrer le visage de quelqu'un' par boulc’hañ fas unan bennak, à côté de 'le bas de son visage' par an diadraoñv eus e zremm et 'un visage grave' dremm dic’hoarzh. Ils donnent aussi, plus marginalement ou argotiquement, l'argot chez ou le nom cher qui donne tout de même dicheret 'défiguré'. Il y a aussi comme en français des usages de penn 'tête' pour 'visage'.

Diachronie

Ernault (1879-80:299) considère que fin XIX°, le "mot dremm vieillit, mais n'est pas inusité, comme le pense M. Troude. On le trouve encore [...], employé concurremment avec son trop heureux rival bisach, bisaich".

Sémantique

Menard & Cornillet (2020) donnent klozañ e vizaj da ub. 'fermer les yeux d’un mort'.