Bilinguisme, multilinguisme

De Arbres
Révision datée du 5 mars 2015 à 17:51 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Bibliographie)
Aller à : navigation, rechercher

Le bilinguisme est, avec le multilinguisme, le contraire du monolinguisme. La plupart des humains ne sont pas monolingues et parlent au moins deux langues différentes.


Différents bilinguismes

âges d'acquisition ou d'apprentissage

On distingue le bilinguisme précoce du bilinguisme tardif. Le bilinguisme est dit précoce lorsque les deux langues premières sont acquises en même temps, ou au moins lors de la petite enfance. On parle de bilinguisme tardif lorsque la langue seconde est apprise à un âge plus tardif.

Dès l'âge de sept mois, un enfant en environnement bilingue différencie les deux langues différentes qu'il entend (Gervain & Werker 2013).

Comme pour l'acquisition d'une langue première, il semble qu'il y ait un stade critique pour l'acquisition d'une langue seconde. L'âge de trois ans est régulièrement cité comme un stade important qui délimite le bilinguisme précoce (Mermet 2006:79). Certains auteurs étendent la période jusqu'à l'âge de quatre ans.

Dans l'Etat français, un enfant peut être soclarisé dès l'âge de 2 ans, aux Pays-Bas, c'est quatre ans. Quand on parle pour une langue seconde de langue de l'école en Europe, on ne parle donc pas des mêmes âges d'acquisition de cette langue. Dans l'Etat français, la dite langue de l'école peut tout à fait participer d'un bilinguisme précoce.

Le fait qu'il y ait des stades liés à l'âge dans le bilinguisme ne signifie pas que le bilinguisme est impossible passé une certaine limite d'âge. Au contraire, Bak & al. (2014) ont pu montrer que certains avantages cognitifs liés au bilinguisme étaient décelables sur des bilingues tardifs, qui avaient appris leur seconde langue entre 15 ans et 19 ans.


espaces de pratique

Les bilinguismes diffèrent aussi selon les espaces de pratique attachés à deux langues.

Lorsque les langues pratiquées par des locuteurs bilingues ne sont pas attachées aux mêmes espaces sociaux, comme c'est assez massivement le cas en Bretagne entre le breton et le français, on parle de diglossie. C'est un bilinguisme qui se fonde sur la différenciation sociale de deux langues.

Influence du bilinguisme

influence sur les langues

A l'intérieur d'une langue donnée, les phénomènes comme l'emprunt et surtout le code-switching sont dus au bilinguisme.

L'acquisition comme la pratique du breton actuel sont linguistiquement fortement influencés par le bilinguisme avec la langue française.


influence sur les locuteurs

Si une langue donnée contraint les représentations cognitives des locuteurs, c'est-à-dire dans la mesure où l'hypothèse de Sapir-Whorf est exacte, le bilinguisme étend logiquement les limites de ces contraintes, comme le monolinguisme les renforce. Si une langue fournit au locuteur un réseau de significations qui est sa représentation du monde, à priori l'occasion d'appréhender le monde par un système linguistique différent ne peut qu'étendre ses représentations du monde. Cet effet est cependant difficile à quantifier.

Les recherches sur le bilinguisme se sont dans un premier temps concentrées sur les effets linguistiques de ce bilinguisme (De Houwer 2009): taille du vocabulaire dans les deux langues, âge des premiers mots, usages du code-switching, développement de la morphosyntaxe, etc.

Une autre ligne de recherche met en évidence des différence cognitives pour des tâches non-linguistiques (Bak & al. 2014).


Bibliographie

études sur le breton

  • Abjean, R. 1988. 'Le bilinguisme sur une radio de service public', La Bretagne Linguistique 4, CRBC.
  • Bernard, Ollivia. 2009. Une école à une ou deux langues pour quelles acquisitions du langage oral ?: analyse du langage oral des enfants bilingues en français français-breton et unilingues en français, mémoire d'orthophonie, Nice.
  • Davalan, N. XXXX., 'Le bilinguisme précoce en Bretagne, en Pays Celtiques et en Europe Atlantique', Klask 5.
  • Favereau, F. 1999. 'The Acquisition of Vocabulary among Breton-French Bilinguals'. XXX?
  • George, Kenneth. 1986. 'Un exemple de bilinguisme breton-anglais', La Bretagne Linguistique 2, CRBC.
  • Le Bris, Daniel & Tiiu Grunthal-Robert. 2009. 'L'acquisition du breton en milieu scolaire bilingue comparée aux situations rencontrées en Finlande et en Estonie.', Plurilinguisme et traduction des enjeux pour l'Europe = multilingualism and translation, challenges for Europe, Jocelyn Fernandez-Vest et Danh-Thanh Do-Hurinville (éds.), 109-118.
  • Mermet, Michel. 2006. Informatique et maîtrise de l'oral en maternelle bilingue breton-français: modèle de l'élève dans le dialogue enfant-ordinateur et ergonomie de la parole en breton., mémoire de thèse, pdf.
  • Ratel, Maela. 2006. L'éducation bilingue précoce: études des compétences à l'écrit chez l'enfant bilingue français-breton, mémoire d'orthophonie, Nice.
  • Stephens, J. 1996. 'The acquisition of mutations in Breton', Teod 2:22-32.
  • Stephens, J. & N. Davalan. 1995. 'The development of grammatical categories in Breton pre-school children', revue Teod 1, Cardiff, 48-63.


études théoriques et comparatives

  • Bak, T., M. Vega-Mendoza & A. Sorace. 2014. 'Never too late? An advantage on tests of auditory attention extends to late bilinguals', Frontiers in Psychology 5, article 485, 6p. pdf.
  • Gervain, Judit, Janet F. Werker. 2013. 'Prosody cues word order in 7-month-old bilingual infants', Nature Communications 4: 1490 DOI: 10.1038/ncomms2430.
résumé: '/releases/2013/02/130214111606.htm Bilingual babies know their grammar by 7 months', University of British Columbia, ScienceDaily. consulté le [24/01/2014].
  • De Houwer, A. 2009. Bilingual First Language Acquisition, Bristol: Multilingual Matters.


vulgarisation