Bennak : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(nombre erratique)
(nombre erratique)
Ligne 82 : Ligne 82 :
  
 
[[Hemon (2000)|Hemon (2000]]:§88) remarque que le nom qui précède ''bennak'' peut apparaître au pluriel, malgré la présence d'un [[article]] [[indéfini]] (qui est normalement absent au pluriel).  
 
[[Hemon (2000)|Hemon (2000]]:§88) remarque que le nom qui précède ''bennak'' peut apparaître au pluriel, malgré la présence d'un [[article]] [[indéfini]] (qui est normalement absent au pluriel).  
: '''''eun''' deiz'''iou''' bennak'', 1911, [[SKRS.]]:p.169.
+
: '''''eun''' deiz'''iou''' bennak'', breton de 1911, [[SKRS.]]:p.169.
  
 
Un nom singulier modifié par ''bennak'' peut aussi [[référer]] à une entité plurielle.
 
Un nom singulier modifié par ''bennak'' peut aussi [[référer]] à une entité plurielle.
: ''eur '''vag''' vihan bennag a zo e porzik Oranj: darn en em daol enn-'''ho'''.'', [[FVR.]]:p.307.
+
: ''eur '''vag''' vihan bennag a zo e porzik Oranj: darn en em daol enn-'''ho'''.'', breton de 1847, [[FVR.]]:p.307.
  
 
== Terminologie ==
 
== Terminologie ==

Version du 24 novembre 2014 à 11:39

Bennak est un adjectif indéfini. C'est un quantifieur existentiel positif.


(1) Eur marmouz bennag e-nevoa libistret ar prenestr a goh-saout.
un singe quelconque 3SGM-avait barbouillé un fenêtre de merde-vache
'Quelque galopin avait enduit la fenêtre de bouse de vache.' Gros (1970b:§'libistra')


Morphologie

Le quantifieur bennak est accentué sur la dernière syllabe. Il est parfois prononcé bennaket (Kervella 1995:§472).

(2) /bɛ'na:ɡ/, Plozévet, Goyat (2012:123)


Sa variation dialectale est documentée dans la carte 031 de Le Dû (2001), par une traduction du français quelque chose.

Distribution

Bennak se place directement après un indéfini : ur paotr bennak, 'quelqu'un', 'someone'. Cet indéfini doit être un singulier comptable.


(3) Nemet unan bennak a en em gave da gaout en ur chipal.
seulement 1 quelconque R se trouvait à1 avoir en chiper
'Mais quelques-uns arrivaient à en avoir en chipant.' Léon, Mellouet & Pennec (2004:77)


Le quantifieur existentiel positif bennak est illicite en contexte négatif, où son alternative est [N ebet]. Selon Willis (2013:278), bennak apparaît "dans les contextes positifs et dans les contextes de polarité négative faibles comme les interrogatives et les conditionnels, mais sont marginales dans les contextes négatifs, à moins de référer à une entité en dehors de la portée de la négation". Il donne:


(4) * N'eus ket un dra bennak da welet.
n'y.a pas un chose quelconque à1 voir
'Il n'y a pas quelque chose à voir.' Breton moderne, Willis (2013:278)


avec un mot -wh

Kervella (1995:§475, :§476) note les usages de bennak modifiant un mot -wh.


(1) Pe zeiz bennak e c'hellfes dont d'am gwelout, e vin laouen atav ouzh da zegemer.
quel jour quelconque R pourrais venir à me voir R serai content toujours à te1 accueillir
'Je serai content.e de t'accueillir quel que soit le jour où tu pourrais venir me voir.' Standard, Kervella (1995:§476).


Diachronie

composition

Selon Willis (2013:279), bennak est le composé ancien de py, la forme inaccentuée du pronom interrogatif (pe-) avec le négatif na(g).

Willis trace les usages originaux de bennak dans les relatives libres du type du moyen cornique en (1), avec une lecture explétive de l'élément négatif.

(1) panak vo age deses.
quel.que soit sera leur maladie
'Quelle que soit leur maladie.' Moyen cornique, Vie de Saint Meriasek, l. 3104, cité dans Willis (2013:279)


Willis note que bennak reste rare en moyen-breton en dehors des relatives libres, avec quelques sporadiques usages émergents en tant qu'indéfinis, comme en breton moderne.

nombre erratique

Hemon (2000:§88) remarque que le nom qui précède bennak peut apparaître au pluriel, malgré la présence d'un article indéfini (qui est normalement absent au pluriel).

eun deiziou bennak, breton de 1911, SKRS.:p.169.

Un nom singulier modifié par bennak peut aussi référer à une entité plurielle.

eur vag vihan bennag a zo e porzik Oranj: darn en em daol enn-ho., breton de 1847, FVR.:p.307.

Terminologie

Selon Trépos (2001:§315), il s'agit d'un 'adjectif indéfini'.