Atav

De Arbres
Révision datée du 28 novembre 2012 à 12:49 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Adverbe aspectuel)
Aller à : navigation, rechercher

Atav correspond prototypiquement au français 'toujours', ou 'encore'. C'est un adverbe aspectuel ou une particule de discours.


(1) [ eskø so ta:w ʁe be:w ]
est-ce que y.a toujours ceux vivant
‘Est-ce qu'il y (en) a encore des vivants?’ Bas-vannetais, Cheveau (2007:213)


Morphologie

Cet adverbe peut apparaître intégré dans des composés morphologiques.


(2) ...evit ma vefe lakaet e renk an ofisourien ur Breizh-atav-ad eus e seurt.
... pour que serait mis dans rang le officiers un Bretagne-toujours-ad de son sorte
'... pour qu'un nationaliste breton de son acabit soit nommé officier.' Denez (1993:24)


Adverbe aspectuel

(1) Pe zeiz bennak e c'hellfes dont d'am gwelout, e vin laouen atav ouzh da zegemer.
quel jour quelconque R pourrais venir à me voir R serai contente toujours à te accueillir
'Je serai content.e de t'accueillir quel que soit le jour où tu pourrais venir me voir.' standard, Kervella (1995:§476)


(2) Atav 'vez-heñv é rekinal.
toujours est-lui à rechigner
'Il fait le grincheux en permanence.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:57)


En tant qu'adverbe aspectuel, atav n'est pas restreint à l'usage d'un temps en particulier (contrairement à biskoazh 'jamais/toujours' restreint au passé ou biken, 'jamais' restreint au futur).


(1) Ni 'n eus bet karet atav an aotrou Doue.
nous R a eu aimé toujours le monsieur Dieu
'Nous avons toujours aimé Dieu.' Bas-Cornouaillais, Hor Yezh (1983:71)

particule de discours

En périphérie de phrase, atav semble pourvoir tenir lieu de particule de discours.


(2) Me, atao, a huñvree en eur en em lakaad e stad ar baotred faro ...
1SG toujours R rêvait en se mettre dans état le gars fiers
'Moi, toujours, je rêvais en me mettant à la place des gars fiers...'
Uhelgoat, Skragn (2002:96)


(3) Honnez, tav n'eo ket taget diwar he hentañ gaou!
celle-là toujours ne est pas blessé par son premier mensonge
'Celle-là, tu sais, n'a pas été étranglée par son premier mensonge (elle est menteuse).' Trégorrois, Gros (1984:488)