An diaoul : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Sémantique)
Ligne 1 : Ligne 1 :
''An diaoul'' est une [[grammaticalisation]] du groupe nominal /le diable/.  
+
''An diaoul'' est une [[grammaticalisation]] du groupe nominal ''an diaoul'', 'le diable'. Il correspond au français 'diable' dans ''qui diable''?
 
   
 
   
  
Ligne 14 : Ligne 14 :
  
 
L'élément ''an diaoul'' est manifestement invisible pour le [[critère thématique]]. Il relève du discours.
 
L'élément ''an diaoul'' est manifestement invisible pour le [[critère thématique]]. Il relève du discours.
 +
  
 
== Discours ==
 
== Discours ==
Ligne 19 : Ligne 20 :
 
   [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'diaoul'):
 
   [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'diaoul'):
 
   "Comme le français ''diable'', ''diaoul'' s'emploie pour renforcer l'expression, surtout dans les questions. [...] Il marque une plus grande impatience, une plus grande colère."
 
   "Comme le français ''diable'', ''diaoul'' s'emploie pour renforcer l'expression, surtout dans les questions. [...] Il marque une plus grande impatience, une plus grande colère."
 +
  
 
== Diachronie ==
 
== Diachronie ==
  
 
[[Le Brigant (1779)|Le Brigant (1779]]:A4) signale l'usage de ''an diaoul'' (''<font color=green>ayoul ne vifés</font color=green>'', ''an diaoul ne vefes'', 'diable que tu fusses').
 
[[Le Brigant (1779)|Le Brigant (1779]]:A4) signale l'usage de ''an diaoul'' (''<font color=green>ayoul ne vifés</font color=green>'', ''an diaoul ne vefes'', 'diable que tu fusses').
 +
 +
 +
== Horizons comparatifs ==
 +
 +
Baunaz (2014:fn6) analyse le français ''qui diable'' et l'anglais ''who the hell'', comme "une projection ''-wh'' agressivement non-liée par le discours". En français, les mots interrogatifs peuvent parfois rester ''in-situ'', mais les structures en ''qui diable'' ne le peuvent pas (Obenauer 1994, ''Tu as vu qui ([[*]] diable) au marché?'').
 +
 +
 +
== Bibliographie ==
 +
 +
'''horizons comparatifs'''
 +
 +
* Baunaz, Lena. 2014. 'On the various sizes of complementizers', ''Probus'' 27 (2), 193-236. [French 'que']
 +
* Obenauer, Hans-Georg. 1994. ''Aspects de la syntaxe A-barre – Effets d’intervention et mouvements des quantifieurs'', Paris: Université de Paris VIII thèse d’État.
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]

Version du 14 octobre 2016 à 14:37

An diaoul est une grammaticalisation du groupe nominal an diaoul, 'le diable'. Il correspond au français 'diable' dans qui diable?


(1) Piou an diaoul al lakepod-man?
qui le diable est le énergumène-ci
'Qui diable est cet énergumène?' Léon, Kerrien (2000:12)


Syntaxe

L'élément an diaoul est manifestement invisible pour le critère thématique. Il relève du discours.


Discours

 Gros (1989:'diaoul'):
 "Comme le français diable, diaoul s'emploie pour renforcer l'expression, surtout dans les questions. [...] Il marque une plus grande impatience, une plus grande colère."


Diachronie

Le Brigant (1779:A4) signale l'usage de an diaoul (ayoul ne vifés, an diaoul ne vefes, 'diable que tu fusses').


Horizons comparatifs

Baunaz (2014:fn6) analyse le français qui diable et l'anglais who the hell, comme "une projection -wh agressivement non-liée par le discours". En français, les mots interrogatifs peuvent parfois rester in-situ, mais les structures en qui diable ne le peuvent pas (Obenauer 1994, Tu as vu qui (* diable) au marché?).


Bibliographie

horizons comparatifs

  • Baunaz, Lena. 2014. 'On the various sizes of complementizers', Probus 27 (2), 193-236. [French 'que']
  • Obenauer, Hans-Georg. 1994. Aspects de la syntaxe A-barre – Effets d’intervention et mouvements des quantifieurs, Paris: Université de Paris VIII thèse d’État.