Am-, amb-

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le préfixe am-, amb- est un morphème grammaticalisé qui a perdu son sens premier. Il marque la proximité (Kervella 1947:§875).


(1) amzor
pfx1.porte
'entourage de porte' Merser (2009)


Kervella (1947:§875) donne: amdroc'h, amezeg (am+nesk+ek), amprevan (am+preñv+an), ampellañ, amboaz, amzor...

Martin (1929:177) donne à Scaër, Guiscriff, Gourin: amliouaj, 'de différentes couleurs'.

Goyat (2012:333) trouve à Plozevet /ãm'blø:di/, ambleudi, 'fouler le blé noir, pour briser l’enveloppe des grains' et /ãm'zi:od/, 'imbécile'.


Morphologie

allomorphe

La forme amb- apparaît lorsque la racine commence par /r/ (ambren, 'délire, divagation', Kervella 1947:§875).


mutations

Le préfixe am- provoque une lénition sur la racine, à l'exception des initiales en /p/ et /b/ (Kervella 1947:§875). Pour Chalm (2008:w-217) cependant, am- provoque toujours une lénition.


Les racines débutant normalement par /n/ apparaissent en /m/ (Kervella 1947:§875).


Sémantique

am- vs. ar-

Le préfixe ar-, al- implique lui aussi l'idée de proximité (arzorn, 'poignet').


Diachronie et horizons comparatifs

Selon Even (1978:35), le breton am- descend du gaulois ambi-, qui correspond au vieil irlandais imb (<*embi), 'autour, de tous côtés'.


A ne pas confondre

Selon Deshayes (2003:36), am- «exprime une restriction, une privation partielle, que l’on peut rendre par le français 'peu'». Il ne s'agit pas du même préfixe. /am/- est en effet aussi une réalisation alternative du préfixe an-, préfixe de négation ou d'opposition, comme plausiblement dans le cas de gouloù, 'lumière' > amc'houloù, 'pénombre'.


(2) Em siliñ a ra dre ar c'hostez, en ur glask an amc'houloù.
se faufiler R fait par le 5côté en1 chercher le pfx1.lumière
'Elle se faufile par le côté, en recherchant la pénombre.' Vannetais, Ar Meliner (2009:62)


/am/- est aussi indépendamment à l'initiale de certains mots empruntés au français: amprestañ, amprouiñ, ampoent (Kervella 1947:§875)