Am-, amb- : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
m (Mjouitteau a déplacé la page Am- vers Am-, amb-)
 
(15 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) || '''am'''zor
+
|(1)|| ...muioc'h disfizius, || muioc'h '''am'''gredig || oant eget || paotred Gwipavaz. ||||''Léon (Bodilis)'', [[Ar Floc'h (1985)| Ar Floc'h (1985]]:114)
|-  
+
|-
| || ''pfx''<sup>[[1]]</sup>.porte
+
| || [[-oc'h|plus]] [[di-|dé]].fi.[[-us|ant]] || [[-oc'h|plus]] ''pfx''.<sup>[[1]]</sup>[[krediñ|croy]].[[-ig (Adj.)|ant]] || [[COP|étaient]] [[eget|que]] || [[paotr|gars]] Guipavas
|-  
+
|-
| || 'entourage de porte'|||| [[Merser (2009)]]  
+
|||colspan="4" |'... ils étaient plus méfiants, plus sceptiques que les gars de Guipavas.'
 
|}
 
|}
  
 +
 +
[[Le Roux (1915)|Le Roux (1915]]:90) relève chez Le Gonidec '''''am'''drouch'' 'circoncision'.
  
 
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§875) donne: '''''am'''droc'h, '''am'''ezeg (am+nesk+ek), '''am'''prevan (am+preñv+an), '''am'''pellañ, '''am'''boaz, '''am'''zor...''
 
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§875) donne: '''''am'''droc'h, '''am'''ezeg (am+nesk+ek), '''am'''prevan (am+preñv+an), '''am'''pellañ, '''am'''boaz, '''am'''zor...''
  
On trouve chez [[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:333) <font color=green>/ãm'blø:di/</font color=green>, '''''am'''bleudi'', 'fouler le blé noir, pour briser l’enveloppe des grains' et <font color=green>/ãm'zi:od/</font color=green>, 'imbécile'.
+
[[Martin (1929)]] a, en cornouaillais de l'est intérieur, '''''am'''liouaj'' 'de différentes couleurs'.
  
  
 
== Morphologie ==
 
== Morphologie ==
  
La forme ''amb-'' apparaît lorsque la racine commence par <font color=green>/r/</font color=green> (''ambren'', 'délire, divagation', [[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§875).
+
=== allomorphe ===
 +
 
 +
La forme ''amb-'' apparaît lorsque la [[racine]] commence par <font color=green>/r/</font color=green> ('''''amb'''ren'' 'délire, divagation', [[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§875).
  
  
Ligne 28 : Ligne 32 :
 
Les racines débutant normalement par <font color=green>/n/</font color=green> apparaissent en <font color=green>/m/</font color=green> ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§875).
 
Les racines débutant normalement par <font color=green>/n/</font color=green> apparaissent en <font color=green>/m/</font color=green> ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§875).
  
 +
 +
=== répartitition dialectale ===
 +
 +
[[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§230) considère que ''am-'' est rare et d'une usage plutôt littéraire, "parfois revivifié par Vallée notamment". Il cite '''''am'''lavar'' 'peu disert'. On trouve cependant ce préfixe dans différentes sources orales qui ne sont pas spécifiquement littéraires. Il est aussi possible que sa productivité soit inégale selon les dialectes.
 +
 +
[[Martin (1929)|Martin (1929]]:177) donne à Scaër, Guiscriff, Gourin: '''''am'''liouaj'' 'de différentes couleurs'.
 +
 +
[[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:333) trouve à Plozevet <font color=green>/ãm'blø:di/</font color=green> '''''am'''bleudi'' 'fouler le blé noir, pour briser l’enveloppe des grains' et <font color=green>/ãm'zi:od/</font color=green> 'imbécile'.
 +
  
 
== Sémantique ==
 
== Sémantique ==
  
Le sens peut parfois sembler contraire, comme dans le cas de ''gouloù'', 'lumière' > '''''am'''c'houloù'', 'pénombre'.
+
Le préfixe ''am-, amb-'' dénote la proximité ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§875) comme en (1), mais aussi l'[[approximation]], ou même une négation atténuée ('''''am'''gredig'' 'sceptique').  
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Em siliñ|| a ra dre ar c'hostez,|| en ur glask an '''am'''c'houloù.
+
| (2) || '''am'''zor
 
|-  
 
|-  
| || [[en em|se]] faufiler|| [[R]] [[ober|fait]] [[dre|par]] [[art|le]] <sup>[[5]]</sup>côté || [[en ur|en]]<sup>[[1]]</sup> [[klask|chercher]] [[art|le]] ''pfx''<sup>[[1]]</sup>.lumière
+
| || ''pfx''<sup>[[1]]</sup>.[[dor|porte]]
 
|-  
 
|-  
| ||colspan="4" | 'Elle se faufile par le côté, en recherchant la pénombre.' |||| ''Vannetais'', [[ar Meliner (2009)|Ar Meliner (2009]]:62)
+
| || 'entourage de porte'|||| [[Merser (2009)]]  
 
|}
 
|}
  
 +
 +
=== ''am-'' vs. ''ar-'' ===
  
 
Le préfixe ''[[ar-, al-]]'' implique lui aussi l'idée de proximité ('''''ar'''zorn'', 'poignet').
 
Le préfixe ''[[ar-, al-]]'' implique lui aussi l'idée de proximité ('''''ar'''zorn'', 'poignet').
Ligne 47 : Ligne 62 :
 
== Diachronie et horizons comparatifs ==
 
== Diachronie et horizons comparatifs ==
  
Selon [[Even (1978)|Even (1978]]:35), le breton ''am-'' descend du gaulois ''ambi-'', qui correspond au vieil irlandais ''imb'' (<*''embi''), 'autour, de tous côtés'.
+
[[Matasovic (2009)]] propose pour le [[moyen breton]] ''am, em'' une racine protoindo-européenne en [[*]]''h<sub>2</sub>emb<sup>h</sup>i-'', 'autour, à propos (de)', et proto-celtique prépositionnel en [[*]]''ambi-'', 'autour', ayant donné le vieil irlandais ''imb, imm'' [Aspirante + ACC], le vieux gallois ''im'', le moyen gallois ''am'', le gaulois ''ambi-'' et le celtibère ''ampi-''.
 +
 
 +
Les mots apparentés sont le sanskrit ''abhí'', le grec ''amphí'' et le latin ''ambi-''.
 +
 
 +
Selon [[Even (1978)|Even (1978]]:35), le breton ''am-'' descendait du gaulois ''ambi-'', correspondant au vieil irlandais ''imb'' (<*''embi''), 'autour, de tous côtés'.
  
  
 
== A ne pas confondre ==
 
== A ne pas confondre ==
  
Selon [[Deshayes (2003)|Deshayes (2003]]:36), ''am-'' «exprime une restriction, une privation partielle, que l’on peut rendre par le français 'peu'». Il ne s'agit pas du même préfixe. <font color=green>/am/</font color=green>- est en effet aussi une réalisation alternative du préfixe ''[[an-]]'', préfixe de négation ou d'opposition.
+
Selon [[Deshayes (2003)|Deshayes (2003]]:36), ''am-'' «exprime une restriction, une privation partielle, que l’on peut rendre par le français 'peu'». Il ne s'agit pas du même préfixe. <font color=green>/am/</font color=green> est en effet aussi un des [[allomorphes]] du préfixe ''[[an-, am-]]'', préfixe de négation ou d'opposition, comme plausiblement dans le cas de '''''am'''sent'' 'gens indisciplinés' ([[Gros (2014)|Gros 2014]]), ou dans le cas de ''[[gouloù]]'' 'lumière' > '''''am'''c'houloù'' 'pénombre'.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(3)|| Em siliñ|| a ra dre ar c'hostez,|| en ur glask an '''am'''c'houloù.
 +
|-
 +
| || [[en em|se]] faufiler|| [[R]] [[ober|fait]] [[dre|par]] [[art|le]] <sup>[[5]]</sup>[[kostez|côté]] || [[en ur|en]]<sup>[[1]]</sup> [[klask|chercher]] [[art|le]] ''[[an-, am-|pfx]]''<sup>[[1]]</sup>.[[gouloù|lumière]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'Elle se faufile par le côté, en recherchant la pénombre.' |||| ''Vannetais'', [[ar Meliner (2009)|Ar Meliner (2009]]:62)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
C'est sans doute ce préfixe privatif ''an-, am-'' que l'on trouve dans '''''am'''loar'' 'exposé au Nord' (cornouaillais de l'est intérieur, [[Martin (1929)|Martin 1929]]).
 +
 
  
<font color=green>/am/</font color=green>- est aussi indépendamment à l'initiale de certains mots [[empruntés]] au français: ''amprestañ, amprouiñ, ampoent'' ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§875)
+
L'initiale <font color=green>/am/</font color=green> apparaît aussi dans certains mots [[empruntés]] au français: '''''am'''prestañ, '''am'''prouiñ, '''am'''poent'' ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§875)
  
  

Version actuelle datée du 6 juin 2020 à 17:59

Le préfixe am-, amb- est un morphème grammaticalisé qui a perdu son sens premier. Il marque la proximité (Kervella 1947:§875).


(1) ...muioc'h disfizius, muioc'h amgredig oant eget paotred Gwipavaz. Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:114)
plus .fi.ant plus pfx.1croy.ant étaient que gars Guipavas
'... ils étaient plus méfiants, plus sceptiques que les gars de Guipavas.'


Le Roux (1915:90) relève chez Le Gonidec amdrouch 'circoncision'.

Kervella (1947:§875) donne: amdroc'h, amezeg (am+nesk+ek), amprevan (am+preñv+an), ampellañ, amboaz, amzor...

Martin (1929) a, en cornouaillais de l'est intérieur, amliouaj 'de différentes couleurs'.


Morphologie

allomorphe

La forme amb- apparaît lorsque la racine commence par /r/ (ambren 'délire, divagation', Kervella 1947:§875).


mutations

Le préfixe am- provoque une lénition sur la racine, à l'exception des initiales en /p/ et /b/ (Kervella 1947:§875). Pour Chalm (2008:w-217) cependant, am- provoque toujours une lénition.


Les racines débutant normalement par /n/ apparaissent en /m/ (Kervella 1947:§875).


répartitition dialectale

Favereau (1997:§230) considère que am- est rare et d'une usage plutôt littéraire, "parfois revivifié par Vallée notamment". Il cite amlavar 'peu disert'. On trouve cependant ce préfixe dans différentes sources orales qui ne sont pas spécifiquement littéraires. Il est aussi possible que sa productivité soit inégale selon les dialectes.

Martin (1929:177) donne à Scaër, Guiscriff, Gourin: amliouaj 'de différentes couleurs'.

Goyat (2012:333) trouve à Plozevet /ãm'blø:di/ ambleudi 'fouler le blé noir, pour briser l’enveloppe des grains' et /ãm'zi:od/ 'imbécile'.


Sémantique

Le préfixe am-, amb- dénote la proximité (Kervella 1947:§875) comme en (1), mais aussi l'approximation, ou même une négation atténuée (amgredig 'sceptique').


(2) amzor
pfx1.porte
'entourage de porte' Merser (2009)


am- vs. ar-

Le préfixe ar-, al- implique lui aussi l'idée de proximité (arzorn, 'poignet').

Diachronie et horizons comparatifs

Matasovic (2009) propose pour le moyen breton am, em une racine protoindo-européenne en *h2embhi-, 'autour, à propos (de)', et proto-celtique prépositionnel en *ambi-, 'autour', ayant donné le vieil irlandais imb, imm [Aspirante + ACC], le vieux gallois im, le moyen gallois am, le gaulois ambi- et le celtibère ampi-.

Les mots apparentés sont le sanskrit abhí, le grec amphí et le latin ambi-.

Selon Even (1978:35), le breton am- descendait du gaulois ambi-, correspondant au vieil irlandais imb (<*embi), 'autour, de tous côtés'.


A ne pas confondre

Selon Deshayes (2003:36), am- «exprime une restriction, une privation partielle, que l’on peut rendre par le français 'peu'». Il ne s'agit pas du même préfixe. /am/ est en effet aussi un des allomorphes du préfixe an-, am-, préfixe de négation ou d'opposition, comme plausiblement dans le cas de amsent 'gens indisciplinés' (Gros 2014), ou dans le cas de gouloù 'lumière' > amc'houloù 'pénombre'.


(3) Em siliñ a ra dre ar c'hostez, en ur glask an amc'houloù.
se faufiler R fait par le 5côté en1 chercher le pfx1.lumière
'Elle se faufile par le côté, en recherchant la pénombre.' Vannetais, Ar Meliner (2009:62)


C'est sans doute ce préfixe privatif an-, am- que l'on trouve dans amloar 'exposé au Nord' (cornouaillais de l'est intérieur, Martin 1929).


L'initiale /am/ apparaît aussi dans certains mots empruntés au français: amprestañ, amprouiñ, ampoent (Kervella 1947:§875)