Affixes : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Morphologie)
(Morphologie)
Ligne 11 : Ligne 11 :
  
 
(2) '''rak'''wel'''ont''', <font color=green>/préfixe ''rak'' - [[gwelout|voir]] - [[suffixe]] 3PL présent ''-ont''/</font color=green>, 'prévoient'
 
(2) '''rak'''wel'''ont''', <font color=green>/préfixe ''rak'' - [[gwelout|voir]] - [[suffixe]] 3PL présent ''-ont''/</font color=green>, 'prévoient'
 +
  
 
Parfois, il n'est pas aisé de définir de deux termes lequel est l'affixe de l'autre (''seulbenn'', /talon.tête/, 'pieu à talon auquel on attache les bêtes', [[Gros (1984)|Gros 1984]]:384).
 
Parfois, il n'est pas aisé de définir de deux termes lequel est l'affixe de l'autre (''seulbenn'', /talon.tête/, 'pieu à talon auquel on attache les bêtes', [[Gros (1984)|Gros 1984]]:384).

Version du 8 avril 2014 à 15:12

Un affixe est un morphème lié: il ne peut pas apparaître en isolation.


Morphologie

Un affixe qui s'attache au début d'un mot est appelé un préfixe. Un affixe qui s'attache à la fin d'un mot est un suffixe.


(1) disglavier, /préfixe di- pluie - suffixe -ier/, 'parapluie'

(2) rakwelont, /préfixe rak - voir - suffixe 3PL présent -ont/, 'prévoient'


Parfois, il n'est pas aisé de définir de deux termes lequel est l'affixe de l'autre (seulbenn, /talon.tête/, 'pieu à talon auquel on attache les bêtes', Gros 1984:384).

Les affixes peuvent apparaître à plusieurs sur la même racine.


(3) Sik a ran dezhañ gwelloc’hikañ ma c’hellan.
réprimer R fais à.lui mieux.DIM.le.plus que peux
'Je le réprime du mieux que je peux.' Standard, Drezen (1990:53)


accentuation

Le domaine du mot formé par affixation est opaque pour l'accentuation. Pour les bisyllabiques, c'est la première syllabe qui porte l'accent tonique (Gros 1984:384).


endocentricité, exocentricité

Un affixe est endocentrique s'il ne modifie pas la catégorie de sa racine. Il est exocentrique s'il la modifie.

Syntaxe

Un morphème lié qui a une histoire dérivationnelle en syntaxe est appelé un clitique.

Ses différentes combinaisons possibles relèvent de la structure de la phrase et ne sont pas trouvables dans les dictionnaires.

Bibliographie

  • Gros, Jules. 1974. Le trésor du breton parlé III. Le style populaire (Éléments de stylistique trégorroise), Barr-Heol, Lannion: Giraudon, 383-390.