Affixes : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Terminologie)
(grammaticalisation)
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 19 : Ligne 19 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(3)|| Sik || a ran || dezhañ || gwell'''oc’hikañ''' || ma c’hellan.
+
|(3)|| Sik || a ran || dezhañ || gwell'''oc’hikañ''' || ma c'hellan.
 
|-
 
|-
 
| || réprimer || [[R]] [[ober|fais]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]] || mieux.[[DIM]].[[superlatif|le.plus]] || [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> [[gallout|peux]]
 
| || réprimer || [[R]] [[ober|fais]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|lui]] || mieux.[[DIM]].[[superlatif|le.plus]] || [[ma|que]]<sup>[[4]]</sup> [[gallout|peux]]
 
|-
 
|-
|||colspan="10" |'Je le réprime du mieux que je peux.' |||| ||||||||''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:53)
+
|||colspan="10" |'Je le réprime du mieux que je peux.'  
 +
|-
 +
|||||||colspan="10" |''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:53)
 
|}
 
|}
  
Ligne 29 : Ligne 31 :
 
=== accentuation ===
 
=== accentuation ===
  
Le domaine du mot formé par affixation est opaque pour l'accentuation. Pour les bisyllabiques, c'est la première syllabe qui porte l'accent tonique ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:384).
+
Le domaine du mot dérivé formé par affixation est le domaine du mot pour l'[[accentuation]].  
 +
Dans un dialecte [[KLT]] où l'accent tombe généralement sur l'avant-dernière [[syllabe]], dans les bisyllabiques, c'est la première [[syllabe]] qui porte l'accent tonique ([[Gros (1984)|Gros 1984]]:384).
  
  
Ligne 39 : Ligne 42 :
 
=== grammaticalisation ===
 
=== grammaticalisation ===
  
Les noms ou adjectifs qui [[grammaticalisent]] en préfixes semblent au maximum bisyllabiques.
+
Les [[noms]] ou [[adjectifs]] qui [[grammaticalisent]] en préfixes semblent au maximum bisyllabiques.
  
 
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:384) donne '''''diskar'''amzer'' 'automne', '''''diskar'''loar'' 'lune sur le déclin', '''''eskop'''ti'' 'évêché', '''''gwalenn'''grog'' 'hameçon à congres monté sur gaules', '''''kalon'''dev'' 'brûlure d'estomac'.
 
[[Gros (1984)|Gros (1984]]:384) donne '''''diskar'''amzer'' 'automne', '''''diskar'''loar'' 'lune sur le déclin', '''''eskop'''ti'' 'évêché', '''''gwalenn'''grog'' 'hameçon à congres monté sur gaules', '''''kalon'''dev'' 'brûlure d'estomac'.
Ligne 48 : Ligne 51 :
 
Un [[modifieur]] adjectival peut tout simplement être un [[adjectif antéposé au nom]]. Lorsque la [[tête]] du composé est à droite et que son [[modifieur]] le précède, il s'agit d'un composé ancien domaine où s'applique l'[[accentuation de mot]] (''nevez<u>amzer</u>'', [[Gros (1984)|Gros 1984]]:383-90). Si la [[tête]] est à gauche et que le [[modifieur]] le suit (''<u>amzer</u> nevez''), on a affaire à un [[mot composé]] plus récent, avec deux mots indépendants dont aucun n'est un affixe.
 
Un [[modifieur]] adjectival peut tout simplement être un [[adjectif antéposé au nom]]. Lorsque la [[tête]] du composé est à droite et que son [[modifieur]] le précède, il s'agit d'un composé ancien domaine où s'applique l'[[accentuation de mot]] (''nevez<u>amzer</u>'', [[Gros (1984)|Gros 1984]]:383-90). Si la [[tête]] est à gauche et que le [[modifieur]] le suit (''<u>amzer</u> nevez''), on a affaire à un [[mot composé]] plus récent, avec deux mots indépendants dont aucun n'est un affixe.
  
Il reste le cas épineux de modifieurs nominaux, où il n'est pas toujours facile de déceler de quel côté est la [[tête]] du complexe morphologique. En (2), où n'est pas donnée l'information sur l'[[accentuation]], le nom dénotant un 'marécage' est réalisé par la suite du nom ''[[prad]]'' 'pré' et du nom ''[[lenn (N.)|lenn]]'' 'lac'. On obtient sémantiquement une entité qui n'est ni un pré ni un lac, mais partage des caractéristiques des deux.
+
Il reste le cas épineux de modifieurs nominaux, où il n'est pas toujours facile de déceler de quel côté est la [[tête]] du complexe morphologique. En (4), où n'est pas donnée l'information sur l'[[accentuation]], le nom dénotant un 'marécage' est réalisé par la suite du nom ''[[prad]]'' 'pré' et du nom ''[[lenn (N.)|lenn]]'' 'lac'. On obtient sémantiquement une entité qui n'est ni un pré ni un lac, mais partage des caractéristiques des deux.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2) ||'n tamm '''pradlenn'''-se!
+
|(4)||'n || tamm || '''pradlenn'''-se!
 +
|-
 +
||| [[art|le]] || [[tamm|morceau]] || [[prad|pré]].[[lenn (N.)|lac]]-[[DEM|ci]]
 
|-
 
|-
||| [[art|le]] [[tamm|morceau]] [[prad|pré]].[[lenn (N.)|lac]]-[[DEM|ci]]
+
|||colspan="10" | 'cette espèce de marécage'
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'cette espèce de marécage' ||||''Cornouaillais de l'est maritime (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:37)
+
|||||||colspan="10" | ''Cornouaillais de l'est maritime (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:37)
 
|}
 
|}
  

Version actuelle datée du 13 mai 2021 à 22:21

Un affixe est un morphème lié: il ne peut pas apparaître en isolation. Selon l'endroit où il s'affixe sur une racine, il peut s'agir d'un préfixe ou d'un suffixe.


Morphologie

Un affixe qui s'attache au début d'un mot est appelé un préfixe. Un affixe qui s'attache à la fin d'un mot est un suffixe.


(1) disglavier, /préfixe di- pluie - suffixe -ier/, 'parapluie'

(2) rakwelont, /préfixe rak - voir - suffixe 3PL présent -ont/, 'prévoient'


Parfois, il n'est pas aisé de définir de deux termes lequel est l'affixe de l'autre, ou encore s'il s'agit d'un mot composé (seulbenn, /talon.tête/, 'pieu à talon auquel on attache les bêtes', Gros 1984:384).

Les affixes peuvent apparaître à plusieurs sur la même racine, surtout les suffixes qui forment des finales complexes.


(3) Sik a ran dezhañ gwelloc’hikañ ma c'hellan.
réprimer R fais à.lui mieux.DIM.le.plus que4 peux
'Je le réprime du mieux que je peux.'
Standard, Drezen (1990:53)


accentuation

Le domaine du mot dérivé formé par affixation est le domaine du mot pour l'accentuation. Dans un dialecte KLT où l'accent tombe généralement sur l'avant-dernière syllabe, dans les bisyllabiques, c'est la première syllabe qui porte l'accent tonique (Gros 1984:384).


endocentricité, exocentricité

Un affixe est endocentrique s'il ne modifie pas la catégorie de sa racine. Il est exocentrique s'il la modifie.


grammaticalisation

Les noms ou adjectifs qui grammaticalisent en préfixes semblent au maximum bisyllabiques.

Gros (1984:384) donne diskaramzer 'automne', diskarloar 'lune sur le déclin', eskopti 'évêché', gwalenngrog 'hameçon à congres monté sur gaules', kalondev 'brûlure d'estomac'. Gros (1984:385) donne nevezamzer 'printemps', teñvalgleved 'dureté d'oreille', melendu 'brun', melenruz 'orangé'.

Il est parfois difficile de savoir si on a affaire à un mot dérivé complexe avec affixation d'un morphème lié ou à un mot composé de deux mots indépendants.

Un modifieur adjectival peut tout simplement être un adjectif antéposé au nom. Lorsque la tête du composé est à droite et que son modifieur le précède, il s'agit d'un composé ancien domaine où s'applique l'accentuation de mot (nevezamzer, Gros 1984:383-90). Si la tête est à gauche et que le modifieur le suit (amzer nevez), on a affaire à un mot composé plus récent, avec deux mots indépendants dont aucun n'est un affixe.

Il reste le cas épineux de modifieurs nominaux, où il n'est pas toujours facile de déceler de quel côté est la tête du complexe morphologique. En (4), où n'est pas donnée l'information sur l'accentuation, le nom dénotant un 'marécage' est réalisé par la suite du nom prad 'pré' et du nom lenn 'lac'. On obtient sémantiquement une entité qui n'est ni un pré ni un lac, mais partage des caractéristiques des deux.


(4) 'n tamm pradlenn-se!
le morceau pré.lac-ci
'cette espèce de marécage'
Cornouaillais de l'est maritime (Riec), Bouzeg (1986:37)

Syntaxe

[V-O]N

On peut retrouver un groupe verbal à l'intérieur d'une dérivation. Dans [[fiñv-[skeud-enn]]-erezh] 'cinéma, art cinématographique', le nom skeudenn, /ombre.SG/, 'image', est le patient du verbe inaccusatif fiñval sans suffixe de l'infinitif.

clitiques

Un morphème lié qui a une histoire dérivationnelle en syntaxe est appelé un clitique. Ses différentes combinaisons possibles relèvent de la structure de la phrase et ne sont pas trouvables dans les dictionnaires.

Terminologie

Le terme anglais pour 'affixe' est affix (Press 1986:225). Pennaod utilise le terme breton amc'her pour 'affixe'.

La terminologie bretonne donne rakger 'préfixe', enger 'infixe' (Press 1986:225) et dilostger suffixe (Press 1986:233).

Bibliographie

  • Gros, Jules. 1974. Le trésor du breton parlé III. Le style populaire (Éléments de stylistique trégorroise), Barr-Heol, Lannion: Giraudon, 383-390.