Adverbe focal antéposé en franco-breton : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
*  
 
*  
 
: ''C'est une gao(u)or finie. '''Toujours''' il faut '''_''' qu'elle lambe partout comme son frère!''
 
: ''C'est une gao(u)or finie. '''Toujours''' il faut '''_''' qu'elle lambe partout comme son frère!''
: 'C'est une chèvre (un garçon manqué). Il faut TOUJOURS (sans cesse) qu'elle saute partout comme son frère!' Pichavant (1996:105)
+
: 'C'est une chèvre (un garçon manqué). Il faut TOUJOURS (sans cesse) qu'elle saute partout comme son frère!' [[Pichavant (1996)|Pichavant (1996:105)]]
  
  
 
*
 
*
 
: '''''Evéruzammente''' ils demeurent pas touche à moi!''
 
: '''''Evéruzammente''' ils demeurent pas touche à moi!''
: 'HEUREUSEMENT que nous ne sommes pas voisins!' Pichavant (1996:143)
+
: 'HEUREUSEMENT que nous ne sommes pas voisins!' [[Pichavant (1996)|Pichavant (1996:143)]]
 
 
 
 
=== références ===
 
 
 
* Pichavant, René 1996. ''Le Douarneniste comme on cause, étude des mots et des expressions populaires'', quadri signe, éditions Alain Bargain, Quimper.
 

Version du 13 juillet 2009 à 11:10

En français de Bretagne, comme en breton, un élément focalisé est signalé par sa position préverbale. Ci-dessous, quelques exemples.


C'est une gao(u)or finie. Toujours il faut _ qu'elle lambe partout comme son frère!
'C'est une chèvre (un garçon manqué). Il faut TOUJOURS (sans cesse) qu'elle saute partout comme son frère!' Pichavant (1996:105)


Evéruzammente ils demeurent pas touche à moi!
'HEUREUSEMENT que nous ne sommes pas voisins!' Pichavant (1996:143)