Différences entre les versions de « Ac'h !, Ec'h ! Fac'h !, Fec'h !, Oc'h ! »

De Arbres
Ligne 1 : Ligne 1 :
L'[[interjection]] ''Ac'h !, Ec'h ! Fac'h !, Fec'h !, Oc'h !'' exprime le dégoût ou le défi méprisant.  
L'[[interjection]] ''Ac'h !, Ec'h ! Fac'h !, Fec'h !, Oc'h !'' 'Erk !, Beuk !, Pouah ! Fi !' exprime le dégoût ou le défi méprisant. Le /X/ final est idéophonique. Il reproduit articulatoirement l'action de cracher, soit cracher par dégoût alimentaire, soit cracher face à son interlocuteur en geste de défi. 




Ligne 58 : Ligne 58 :
== Sémantique ==
== Sémantique ==


''Ec'h !, Fec'h !'' exprime le dégoût ([[Cornillet (2020)|Cornillet 2020]]). On trouve aussi ''Ac'h !'' dans le même sens (<font color=green>['A:x],</font color=green>, 'Ah !, Fi !, Pouah !', étonnement, regret [[Cornillet (2020)|Cornillet 2020]]).
''Ec'h !, Fec'h !'' exprime le dégoût ([[Henry (1900)|Henry 1900]] , [[Cornillet (2020)|Cornillet 2020]]). On trouve aussi ''Ac'h !'' dans le même sens (<font color=green>['A:x],</font color=green>, 'Ah !, Fi !, Pouah !', étonnement, regret [[Cornillet (2020)|Cornillet 2020]]).


En (3), le capitaine Haddock peste contre un perroquet qui lui porte sur les nerfs.  
En (4), le capitaine Haddock peste contre un perroquet qui lui porte sur les nerfs.  





Version du 28 janvier 2022 à 11:10

L'interjection Ac'h !, Ec'h ! Fac'h !, Fec'h !, Oc'h ! 'Erk !, Beuk !, Pouah ! Fi !' exprime le dégoût ou le défi méprisant. Le /X/ final est idéophonique. Il reproduit articulatoirement l'action de cracher, soit cracher par dégoût alimentaire, soit cracher face à son interlocuteur en geste de défi.


(1) Ec'h ! E-giz-se vez tapet kleñvedoù !
Pouah ! comme-ça | est trap.é malad.ie.s
'Pouah ! C'est comme ça qu'on attrape des maladies !'
Standard, Bzh5 (2007:16).


Morphologie

allomorphe en F-

  • Fac’h !, Fi !, 'Fi !', Cornillet (2020) qui met en lien avec le pronom c'hwi 'vous' [?]

Henry (1900) mettait en relation l'interjection Fec'h !, qui est pour lui l'onomatopée de l’action de cracher, et l'interjection Fae ! 'Fi !' bâtie sur le nom masculin faé 'dédain' du moyen breton fae et foi, ou gallois ffei 'Fi !', comme le français 'Fi !', etc. qui marque le mépris.


(2) Fec'h ! Gwell bezañ olifant eget ...
Fi ! mieux être éléphant que
'Fi ! Mieux vaut être un éléphant que ...'
Standard, Preder & Armor (1977:33)


/X/ clitique ?

L'élément morphologiquement stable semble être le /-X/ final, associé avec du mépris et un sens de défi. Il pourrait s'agir d'un idéophone sur la coïncidence articulatoire avec l'action de cracher.


(3) ɔX te vɛs tao o kunt ano daʁ da vamgoz
Oc'h, te 'vez atav o kount' anv dac'h da vamm-gozh.
Oh ! toi est toujours à4 conter nom de ton1 maman-1vieille
'Oh ! Tu es toujours en train de parler de ta grand-mère'
Saint-Pol-de-Léon, Avezard-Roger (2004a:210)


dérivation

Deshayes (2003) propose que la forme Ac'h ! devant le nom tabou Doue ! a donné A-toue !.


Sémantique

Ec'h !, Fec'h ! exprime le dégoût (Henry 1900 , Cornillet 2020). On trouve aussi Ac'h ! dans le même sens (['A:x],, 'Ah !, Fi !, Pouah !', étonnement, regret Cornillet 2020).

En (4), le capitaine Haddock peste contre un perroquet qui lui porte sur les nerfs.


(4) Ac'h ! Ar peroked-se !...
Rhaaa ! le perroquet-
'Ah ! Ce perroquet !'
Standard, Kervella (2001:18)


A ne pas confondre

L'interjection Feiz ! 'Ma foi !' n'exprime pas d'émotion négative.