Abardaez, enderv : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(alternatives : traduire "aze" par "là" plutôt que "ici")
 
(22 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
| (1)|| ur zulvez ||d''''abardaez''',|| d'ar yaou vintin  
 
| (1)|| ur zulvez ||d''''abardaez''',|| d'ar yaou vintin  
 
|-
 
|-
| || [[art|un]] dimanch.[[-vezh|ée]] ||[[da|de]]'soir ||[[da|à]]'[[art|le]] jeudi <sup>[[1]]</sup>matin  
+
| || [[art|un]] [[jour|dimanch]].[[-vezh|ée]] ||[[da|de]]'soir ||[[da|à]]'[[art|le]] [[jour|jeudi]] <sup>[[1]]</sup>[[mintin|matin]]
 
|-
 
|-
 
||| colspan="4" | 'un dimanche soir, le jeudi matin.'||||||[[Falc'hun & Fleuriot (1978-79)|Falc'hun & Fleuriot (1978-79]]:9A)
 
||| colspan="4" | 'un dimanche soir, le jeudi matin.'||||||[[Falc'hun & Fleuriot (1978-79)|Falc'hun & Fleuriot (1978-79]]:9A)
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
== Morphologie ==
 
== Morphologie ==
  
=== variation dialectale ===
+
=== répartititon dialectale ===
  
[[Martin (1929)|Martin (1929]]:175) donne correspondante à la forme léonarde ''abardaez'' la forme cornouaillaise (Scaër, Guiscriff, Gourin) ''abardeas''. Cependant, à Scaër/Bannalec, [[H. Gaudart (04/2016)]] donne ''abdaez''.
+
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-009.jpg 09] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de 'la soirée'. On y voit les différentes variantes de ''abardaez'', et sur le vannetais en remontant un peu à l'Est, celles de ''endervezh''.
  
 
+
Kervella en 1954 dans ''Al Liamm'' 43, p. 43, distingue trois zones dans cette carte:
{| class="prettytable"
+
: 1° ''pardaez'' prononcé /par'daës/ dans la plus grande partie du léon
| (2) || C'hoariet ||vehe fooball ||en '''abdaez''', ||met ma mamm || ne leze ket 'hanon ||da c'hoari.
+
: 2° ''abardaez'', prononcé /abar'dë/ en Cornouaille et dans une partie du Léon et Trégor, /abar'dé/ dans la plupart du Trégor
|-
+
: 3° ''anderv'' en vannetais et sur une bande Est de la Cornouaille et du Goelo, [[allomorphe]] de ''inderv, enderv''.
| ||joué ||[[vez|était]] football ||[[P.e|dans]].[[art|le]] après-midi||[[met|mais]] [[POSS|ma]] mère|| [[ne]] [[lezel|laissait]] [[ket|pas]] '[[a|P]].[[pronom incorporé|moi]]|| [[da|à]] jouer
 
|-
 
| ||colspan="4" | 'On y jouait au football les après-midi, mais ma mère ne me laissait pas jouer.'  
 
|-
 
| ||||||||colspan="4" |''Scaër/Bannalec'', [[H. Gaudart (04/2016)]]
 
|}
 
  
  
Ligne 35 : Ligne 29 :
 
| (2) || An '''anderù''' ||e avansé. ||Hei e huilas ||un din i tunet.  
 
| (2) || An '''anderù''' ||e avansé. ||Hei e huilas ||un din i tunet.  
 
|-
 
|-
|  || [[art|le]] après.midi ||[[R]] avançait || [[pfi|elle]] [[R]] [[gwelout|vit]]|| [[art|un]] homme [[particule o|à]] [[dont|venir]]
+
|  || [[art|le]] après.midi ||[[R]] avançait || [[pfi|elle]] [[R]] [[gwelout|vit]]|| [[art|un]] [[den|homme]] [[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> [[dont|venir]]
 
|-
 
|-
 
|  ||colspan="4" | 'L'après-midi avançait. Elle vit un homme venir.'  ||||''Vannetais'', [[An Diberder (2000)|An Diberder (2000]]:104)
 
|  ||colspan="4" | 'L'après-midi avançait. Elle vit un homme venir.'  ||||''Vannetais'', [[An Diberder (2000)|An Diberder (2000]]:104)
Ligne 49 : Ligne 43 :
 
| (3) || '''Da c'houde mer'nn''' || e vehe c'hoariet foutball ||met va mamm ||ne leske ket ac'hanon da vont/c'hoari.   
 
| (3) || '''Da c'houde mer'nn''' || e vehe c'hoariet foutball ||met va mamm ||ne leske ket ac'hanon da vont/c'hoari.   
 
|-
 
|-
| || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[goude|après]] midi ||[[R]] [[vez|était]] joué football|| [[met|mais]] [[POSS|mon]] mère ||[[ne]] [[leuskel|laissait]] [[ket|pas]] [[a|P]].[[pronom incorporé|moi]] [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[mont|aller]]/jouer
+
| || [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[goude|après]] midi ||[[R]] [[vez|était]] [[c'hoari|joué]] football|| [[met|mais]] [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> [[mamm|mère]] ||[[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[leuskel|laissait]] [[ket|pas]] [[a|P]].[[pronom incorporé|moi]] [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[mont|aller]]/jouer
 
|-
 
|-
 
| ||colspan="4" | 'On y jouait au football les après-midis, mais ma mère ne me laissait pas jouer.'
 
| ||colspan="4" | 'On y jouait au football les après-midis, mais ma mère ne me laissait pas jouer.'
Ligne 60 : Ligne 54 :
 
| (4) ||E-barzh ar park ||e-kichen, ||e vez c'hoariet ||foot '''goude lein'''.  
 
| (4) ||E-barzh ar park ||e-kichen, ||e vez c'hoariet ||foot '''goude lein'''.  
 
|-
 
|-
||| [[e-barzh|dans]] [[art|le]] parc ||[[e-kichen|à-côté]]|| [[R]] [[vez|est]] joué || foot [[goude|après]] midi
+
||| [[e-barzh|dans]] [[art|le]] parc ||[[e-kichen|à-côté]]|| [[R]] [[vez|est]] [[c'hoari|joué]] || foot [[goude|après]] [[lein|midi]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Dans le parc à côté, ils jouent au foot l’après-midi.' |||| ''Lesneven/Kerlouan'', [[Y. M. (04/2016)]]
 
|||colspan="4" | 'Dans le parc à côté, ils jouent au foot l’après-midi.' |||| ''Lesneven/Kerlouan'', [[Y. M. (04/2016)]]
Ligne 69 : Ligne 63 :
 
|(5)|| Me ||am-eus bet || kalondev || '''goude kreisteiz''' || aze pa || oan er park.
 
|(5)|| Me ||am-eus bet || kalondev || '''goude kreisteiz''' || aze pa || oan er park.
 
|-
 
|-
| ||  [[pfi|moi]] || [[R]].1SG [[kaout|a]] [[kaout|eu]] || coeur.brûle || [[goude|après]] mi-jour || [[ads|là]] [[pa|quand]] ||[[COP|étais]] [[P.e|dans]].[[art|le]] champ
+
| ||  [[pfi|moi]] || [[R]].1SG [[kaout|a]] [[kaout|eu]] || coeur.brûle || [[goude|après]] [[kreiz|mi]].[[deiz|jour]] || [[ads|là]] [[pa|quand]] ||[[COP|étais]] [[P.e|dans]].[[art|le]] [[park|champ]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'J'ai eu des brûlures d'estomac cet après-midi quand j'étais au champ.'||||||||''Trégorrois'',  [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'dèvi')
 
|||colspan="4" | 'J'ai eu des brûlures d'estomac cet après-midi quand j'étais au champ.'||||||||''Trégorrois'',  [[Gros (1989)|Gros (1989]]:'dèvi')
 
|}
 
|}
 +
 +
 +
=== variation dialectale ===
 +
 +
Kervella (''Al Liamm'' 1954, n°43, p.43) ajoute qu'autour de Daoulas, entre les points 30 et 31 de l'[[ALBB]], et de manière plus large dans le pays entre Le Faou et Landerneau, le Z final étymologique est prononcé. Il s'oppose donc à l'hypothèse de [[Trépos (1953)]] que la forme avec un Z final serait une création littéraire ("Du-hont, ha pa ne ve ken, ez eo ''abardaez'', gant ar ''z'' distaget mat, ur ger eus ar yezh vev ha ne deo ket un adsavadenn lennegel, rak n' eo ket ''abardaevezh'' ez eo, peogwir ez eo anavezet-mat hemañ ivez").
 +
 +
 +
[[Martin (1929)|Martin (1929]]:175) donne correspondante à la forme léonarde ''abardaez'' la forme cornouaillaise (Scaër, Guiscriff, Gourin) ''abardeas''. Cependant, à Scaër/Bannalec, [[H. Gaudart (04/2016)]] donne ''abdaez''.
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
| (6) || C'hoariet ||vehe fooball ||en '''abdaez''', ||met ma mamm || ne leze ket 'hanon ||da c'hoari.
 +
|-
 +
| ||[[c'hoari|joué]] ||[[vez|était]] football ||[[P.e|dans]].[[art|le]] après-midi||[[met|mais]] [[POSS|ma]]<sup>[[2]]</sup> [[mamm|mère]]|| [[ne]] [[lezel|laissait]] [[ket|pas]] '[[a|P]].[[pronom incorporé|moi]]|| [[da|à]]<sup>[[1]]</sup> [[c'hoari|jouer]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'On y jouait au football les après-midi, mais ma mère ne me laissait pas jouer.'
 +
|-
 +
| ||||||||colspan="4" |''Scaër/Bannalec'', [[H. Gaudart (04/2016)]]
 +
|}
 +
 +
 +
== Diachronie ==
 +
 +
En [[moyen breton]] du XV°, le ''[[C.|Catholicon]]'' donne ''abretdahez'', traduit par le français ''soir'' et le latin ''sero''.
 +
 +
 +
  Kervella (''Al Liamm'' 1954, n°43, p.43):
 +
  Ar ger ''anderv'' [...] ne gredan ket e vije anavezet er vro-se [etre ar Faou ha Landerne]. Poan bras am eus o krediñ e klotje ar ger-se gant ar c'hembraeg ''anterth''. Rak ne welan tamm ebet penaos e vije troet ''z'' e ''v'' (ouzh « anterth », keñveriañ avat ar brezhoneg « terzhienn »), rak ar ''v'' a zo testeniekaet ivez gant andro Plozeved."
 +
 +
== Bibliographie ==
 +
 +
* [[Trepos (1953)|Trepos, Pierre. 1953]]. 'A propos de AE, KENDAE, ABARDAE', ''[[Annales de Bretagne]]'' LX, 1, 92-99.
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]

Version actuelle datée du 7 juin 2020 à 13:10

Abardaez, abardeas, ou anderuiac'h, enderv, endervezh sont les noms qui dénotent l'après-midi ou la soirée.


(1) ur zulvez d'abardaez, d'ar yaou vintin
un dimanch.ée de'soir à'le jeudi 1matin
'un dimanche soir, le jeudi matin.' Falc'hun & Fleuriot (1978-79:9A)


Morphologie

répartititon dialectale

La carte 09 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de 'la soirée'. On y voit les différentes variantes de abardaez, et sur le vannetais en remontant un peu à l'Est, celles de endervezh.

Kervella en 1954 dans Al Liamm 43, p. 43, distingue trois zones dans cette carte:

pardaez prononcé /par'daës/ dans la plus grande partie du léon
abardaez, prononcé /abar'dë/ en Cornouaille et dans une partie du Léon et Trégor, /abar'dé/ dans la plupart du Trégor
anderv en vannetais et sur une bande Est de la Cornouaille et du Goelo, allomorphe de inderv, enderv.


Martin (1929:175) donne correspondante à la forme léonarde abardaez la forme vannetaise anderuiac'h, qu'on trouve aussi sous la forme enderv, endervezh.


(2) An anderù e avansé. Hei e huilas un din i tunet.
le après.midi R avançait elle R vit un homme à4 venir
'L'après-midi avançait. Elle vit un homme venir.' Vannetais, An Diberder (2000:104)


alternatives

A travers les dialectes, on trouve de multiples alternatives, dont des composés plus près du français 'après-midi'.


(3) Da c'houde mer'nn e vehe c'hoariet foutball met va mamm ne leske ket ac'hanon da vont/c'hoari.
à1 après midi R était joué football mais mon2 mère ne1 laissait pas P.moi de1 aller/jouer
'On y jouait au football les après-midis, mais ma mère ne me laissait pas jouer.'
Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


(4) E-barzh ar park e-kichen, e vez c'hoariet foot goude lein.
dans le parc à-côté R est joué foot après midi
'Dans le parc à côté, ils jouent au foot l’après-midi.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


(5) Me am-eus bet kalondev goude kreisteiz aze pa oan er park.
moi R.1SG a eu coeur.brûle après mi.jour quand étais dans.le champ
'J'ai eu des brûlures d'estomac cet après-midi quand j'étais au champ.' Trégorrois, Gros (1989:'dèvi')


variation dialectale

Kervella (Al Liamm 1954, n°43, p.43) ajoute qu'autour de Daoulas, entre les points 30 et 31 de l'ALBB, et de manière plus large dans le pays entre Le Faou et Landerneau, le Z final étymologique est prononcé. Il s'oppose donc à l'hypothèse de Trépos (1953) que la forme avec un Z final serait une création littéraire ("Du-hont, ha pa ne ve ken, ez eo abardaez, gant ar z distaget mat, ur ger eus ar yezh vev ha ne deo ket un adsavadenn lennegel, rak n' eo ket abardaevezh ez eo, peogwir ez eo anavezet-mat hemañ ivez").


Martin (1929:175) donne correspondante à la forme léonarde abardaez la forme cornouaillaise (Scaër, Guiscriff, Gourin) abardeas. Cependant, à Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016) donne abdaez.


(6) C'hoariet vehe fooball en abdaez, met ma mamm ne leze ket 'hanon da c'hoari.
joué était football dans.le après-midi mais ma2 mère ne laissait pas 'P.moi à1 jouer
'On y jouait au football les après-midi, mais ma mère ne me laissait pas jouer.'
Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016)


Diachronie

En moyen breton du XV°, le Catholicon donne abretdahez, traduit par le français soir et le latin sero.


 Kervella (Al Liamm 1954, n°43, p.43):
 Ar ger anderv [...] ne gredan ket e vije anavezet er vro-se [etre ar Faou ha Landerne]. Poan bras am eus o krediñ e klotje ar ger-se gant ar c'hembraeg anterth. Rak ne welan tamm ebet penaos e vije troet z e v (ouzh « anterth », keñveriañ avat ar brezhoneg « terzhienn »), rak ar v a zo testeniekaet ivez gant andro Plozeved."

Bibliographie