Différences entre les versions de « A-bep-eil »

De Arbres
Ligne 5 : Ligne 5 :
|(1)|| Hemañ ||a zo ||o selled ||ouzim-ni ||'''a beb eil'''.   
|(1)|| Hemañ ||a zo ||o selled ||ouzim-ni ||'''a beb eil'''.   
|-
|-
| || [[DEM|celui.ci]] ||[[R]] est ||[[Particule o|à]] regarder ||[[ouzh|à]].[[pronom incorporé|nous]]-[[echo|nous]] ||à.chaque.second
| || [[DEM|celui.ci]] ||[[R]] est ||[[Particule o|à]] regarder ||[[ouzh|à]].[[pronom incorporé|nous]]-[[echo|nous]] ||[[a]]-[[pep|chaque]]-[[eil|second]]
|-
|-
|||colspan="4" | 'Celui-ci nous regarde l'un après l'autre.'||||''Trégorrois'',  [[Gros (1984)|Gros (1984]]:216)
|||colspan="4" | 'Celui-ci nous regarde l'un après l'autre.'||||''Trégorrois'',  [[Gros (1984)|Gros (1984]]:216)
Ligne 14 : Ligne 14 :
|(2)|| Krozal ha stlaka || a rae || '''a bep eil'''.
|(2)|| Krozal ha stlaka || a rae || '''a bep eil'''.
|-
|-
| ||  grond.[[-al|er]] [[&|et]] éclat.[[-añ|er]] || [[R]] [[ober|faisait]] || à.chaque.second
| ||  grond.[[-al|er]] [[&|et]] éclat.[[-añ|er]] || [[R]] [[ober|faisait]] || [[a]]-[[pep|chaque]]-[[eil|second]]
|-
|-
|||colspan="4" | 'Il grondait et il éclatait tour à tour.'||||''Léonard'',  [[Kerrien (2000)|Kerrien (2000]]:16)
|||colspan="4" | 'Il grondait et il éclatait tour à tour.'||||''Léonard'',  [[Kerrien (2000)|Kerrien (2000]]:16)
Ligne 40 : Ligne 40 :
| || colspan="4" | 'D'échelon en échelon, on grimpe à l'échelle.' || ''proverbe'', [[Abalain (2001)|Abalain (2001]]:35)
| || colspan="4" | 'D'échelon en échelon, on grimpe à l'échelle.' || ''proverbe'', [[Abalain (2001)|Abalain (2001]]:35)
|}
|}


== Sémantique ==
== Sémantique ==

Version du 18 mai 2014 à 10:32

L'adverbe complexe a bep eil impose une distributivité sur l'action, comme le français 'alternativement'.


(1) Hemañ a zo o selled ouzim-ni a beb eil.
celui.ci R est à regarder à.nous-nous à-chaque-second
'Celui-ci nous regarde l'un après l'autre.' Trégorrois, Gros (1984:216)


(2) Krozal ha stlaka a rae a bep eil.
grond.er et éclat.er R faisait à-chaque-second
'Il grondait et il éclatait tour à tour.' Léonard, Kerrien (2000:16)


voir (Gros 1984:216,78) pour d'autres exemples.


Morphologie

On reconnait dans le complexe le quantifieur pep, 'chaque'.


Syntaxe

L'adverbe a-bep-eil est une grammaticalisation de l'expression /à chaque second X/, 'à chaque X'.


(3) A bep eil bazh e reer ar skeul.
à chaque second bâton R fait.IMP le échelle
'D'échelon en échelon, on grimpe à l'échelle.' proverbe, Abalain (2001:35)


Sémantique

La pluralité de l'action impose une lecture itérative au procès.