Différences entre les versions de « -lec'h »

De Arbres
(Remplacement de texte — « ||ur » par « || ur »)
(Remplacement de texte — « |- |||colspan="10" |' » par « |- |||colspan="10" | ' »)
Ligne 17 : Ligne 17 :
||| [[art|un]] [[gouez-|sauvage]].[[lec'h|lieu]] || aride || [[&|et]] || [[kraz|desséché]]
||| [[art|un]] [[gouez-|sauvage]].[[lec'h|lieu]] || aride || [[&|et]] || [[kraz|desséché]]
|-  
|-  
|||colspan="10" |'un désert aride et desséché'  
|||colspan="10" | 'un désert aride et desséché'  
|-  
|-  
|||||||||colspan="10" |''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:30)
|||||||||colspan="10" |''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:30)

Version du 18 mars 2022 à 11:28

Le suffixe -lec'h est productif pour marquer les noms de lieu. C'est la grammaticalisation transparente du nom lec'h 'lieu'.


Gros (1984:384) donne marhallah et marhadleh, 'place du marché'.

Ce suffixe est en compétition avec le suffixe -va.


A ne pas confondre

En (1), lec'h n'est pas un suffixe mais la tête du composé, modifié par le préfixe adjectival gouez-.


(1) ur gouelec’h krin ha kras
un sauvage.lieu aride et desséché
'un désert aride et desséché'
Standard, Drezen (1990:30)